La pièce qui secoue Hollywood

©Dominique Houcmant Goldo

Cinq comédiens donnent du sens à un "mashup". Un projet profondément cohérent, à la fois drôle et sérieux, ludique et engagé.

Sur scène, un grand écran de cinéma. En contrebas, cinq comédiens parlent, bougent, chantent pour donner du sens à 140 scènes de films, principalement issus du cinéma américain. L’ensemble produit ce qu’on appelle un "mashup", autrement dit une association de plusieurs plans de films différents, refondu dans une même comédie à des fins parodiques. Julia Roberts, Mickael Douglas et Brad Pitt sont autant d’acteurs qui deviennent dès lors les héros fictionnels de cette surprenante pièce de théâtre.

©Dominique Houcmant Goldo

L’installation scénique est à la hauteur de l’intrigue proposée: les cinq comédiens suivent le déroulement de l’action en y prêtant leurs propres voix et discours simultanément. Pendant 90 minutes, ils vont alterner doublages, musiques et bruitages, pour donner à voir une énorme fresque à mi-chemin entre le cinéma et le théâtre, une sorte de "blockbuster" en soi.

Car, le moins qu’on puisse dire, c’est que cette nouvelle pièce porte bien son nom, un nom polysémique à souhait. Si littéralement, le terme "Blockbuster" désigne une explosion, il fait également référence aux films hollywoodiens à gros budget, tandis qu’au théâtre, l’expression est utilisée pour qualifier une pièce qui remporte un franc succès. Bien qu’il soit peut-être trop tôt pour laisser présager du futur succès de la comédie, il reste que ce sont bien les films hollywoodiens, la matière première de cette fiction théâtrale. L’objectif? Mettre en scène la violence symbolique qu’exerce la classe dominante sur le peuple, au travers d’une réflexion globale sur la crise économique et ses implications sociétales.

Aussi, avec "Blockbuster" le collectif Mensuel et Nicolas Ancion – auxquels on doit "L’Homme qui valait 35 milliards" – ont-ils poussé à l’extrême sa réflexion sur sa pratique théâtrale. S’y retrouvent ainsi: engagement social, mélange des genres et des tons ou encore bouleversement des codes théâtraux. Un bouleversement total qui passe principalement par l’absence du jeu traditionnel d’acteur. Et c’est peut-être là que l’on pourrait émettre une réserve quant à la qualité théâtrale de cette représentation, et ce malgré le grand intérêt de la formule. Peut-être aurait-on aimé plus d’interprétation scénique, là où le "simple travail" de doublage était peut-être trop présent.

Mais du reste, "Blockbuster" est un projet profondément cohérent, à la fois drôle et sérieux, ludique et engagé. Une pièce qui ne laisse pas indifférent et qui pose les bonnes questions, tant sur la forme que sur le fond. On mentionnera également l’excellente prestation des comédiens (Sandrine Bergot, Quentin Halloy, Baptiste Isaia, Philippe Lecrenier et Renaud Riga) qui ont réussi à faire lever le public liégeois.

"Blockbuster" jusqu’au 9 octobre au Théâtre de Liège, 04 342 00 00, theatredeliege.be. Le dernier roman de Nicolas Ancion dont s’inspire la pièce: "Invisibles et remuants", éditions Maelström, 2015.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect