Publicité
Publicité

"Karbon Kabaret", grand événement surprise à Liège

©doc

Avec le spectacle hors normes "Karbon Kabaret", Liège et ses valeureux Liégeois fêteront le foisonnement des talents, une histoire et un avenir.

A quelques jours de la date "fatidique", le spectacle créé par Fabrice Murgia, "Karbon Kabaret", est en pleine finition. L’ébullition règnait ce dimanche à la Caserne Fonck où se déroulent les dernières répétitions. Tout et tous doivent être prêts pour ce 19 septembre. Samedi, dès 20h30, on attend de "Karbon Kabaret" qu’il soit le joyau, le moment fort des Fêtes de Wallonie à Liège. Sur la Place Saint-Lambert, les échafaudages, impressionnants, et qui s’habilleront d’un décor fantastico-industriel, sont déjà montés et laissent envisager l’ampleur de ce qui se prépare.

Annoncé officiellement en juin, l’événement est une commande de la Province de Liège à Fabrice Murgia, acteur et metteur en scène verviétois, tout juste trentenaire mais dont le travail est déjà acclamé en Belgique et à l’étranger (Lion d’argent à la Biennale de Venise). L’objectif annoncé est de transmettre par tous les arts et talents possibles l’âme de la province de Liège, son histoire et son devenir.

En rassemblant plus de 200 artistes de la région autour de ce projet, Fabrice Murgia est le chef d’orchestre d’une œuvre collective, un véritable hommage à Liège et ses habitants, des plus grands aux plus humbles. Et au vu des extraits auxquels nous avons eu la chance d’assister ce dimanche lors du filage, il serait bien étonnant que de chaudes larmes d’émotion ne coulent pas le long des joues de nombreux spectateurs. Entre deux éclats de rire cependant, car il est évident que "Karbon Kabaret" ne se défaussera en aucun cas de la réputation hautement festive de la Cité ardente.

Rassemblement inédit de talents

Fabrice Murgia et ses acolytes ont ainsi concocté un opéra urbain absolument liégeois, mais qui s’apparente également à un bal populaire, un music-hall, un théâtre…

Mélange de musique, contemporaine et folklorique, de danse, d’arts visuels et urbains, de video mapping, de théâtre, de cirque, de carnaval, de marionnettes, de majorettes… Une œuvre multiple qui mixe les énergies et volontés de toute une province.

Cinq tableaux se succèdent: "La fabrique d’étincelles", "Les géants de Walifornia", "Liège brûle encore", "La Meuse la nuit" et "Cockerill recrachera ses nuages". En guise de fils rouges, trois personnages, deux ouvriers métallurgistes, un jeune et un ancien, et une sorte de fée clochette toute de rouge vêtue. Ce personnage sans nom vivrait sous la Place Saint-Lambert et joue la Dame Loyale dans "Karbon Kabaret".

Le show présente une foultitude d’artistes en tous genres. Certains très connus, comme le compositeur et pianiste Fabian Fiorini, à la tête du Karbon Kabaret Orkestra. Bon à savoir: Fabian Fiorini composera en 2016 l’imposé des demi-finales du concours Reine Élisabeth pour le piano.

Sous les airs de cet orchestre, la drag-queen Peggy Lee Cooper arpentera les rues de Liège, s’y perdra aussi et admirera ses fleurons. Encadrée par les jeunes breakers de Prizon Break Rockerz et les artistes de parkour, la Speeders Family, elle chantera cette Meuse qui "coule encore quand tout le monde dort". Toujours au niveau musical, on retrouvera un duo de Kaer de Starflam et The Tropical Experimental Blues Band, mais aussi My Little Cheap Dictaphone, Roscoe, Sacha Toorop… Plus populaires, majorettes et fanfares.

Le Palais des Princes-Evêques sera lui aussi mis à contribution. La façade de l’édifice accueillera un immense mapping vidéo conçu par des artistes plasticiens sous la coordination du collectif de graffeurs Spray Can Arts.

Nous parlions des plus humbles quelques lignes plus haut. Ce n’était pas des paroles en l’air. Fabrice Murgia a expressément tenu à intégrer dans le spectacle un personnage phare de la vie liégeoise. Dudu est un SDF connu depuis des décennies pour vendre des Bics et crayons aux terrasses des cafés et restaurants du centre-ville. Ses boniments poétiques bien tournés, sa gentillesse et son humour ont fait de lui une figure emblématique que l’on retrouve en acteur et chanteur dans Karbon Kabaret. Se mêlent donc joyeusement professionnels de la scène et simples citoyens.

Le spectacle devrait durer un peu moins de deux heures et sera suivi d’un bal électro et d’une "after" Karbon Kabaret au Cadran tout proche, dès les douze coups de minuit sonnés. Du 17 septembre au 3 octobre, à la galerie Central, une exposition sera organisée avec les photographies, peintures, sculptures et vidéos de plusieurs artistes plasticiens de la région.

Au total, le projet aura demandé 665.000 euros répartis entre la Province et différents partenaires dont la Ville de Liège et Mons 2015. Une aubaine magnifique et rare pour tous ces artistes, techniciens et autres intervenants amenés pour la première fois à œuvrer concrètement ensemble. On attend impatiemment de voir!

"Karbon Kabaret", le 19 septembre à 20h30 sur la Place Saint-Lambert, à Liège, pour les Fêtes de Wallonie. www.karbonkabaret.be

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés