Une aventure humaine du capitalisme

©ANDREA MESSANA

Lorent Wanson met en scène une pièce en trois épisodes qui raconte l’ascension fulgurante des frères Lehman jusqu’à la chute finale sous l’angle d’une chronique familiale et personnelle.

Théâtre "Lehman Trilogy"

4/5

De Stefano Massini, mise en scène de Lorent Wanson

Avec Angelo Bison, Iacopo Bruno, Pietro Pizzuti et au piano, en alternance, Fabian Fiorini et Alain Franco.

Le 11 septembre 1844, Heyum Lehman débarque sur le quai numéro 4 du port de New York avec une unique valise. Devant l’incompréhension de l’officier du port, ce fils de marchand de bétail de Rimpar en Bavière, juif circoncis, transforme son prénom en Henry. "Welcome in America, and goog luck".

Rejoint successivement par son frère Emmanuel – le bras – et Mayer – la patate –, il fonde en 1850, à Montgomery, Alabama, un magasin de tissu et confection à l’enseigne, jaune sur fond noir, de Lehman Brothers. Très vite Henry – la tête – se dit qu’il pourrait augmenter son chiffre d’affaires en fournissant outils et graines à la plantation de coton. L’entreprise se convertit et prospère jusqu’à ce qu’un incendie ravage la plantation. Il ne reste rien, tout est à racheter. Les trois frères vendent donc le matériel à crédit et se font payer en coton brut, l’or de l’Alabama. Et de fil en aiguille, les Lehman deviennent intermédiaires – gestionnaires, disent-ils – achetant le coton pour le vendre à un fabricant de vêtements inusables. Henry décédé, Emmanuel ouvre un bureau à New York sur Liberty Street mais la guerre de Sécession va dresser le nord contre le sud, ce qui n’est pas bon pour les affaires. Les Lehman s’en sortent pourtant et, après la réunification, transforment leur entreprise en banque d’investissement. Fin du premier épisode.

Ainsi commence l’irrésistible ascension des frères Lehman qui sera stoppée nette le 15 septembre 2008 par la faillite de la banque qui entraîne les Bourses du monde entier dans sa chute. Dans la tradition du théâtre-récit, "Lehman Trilogy" ambitionne de raconter – en trois épisodes – l’histoire d’un certain capitalisme au travers d’une saga familiale et humaine. Dans un décor de "teatro povera" – un bric à brac d’où émergent un coffre-fort, une table de billard brisée, le pouce de King Kong… comme si des huissiers venaient de vider les bureaux de la société –, trois comédiens et un pianiste incarnent les narrateurs, protagonistes, complices, témoins ou victimes, de cette histoire presque intime. Le ton est parfois léger, parfois cynique, toujours juste. Le jeu des interprètes est époustouflant et le rythme irrésistible qui nous emporte dans un voyage haletant aux origines de la finance et de ses perversions. Quand la lumière revient dans la salle, naît l’envie de connaître la suite.

"Lehman Trilogy", premier épisode jusqu’au 27 mai, deuxième épisode du 31 mai au 3 juin, troisième épisode du 7 au 10 juin, l’intégrale les samedis 28 mai, 4 et 11 juin au Rideau de Bruxelles, 02 737 16 01, www.rideaudebruxelles.be.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés