Une poule et trois hommes aliénés

©Loïg Kervahut

"Pénélope et les trois p’tits cochons", de la compagnie Hop Ar Noz est une satire distrayante qui nous pousse à réfléchir sur nos pratiques alimentaires.

De prime abord, on ne soupçonne pas que derrière le titre "Pénélope et les trois p’tits cochons" se cache une satire de la société de consommation. Et le décor ne laisse pas non plus deviner les futures péripéties de l’action. Sur scène, trois comédiens sont figés, dans un local où s’entassant, çà et là, des outils de notre temps: ordinateur, tablette, écran, radio. Focalisés sur ces instruments technologiques, ils donnent à voir une première mise en scène de notre époque. Très vite, la thématique de la pièce est abordée par le biais d’une capture vidéo: les fast-foods, l’élevage industriel à grande échelle, la mondialisation et les manipulations génétiques contre lesquels ces marginaux se révoltent.

©Loïg Kervahut

Dans une ambiance calfeutrée, les trois acteurs, déguisés par de simples masques de cochons, crient plus qu’ils ne parlent; courent plus qu’ils ne marchent, sans hésiter à jouer avec le comique de répétition. Avec leur quatrième acolyte, la poule Pénélope donc, les comédiens endossent avec beaucoup de réussite leur rôle d’aliéné, dans une frénésie collective et contagieuse, avec cette question en filigrane: "et si nous étions les poules de demain?"

©Loïg Kervahut

Si le sujet a déjà fait l’objet de nombreuses représentations théâtrales, cette nouvelle mise en scène apporte une modernité – un peu paradoxale – avec le sujet traité, grâce principalement au jeu d’acteurs des trois comédiens, Eugène Egle-Corlin, Simon Drahonnet et Sylvain Dai qu’on espère revoir dans d’autres rôles.

"Pénélope et les trois p’tits cochons" jusqu’au 9 octobre au Théâtre de Liège, 04 342 00 00, theatredeliege.be

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés