ProPulser les artistes de chez nous

Catherine Graindorge dans "Avant la fin", aux Tanneurs, où elle raconte les derniers mois de son père, l'avocat Michel Graindorge. ©Marie Périlleux.

Du 4 au 8 février, ProPulse éclaire ce qui se crée de plus intéressant en Wallonie et à Bruxelles. Un événement surtout réservé aux professionnels de la culture, sauf trois soirs de concerts ouverts au public.

ProPulse, c’est 5 jours de spectacles (théâtre, danse, arts forains, conte,...) et de concerts classiques comme non classiques, dans 5 lieux partenaires à Bruxelles (Flagey, Théâtre Marni, La Maison Qui Chante, le Botanique et le Senghor). Les professionnels de la culture (programmateurs, critiques et autres) ont ainsi accès à une cinquantaine d’artistes, de compagnies et de groupes à découvrir. Ces pros pourront notamment aller écouter Valley Of Love, formation à géométrie variable réunie autour de Gil Mortio à l’occasion de deux albums de Noël… bien décalés!

L’accent n’est pas mis que sur la découverte pure. Pour certains, ProPulse peut aussi être l’occasion d’une impulsion supplémentaire. C’est un peu ce qu’y cherche Catherine Graindorge avec "Avant la fin" (>ici, teaser sur Vimeo). Dans cette création produite par le Théâtre des Tanneurs, seule en scène, en mots, en musique et en images, tendre, drôle, émouvante et élégante, elle raconte les derniers mois de son père, l’avocat Michel Graindorge.

"Avant la fin" a déjà été joué à quelques reprises à Bruxelles et en Wallonie, mais se retrouver à ProPulse devant "la profession" uniquement, plutôt que face à une salle plus mélangée, a également son intérêt: "C’est trouver d’autres dates pour le jouer dans d’autres lieux et être confrontée à d’autres publics." Catherine Graindorge ajoute avec un sourire: "Gagner sa vie, aussi." Et, le sujet lui étant particulièrement cher, elle ajoute: "La nécessité de raconter encore et toujours cette histoire, l’envie de sortir des sentiers battus, c’est-à-dire à Bruxelles et dans la francophonie…"

On ira écouter Lenny Pistol, un Montois dont l'EP ("Pistil boy", qui vient de sortir sur l'actif label liégeois Luik Records) plane entre hip-hop et bedroom pop.

Femmes artistes

Des rencontres thématiques sont également proposées à ces professionnels de la culture. Jeudi, avec Caroline Lambert (chargée de com’ chez Court-Circuit), Claire Monville (directrice du Conseil de la musique) et Julien Fournier (directeur de l’agence Wallonie-Bruxelles Musiques), il sera ainsi question des "artistes féminines en musiques actuelles". Soit une occasion de se pencher sur ce programme d’accompagnement spécifique mis en place par plusieurs institutions de la Fédération Wallonie-Bruxelles, désireuses de contribuer à "réduire les inégalités de représentation hommes/femmes sur les scènes ou dans les playlists belges."

On ira notamment voir Lenny Pistol, un Montois dont l’EP "Pistil boy", plane entre hip-hop et bedroom pop.

Ces 6, 7 et 8 février, le public aura accès aux concerts du Botanique pour 8 euros par soir. Là aussi, l’affiche rassemble découvertes complètes et groupes portés par un buzz naissant. Dans le cas de Glauque, qui mélange rap et musique électronique, il sera même difficile de l’ignorer: ils figurent parmi les lauréats du récent Concours-Circuit, sont en lice pour un autre concours (Du F. Dans Le Texte) et figureront dans pas mal de festivals en Belgique, cet été.

Outre Soror et Saudade, également récompensés lors du Concours-Circuit, le dub/jazz de l’illustrateur Florian Doucet alias Ozferti et ces kings de l’impro que sont les inclassables jeunes gens de Yôkaï, on ira notamment voir Lenny Pistol, un Montois dont l’EP ("Pistil boy", qui vient de sortir sur l’actif label liégeois Luik Records) plane entre hip-hop et bedroom pop.

Du 4 au 8/2: propulsefestival.be

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect