Publicité
Publicité

Théâtre | La joyeuse métamorphose du "cocon!" au Rideau de Bruxelles. Note de 4/5

©Beata Szparagowska

Basée sur l'histoire vraie d'une enfant polyhandicapée devenue artiste internationale, "Cocon!" nous fait découvrir un monde dont on cherche d'habitude à s'éloigner.

>Jusqu’au 18/10 au Théâtre du Rideau (accueilli au Marni, à Bruxelles). Et du 23 au 27/10 au Théâtre de Liège.

Théâtre

"Cocon!"

Note: 4/5

De Dominique Roodthooft, compagnie Le Corridor

Oui, cela peut décontenancer. Surtout celles et ceux venus voir du théâtre dans sa forme la plus usuelle avec des dialogues, des acteurs qui ont chacun un rôle, une histoire avec un début, un milieu, une fin. Mais pour celles et ceux qui font une place à leur curiosité, à l’inattendu, qui sont prêts à se laisser embarquer dans une forme inhabituelle, alors le voyage est réjouissant.

"Cocon" dévide sa bobine en partant de l’histoire vraie de Judith Scott, trisomique, sourde et muette. À 7 ans, elle fut séparée de sa sœur jumelle et placée en institutions psychiatriques jusqu’à ce que sa sœur l’en sorte, 35 années plus tard. Alors, Judith se déploie en figure de l’art brut, en embobinant des objets dans des fils de laine et formant ainsi des sortes de cocons multicolores. À partir de là, "Cocon" tire le fil du "pas comme nous", de l’inapproprié et tisse tout un maillage entre des penseuses et des penseurs hétéroclites. La danse, la musique, la chanson donnent de la chair aux mots et nous font toucher ce dont, habituellement, on cherche à s’éloigner. Ces autres "pas comme nous" sont-ils vraiment dans un autre monde? Vraiment, est-il trop difficile de les comprendre, de se comprendre?

On sent que "Cocon" est une création collective qui nous entraîne, d’une main chaude et amicale, vers des ouvertures, des liens, et vers une certaine confiance. Si "Cocon" est un peu déroutant, il est gonflé de joie, de plaisir, de réflexion et on en ressort à la fois touché, ragaillardi et approfondi. Admiratif, aussi, du travail au cordeau d’une équipe remarquable.

Jusqu’au 18/10 au Théâtre du Rideau (accueilli au Marni, à Bruxelles). Et du 23 au 27/10 au Théâtre de Liège.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés