Voyage au bout de la transe

©Hichem Dahes

Le festival In Movement se termine en beauté ce samedi aux Brigittines avec "La mesure du désordre" de Thomas Hauert et "Atomic 3001" de Leslie Mannès, un concentré d'énergie libératoire.

La salle est plongée dans un noir profond, serait-on tenté d’écrire. Le silence est anéanti par un tempo, des flashs, des pulsations, son corps se met en mouvement, saccadé, frénétique. Le son guide ses mouvements, elle se transforme en machine à danser. Les pieds ancrés dans le sol, le haut de son corps s’agite, ses bras, ses cheveux battent l’air. Son, lumière et mouvement ne font qu’un. D’électro-pop, la musique se fait techno. Le mouvement reprend avec plus de lumière, plus de son, plus de rythme. Ses cheveux s’écartent et découvrent son visage en pleine lumière, elle est belle. Gagnée par la fatigue, elle quitte son emplacement, sort de sa bulle, fait quelques pas vers le public. Elle va se nourrir du reste du monde et laisse résonner ce déchaînement d’énergie avant de reprendre sa gestuelle frénétique. Le corps traversé par la transe évolue vers une forme de danse tribale, de machinique et précis le mouvement se teinte d’animalité. Elle emmagasine de l’énergie, quelque chose se prépare, le rythme s’accélère, elle prend le pouvoir, elle irradie.

"Atomic 3001" est né de sessions d’échauffement "live" lors des répétitions de "Histoire de l’imposture" de la Compagnie Mossoux-Bonté. La chorégraphe et danseuse Leslie Mannès, qui a créé et interprété notamment "Human Decision", a travaillé la matière et les énergies avec Thomas Turine (Sitoïd) au son et Vincent Lemaître à la lumière. Leurs différentes spécialisations s’interpénètrent totalement pour créer une expérience sensorielle puissante et totale.

Cette pièce intense et radicale traite de l’aliénation et de la libération. Qui dicte qui, quelle est l’emprise du son sur le corps, comment celui-ci reprend le dessus? On sent le rapport de force, le carcan rigoureux qui enserre le corps, jusqu’à la rébellion et le déchaînement d’énergie. Seule en scène, Leslie Mannès est époustouflante. Sur un décor sonore mixé en direct, elle emmène le public dans son voyage et partage avec lui vibrations et énergie communicative. ça décoiffe.

"Atomic 3001" ce samedi 26 mars à 19h dans le cadre du festival In Movement aux Brigittines à Bruxelles, 02 213 86 10, www.brigittines.be

"Atomic 3001"

Note: 5/5

Leslie Mannès, Thomas Turine et Vincent Lemaître.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content