Un regard de la diversité congolaise

©doc

Musique, danse et conférences: avec la cinquième édition du festival Congolisation au KVS, à Bruxelles, quatre jours se succèdent pour interroger la diaspora africaine d'aujourd'hui.

"Liens et racines": voici le thème choisi pour cette 5e édition du festival Congolisation (festival Afro-diaspo-arts made in Belgium), qui s’installe au Théâtre royal flamand de Bruxelles (KVS) et à l’Africa Museum, cette semaine. Une proposition interdisciplinaire composée d’expositions, de danse, de théâtre, de musique, de films et de conférences, pour questionner le comment et le pourquoi de la diaspora africaine et des afrodescendant(e)s. Un espace de rencontre et de dialogue pour mieux appréhender et comprendre les enjeux des intersections culturelles.

"Permettre à la diaspora africaine de prendre possession de ces espaces, c’est lui donner la possibilité de raconter et de confronter ses imaginaires, ses histoires, ses sensibilités, sans intermédiaire, sans tabou, sans filtre mais avec des repères et des références qui lui sont propres. C’est ainsi que le festival s’inscrit dans une démarche de décolonisation des arts et des institutions", déclare Pitcho Womba Konga, acteur et rappeur belge d’origine congolaise, co-fondateur de l’association Kinfama, qui porte le festival.

"Le festival s’inscrit dans une démarche de décolonisation des arts et des institutions."
Pitcho Womba Konga
co-fondateur de Kinfama

Au programme de cette édition, une expo itinérante et interactive sur le rap et ses pistes de réflexion (notamment ses relations avec l’Afrique, ses sources et ses liens en Europe), ainsi qu’une conférence sur ce même sujet et un concert réunissant Eddy Ape, Alesh, Nix et leurs invités; une carte blanche à la chorégraphe et danseuse et visage Moya Michael; un book club et une sélection de films de jeunes réalisateurs autour du Congo d’aujourd’hui.

Initié en 2014, l’événement a toujours eu pour ambition de rendre concret l’héritage de combativité, d’égalité et de liberté laissé par Patrice Lumumba. L’envie des organisateurs: mettre en lumière la diversité artistique de la diaspora congolaise pour faire du festival un lieu incontournable dans le paysage belge connecté à l’Afrique subsaharienne. Un focus sur les afrodescendant(e)s qui constitue un regard "de" la diversité, et non plus "sur" la diversité – comme autant de symboles tangibles de la relation entre l’Afrique et la Belgique. "Être issu de la diaspora, c’est aussi être une intersection, un pont entre différentes cultures, un point de rencontre qui permet la création de nouvelles manières de voir et de se positionner", constate Pitcho Womba Konga.

Festival Congolisation, KVS, du 16 au 18 janvier; Africa Museum le 19 janvier, infos: www.kvs.be.


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n