Publicité

Fous rires autour d'un lit de mort

©Julien POHL

Quoi de plus triste qu’une veillée funèbre? Si c’est ce que vous pensez, courez voir "Ciao Ciao Bambino", la dernière praline humoristique et un soupçon autobiographique de Sébastien Ministru.

Francesco, "Ciccio" pour les intimes, vient de mourir dans des circonstances mystérieuses. Sa famille proche est rassemblée pour lui rendre un dernier hommage.

Ils sont tous là. Tout d’abord, Charles, le Jules de "Chichiô" (incapable de prononcer le nom de son bien-aimé correctement), un homo hyper trendy, très efféminé et capricieux. Un rôle qui sied à merveille au talent d’interprétation d’Aurelio Mergola.

Mais il y a aussi son carreleur de frère, Carmelo et sa femme Nancy, divinement interprétée par Laurence Bibot qui campe une Flamande de Vilvorde plus italienne que belge tant dans ses croyances (en la Madone de Trapani) que sa gestuelle ou sa diction. Un régal!

Ce trio est complété par la présence de sa sœur, Silvana, une instructrice Zumba complètement écervelée, et de son compagnon, Eric, un beauf limite pervers qui se dit wallon aux origines siciliennes très lointaines.

Bref une réunion de famille italo-belge où on ne sait plus très bien ce qui est italo et ce qui est belge.

D’ailleurs, avec de tels personnages hauts en couleur, ce moment de deuil qui devrait être complètement dédié au recueillement s’apparente davantage à une succession d’évocations et autres anecdotes. Tantôt douces, tantôt drôles, ou même parfois douloureuses, certaines d’entre elles virent parfois au règlement de compte. C’est drôle et c’est là qu’on se dit que finalement toutes les familles se ressemblent, avec leur tendresse mais aussi leurs coups de gueule.

"Cette pièce est construite autour d’une panoplie de souvenirs d’enfance qui ont fait l’histoire de ma famille et qui, aujourd’hui encore, font sourire lors des grands rassemblements à table", explique Sébastien Ministru, qui comme son personnage principal est issu d’une famille d’immigrés italiens.

"Des souvenirs du quotidien, des moments fugaces, des parfums qui flottent, mais aussi des impressions indélébiles une mythologie intime qui existe dans chaque famille. Ceci dit, tout n’est pas vrai dans le spectacle – heureusement pour ma famille."

"Ciao Ciao Bambino" avec Laurence Bibot, Anna Cervinka, Antoine Guillaume, Alexis Goslain, Aurelio Mergola et Frédéric Nyssen jusqu’au 30 mai au TTO, Galeries de la Toison d’Or, 396-398 à Ixelles, www.ttotheatre.be, 02 510 0 510.

[Suivez Caroline Sury sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés