Festival TB2 | Tanneurs et Brigittines pour un pas de deux

"Match 2" de Vilma Pitrinaite et Sabina Scarlat. ©Jean Poucet

Ce mois de juin, la danse réenchante Bruxelles à travers un nouveau festival de soirées composées, porté par la complicité des Tanneurs et des Brigittines, en coproduction avec Charleroi-Danse.

Proches voisins, ces deux maisons dédiées à la création contemporaine que sont Les Tanneurs et Les Brigittines n’avaient encore jamais collaboré sur le plan artistique: ils lancent aujourd’hui leur premier festival en commun, qui marque aussi le temps des retrouvailles tant attendues avec le public!

Reporté d’une saison en raison de la crise sanitaire, ce nouvel événement souhaite marquer la connivence et le dialogue soutenu qui existent entre les équipes de ces lieux ancrés dans les Marolles, quartier unique à Bruxelles de par sa mixité: "C’est sans doute le coin de la ville le plus diversifié, et pas seulement de par la présence de personnes d’origines culturelles et géographiques très variées", déclare Alexandre Caputo, directeur des Tanneurs. "Il y a aussi une vraie mixité sociale, qui combine le plus grand parc de logements sociaux de la capitale avec des lofts et des maisons qui se vendent à prix d’or. Vu la densité du tissu urbain, ce quartier ne sera jamais complètement gentrifié – c’est ce qui fait son identité."

"On travaille avec les associations de quartier, les homes, on propose des ateliers d’écriture et de hip-hop, c’est quelque chose qui est à l’œuvre depuis longtemps."
Alexandre Caputo
Directeur des Tanneurs

Cette singularité est depuis longtemps prise en compte par les deux institutions, qui travaillent à tisser des liens avec leur voisinage et vont à la rencontre des habitants de multiples façons: "On travaille avec les associations de quartier, les homes, on propose des ateliers d’écriture et de hip-hop, c’est quelque chose qui est à l’œuvre depuis longtemps", rappelle Caputo.

Programmation commune

Mais c’est la première fois que le public des Tanneurs est invité à se déplacer pour se rendre aux Brigittines dans la même soirée, et vice versa. Une façon de déambuler et de (re)découvrir les environs avec la volonté d’aller à la rencontre d’autres publics aussi: "Nous avions comme rêve d’investir l’espace urbain en jouant sur la place du Jeu de balle, pour toucher des publics qui ne franchissent habituellement pas la porte des théâtres, mais, vu le contexte actuel, nous avons dû reporter cette possibilité pour garantir les normes sanitaires et filtrer les gens", explique le directeur des Tanneurs.

"La danse a toujours eu une place importante aux Tanneurs, où les espaces et les langages se mélangent. Les scissions entre les disciplines ne sont pas toujours claires, et tant mieux!"
Alexandre Caputo

Il n’empêche, les soirées composées proposées seront placées sous le signe de la joie, avec un bar en extérieur aux Brigittines et une programmation commune, réfléchie ensemble, l’idée étant de proposer un temps fort pour la danse à Bruxelles: "Nous sommes sans doute la capitale mondiale de la danse et, paradoxalement, il existe peu de festivals et de focus qui lui sont consacrés. La danse a toujours eu une place importante aux Tanneurs, où les espaces et les langages se mélangent. Les scissions entre les disciplines ne sont pas toujours claires, et tant mieux!", conclut Caputo.

3 coups de cœur protéiformes

Au programme de cette première édition, des accueils et des créations de spectacles, comme le projet "Dress code" sur lequel Julien Carlier travaille depuis quatre ans: une plongée dans l’univers complexe du breakdance et de ses rituels, donnant à voir les mécanismes psychologiques et physiques inhérents à cette discipline.

Aux Brigittines, Florencia Demestri et Samuel Lefeuvre questionnent quant à eux le "glitch", cet accident de courte durée qui survient parfois dans la lecture d’un fichier informatique, produisant des dissonances visuelles ou sonores. Plaçant l’étrangeté au cœur de leur travail depuis leurs débuts, ils déploient ici une "esthétique de l’erreur" et s’emparent des outils utilisés par les "glitch artist(e)s" pour tenter une nouvelle exploration de l’imprévisible, cherchant à faire surgir des anomalies créatives et, paradoxalement, des instants d’humanité.

"Glitch" de Samuel Lefeuvre et Florencia Demestri. ©Laetitia Bica

Autre coup de cœur pour "Méduse.s", du collectif La Gang, une création coportée par le Théâtre de Liège et son festival Émulation, où le spectacle a reçu le prix du Jury Jeune. La Gang y traite des violences sexuelles tout en revenant au mythe grec de cette jeune femme violée par Poséidon dans le temple d’Athéna, puis métamorphosée en Gorgone, bannie de la société, puis mise à mort par Persée. Sur scène, Héloïse Meire et ses comparses redonnent vie à cette figure antique en réécrivant le mythe pour questionner les rapports entre corps et pouvoir. Une mise en scène visuelle et plastique qui enchante par ses trouvailles sonores, filmiques et chorégraphiques, entre la fable et le documentaire. Un récit ponctué de témoignages de femmes ayant subi des agressions sexuelles, et qui résonnent comme autant de Méduses possibles…

TB2, du 4 au 19 juin, première tout public le 10 juin, infos et réservations via lestanneurs.be ou brigittines.be

"Unlocked 02" à Bruxelles et Charleroi

Du 9 au 26 juin, la danse se vit en salles mais aussi dans les cours et jardins carolos et bruxellois: un an après la première édition de son festival "Unlocked", Charleroi-Danse remet le couvert en investissant 5 parcs de la région, de Marcinelle à Seneffe en passant par l’abbaye d’Aulne, avec une programmation spécialement conçue pour ces lieux patrimoniaux. Des propositions chorégraphiques gratuites, ludiques et accessibles à tous, familles et enfants compris.

À La Raffinerie (Molenbeek), la danse se décline cette fois en salle comme en extérieur, au tarif unique de 5 euros. Une nouvelle scène a été aménagée dans la cour pour accueillir artistes et publics à ciel ouvert. Au programme, on trouve aussi bien Jérôme Bel que Mauro Paccagnella, sans oublier certains spectacles du TB2 coproduits par Charleroi-Danse, comme "Dress Code" de Julien Carlier ou "Occupations" de Pierre Droulers.

Infos et réservations sur charleroi-danse.be

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés