Dernier effeuillage au Musée d'Ixelles

Flying Willy et son irrésistible strip-tease. ©Morgane Ball

Dès le 5 mars, le Musée d’Ixelles sera fermé pour trois ans de travaux. L’occasion de faire la fête tout le week-end et même de s’encanailler avec le bal des années 20 du samedi soir. Last call!

Sur la photo, c’est Flying Willy. Après tout, on est en 2018 et les dames ont aussi droit à un effeuillage en bonne et due forme! Et l’artiste n’est pas avare de son corps une fois qu’il a laissé tomber la jaquette et le haut-de-forme. Abandonnera-t-il son maillot de corps entre deux moulinets sensuels qu’il exécute de ses deux éventails en plumes de paon? Pour le savoir, il faut vous rendre samedi soir au Musée d’Ixelles, pour le clou de "Last call", son week-end de fermeture. Tous au bal "années folles", et déguisés s’il vous plaît. C’est le moment de sortir les robes à franges, les plumes et, pour les messieurs, tuxedo et nœud pap’.

Tout est prévu pour vous mettre dans l’ambiance, du swing du live band Reverent Juke aux danseurs effrénés de Charleston qui animeront une sorte de bal moderne en essayant de ne pas laisser tout le monde sur place… Puis, un DJ-set prendra le relais jusqu’à 2 heures du matin, toujours pimenté d’interventions burlesques.

La façade du musée sera méconnaissable, repeinte en temps réel par un mapping sonore, imaginé par les apprentis designers vidéo de l’école ESRA de Bruxelles. Une façade qui bientôt fera place à un vaste chantier destiné à redessiner complètement l’entrée un peu vieillotte et trop discrète du Musée d’Ixelles et porter sa superficie totale à 4.000 mètres carrés.

À la manœuvre, B-architecten, qui a déjà redessiné le Muntpunt, le Beursschouwburg ou la gare de Laeken (L’Echo du 16/01/18). Leurs architectes présenteront aux riverains et aux curieux le nouveau projet, ce vendredi, dès 17 heures, flanqués des autorités communales d’Ixelles et de l’équipe du musée, emmenée par sa conservatrice, Claire Leblanc. L’occasion aussi de redécouvrir l’histoire de l’institution à travers des visites guidées et de savourer un drink, offert aux 500 premiers arrivés.

Rebelote le samedi, dès 13 heures, avec des visites à la carte des collections du musée, riches d’œuvres impressionnistes, d’affiches signées Chéret ou Toulouse-Lautrec, mais aussi d’œuvres modernes et contemporaines qui témoignent de la politique d’achat de l’institution communale depuis 100 ans. Bien dans l’esthétique du lieu, le concert du trio Revue blanche, répandra dès 15 heures les délicats parfums de Debussy au son d’une harpe, d’une flûte et d’un alto.

©Stijn Vandamme

À 19 heures, branle-bas de combat avec ce grand cabaret des années 20, qui débute par des séances de maquillage et de coiffure "années folles", signées The Modernettes et l’institut Lise Loriot.

Si vous émergez du DJ-set de la veille, le dimanche se révélera tout aussi riche. Nouvelles visites guidées, dès 14 heures, entrecoupées par les contes de Marie, les visites chantées de Lucie et les séances de dessin d’après modèles vivants du Dr. Sketchy’s Belgium. Enfin, de 15 à 21 heures, la der des ders avec une guinguette de la Belle époque…

Et rendez-vous en 2021!

"Last call", du vendredi 2 au dimanche 4/3. La plupart des activités sont en accès libre, sauf le bal du samedi soir qui requiert le pass de la Museum Night Ferver: 11 euros en prévente, 15 euros, sur place. 14/3: dîner de gala pour soutenir le musée (250 euros la place). www.museedixelles.be.

Museum night fever

Passer la nuit au musée? Certains auteurs l’ont rêvé et mis en mots ou en images. Pour la onzième année, c’est une réalité à Bruxelles, avec la Museum Night Fever (dont fait partie le bal du samedi soir du Musée d’Ixelles, lire ci-contre). La nuit des musées bruxelloise?Une grande fête dans 27 musées de la ville ouverts jusqu’à 2 heures du matin en mode festif. Concrètement, 500 créatifs tous domaines confondus (performance, danse, musique, etc.) pour animer les couloirs des institutions. Navette gratuite de la STIB et "food trucks" partout, en attendant l’afterparty organisée par le Brussels Electronic Marathon.

Ce samedi 3/3 (19h-2h). Pass: de 11 à 23 euros. www.museumnightfever.be.


Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content