Publicité

Aux Halles de Schaerbeek, le cirque complètement "Hors Pistes"

Le spectacle "Möbius" dans le cadre du festival Hors Pistes aux Halles de Schaerbeek. ©Christophe Raynaud de Lage

Avec sept spectacles nouvellement créés, la biennale bruxelloise Hors Pistes démontre une nouvelle fois la richesse et la diversité des arts du cirque.

Pleins feux sur la création circassienne: reportée depuis le printemps, la 11e édition du festival Hors Pistes invite à découvrir et décliner le cirque dans toutes les directions, dans un riche et joyeux panorama à destination des petits et des grands. Un métissage des formes et des genres qui brasse théâtre sans paroles, danse, portés acrobatiques, clowns sans nez rouges, magie, trapèzes et trampolines pour affirmer que le cirque d’aujourd’hui est une discipline qui s’associe à d’autres avec bonheur et invention. Un "pari de l’éclectisme" revendiqué par Christophe Galent, directeur des Halles de Schaerbeek, qui souligne la diversité des 7 spectacles au programme, déclinant 7 techniques et 7 esthétiques différentes!

"Le spectacle est né de l’envie commune de travailler autour de la magie nouvelle."
Benjamin Mouchette
Coauteur du "Grand saut"

En ouverture de cette biennale, une création belge attendue de longue date, "Le Grand saut", qui mêle musique, acrobatie, pantomime et magie, dans une fable sans paroles invitant à la désobéissance. "Le spectacle est né de l’envie commune de travailler autour de la magie nouvelle, pour montrer que ce n’est pas le magicien qui possède des pouvoirs mais l’histoire dans laquelle il évolue", raconte Benjamin Mouchette. La rencontre avec Hugo Van De Plas, qui travaille avec la compagnie Alogique de Laurent Piron – champion européen de magie –, fut déterminante: "Notre langage à nous, c’est la magie. Or, en Belgique, elle a encore du mal à se créer une image de courant artistique à part entière, tandis qu’en France, ils ont réussi ce pari, avec une charte et une école qui leur ouvrent les portes des lieux subventionnés", explique-t-il.

La création comme miroir

Autre désir partagé derrière le projet du "Grand saut", celui de mettre en avant les marginaux d’une société, les personnes qui ne rentrent pas dans les cases, par choix ou par obligation: "Nous avons écrit une fable qui se passe dans un monde souterrain, hors du temps, une île-déchetterie hostile, perdue dans l’obscurité, où évoluent deux personnages prénommés Robinson et Vendredi", raconte Benjamin Mouchette. Robinson est habitué à sa condition d’exclus tandis que Vendredi débarque et s’interroge: faut-il rester sur place ou partir? Faire le grand saut vers l’inconnu, vers une alternative possible? "On voulait utiliser la création comme miroir déformant des choses qui grondent depuis un certain temps dans notre société, tout en restant divertissant et spectaculaire. Expérimenter des possibilités suscitées par la magie pour perdre ses repères, déplacer les lignes du réel, ouvrir vers un autre imaginaire", ajoute Boris Prager. Une expérimentation artistique qui suscite l’émotion tout en posant une réflexion nouvelle sur certains enjeux contemporains.

"La création circassienne belge est foisonnante mais souffre d’une difficulté à se structurer sur le long terme."
Christophe Galent
Directeur des Halles de Schaerbeek

Malmené par la pandémie, "Le Grand saut" voit enfin le jour en coproduction avec Tournai, tandis que d’autres spectacles belges programmés initialement au sein du festival Hors Pistes ont dû être déplacés à d’autres moments de la saison. Une difficulté supplémentaire pour un art déjà difficile à porter, particulièrement en Belgique: "Le cirque est le parent pauvre des arts de la scène, or il nécessite un plateau, une équipe et des moyens: il faut absolument s’exporter à l’international si on veut pouvoir s’en sortir", commente Hugo Van De Plas. "La création circassienne belge est foisonnante mais souffre d’une difficulté à se structurer sur le long terme", renchérit Christophe Galent, qui déplore le manque de financements en Belgique francophone mais se réjouit que de nouveaux lieux n’hésitent plus à programmer du cirque dans leurs salles.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés