Publicité
Publicité

Céline De Bo, écrire pour exister

À la faveur des confinements, Céline De Bo a développé ses ateliers d'écriture pour jeunes depuis les réseaux sociaux jusque dans les écoles. ©Olivier Charlet

Femme de théâtre et de mots, Céline De Bo fait écrire les ados: une expérience vibrante, menée en ligne et dans les écoles depuis le premier confinement...

Alors que sa dernière pièce vient de paraître chez Émile Lansman dans la collection "La scène aux ados", Céline De Bo revient sur les ateliers menés avec de nombreux adolescents depuis les débuts de la pandémie: "Toute personne qui a donné des ateliers artistiques en milieu scolaire cette année sait à quel point c’était primordial et inédit comme expérience. De vraies bulles d’oxygène, de joie, de vie – une denrée rare!" Une rareté comprise par les jeunes, reconnaissants qu’on leur ait accordé ces moments si particuliers, qui leur ont souvent rendu le sourire: "Je me souviens d’une prof qui avait les larmes aux yeux parce qu’elle réentendait ses élèves rire et collaborer!"

"Je me suis posé la question de la place que je souhaitais occuper à ce moment précis de l’Histoire, et la réponse est venue d’elle-même: faire écrire les ados."
Céline De Bo
autrice et animatrice

Intervenant de la 3e à la 6e année, l’animatrice a fréquenté un grand nombre d’écoles secondaires grâce au soutien d’associations comme Ithac, Pierre de lune ou La maison de la poésie à Namur. Sa pratique d’animation, elle la développe depuis plusieurs années, allant jusqu’à mener un Master en pédagogie des arts du spectacle (à l'UCLouvain) qui a débouché sur l’écriture d’un livre sur le sujet. Elle y défend la nécessité de faire écrire les ados, qui traversent une période de transition unique dans leur développement, en plus de grandir dans un monde en plein bouleversement: "Le printemps 2020 a constitué un moment-clef de rencontre entre l’actualité sanitaire et cet ouvrage en devenir! Je me suis posé la question de la place que je souhaitais occuper dans la société à ce moment précis de l’Histoire, et la réponse est venue d’elle-même: faire écrire les ados."

Le temps de la fermeture des écoles, Céline De Bo lance alors des ateliers d’écriture sur les réseaux sociaux, qui rencontrent un grand écho auprès des jeunes: "Au départ, je voulais juste contacter les écoles pour leur partager mes outils; elles ont spontanément proposé de servir de relais, alors j’ai fait deux vidéos par semaine et ça a fait tache d’huile. Je m’engageais à lire tous les textes des jeunes et j’échangeais en ligne avec eux. Ça leur faisait du bien d’avoir ces échéances, cette liberté, de sortir de l’actualité en allant vers l’imaginaire."

Avec la parution du livre en septembre dernier, ses ateliers ont gagné en popularité et son téléphone n’arrêtait plus de sonner: "Je recevais des appels d’écoles, de professeurs, de médiateurs culturels. Toute cette année scolaire, je n’ai pas arrêté – malgré les contraintes, les changements de régimes permanents, les horaires fluctuants... Nous avons bataillé sans relâche pour construire et maintenir ces ateliers en présentiel dans les écoles, avec les élèves fidèles au poste – même ceux en décrochage scolaire!"

Se reconnecter à la joie

Au fil des séances menées en groupe, il s’agissait d’écrire mais aussi d’être ensemble, d’œuvrer à retrouver confiance: "C’était comme partir en vacances pendant deux heures!" Y compris pour les professeurs esseulés, qui ont trouvé dans cette expérience un soutien inespéré, ainsi qu’un lieu bienveillant où déposer leurs doléances: "J’étais déjà convaincue de la nécessité de faire se rencontrer l’écriture et les ados, mais je n’avais jamais ressenti mon métier d’animatrice comme étant aussi essentiel – je n’aime plus trop ce mot mais je n’en trouve pas d’autre."

"J’entendais parler de nombreux cas de décrochage mais les élèves venaient quand même suivre mes ateliers."
Céline De Bo
autrice et animatrice

Côté ados, pas d’absentéisme ni de retards, à la grande surprise de Céline De Bo, frappée par leur engagement: "J’entendais parler de nombreux cas de décrochage mais les élèves venaient quand même suivre mes ateliers. J’ose faire des généralités car ça s’est vérifié sur des centaines de cas, et cela me donne encore plus envie de m’engager dans l’art à l’école!"

De rencontre en rencontre, l’autrice et animatrice a réalisé à quel point ces jeunes possédaient une maturité incroyable: "L’un d’eux continuait à mettre ses chaussures même quand il restait chez lui toute la journée. Une autre utilisait son railpass pour aller à la mer et garder un lien à l’espoir. J’étais étonnée de découvrir leur hyper-conscience face aux quarantaines, à l’impact qu’elles avaient sur le budget du foyer. Les gens ont souffert, ils sont fragiles, ça va laisser des traces. On a tous besoin de se reconnecter à la joie, de rire, de collaborer."

Céline De Bo, Le Grand Lab-Mots – Manuel pratique pour expérimenter l’écriture théâtrale avec les ados, Ithac/CED, 2020

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés