"Sans notre intervention, le monde serait bien pire aujourd'hui"

©Anthony Dehez

Peter Praet, le numéro 2 de la Banque centrale européenne, revient sur dix ans de crise financière. Selon lui, il est "navrant" que la crise bancaire ait duré aussi longtemps en Europe.

Les phrases clés

"Nous ne disposions pas, entre autres, des institutions européennes adéquates pour gérer une telle situation."

"Je me fais du souci pour les gouvernements qui sont trop lents dans leurs réformes."

"Notre stratégie fonctionne et nous voyons de la lumière au bout du tunnel."

Imaginez un pompier en train d’arroser un incendie, pendant que les propriétaires se plaignent des dégâts provoqués par l’eau. C’est la situation que vit notre compatriote Peter Praet, le n°2 de la Banque centrale européenne. Les gens n’ont pas bien compris la gravité de la crise financière des dix dernières années, nous explique-t-il à plusieurs reprises lorsque nous le rencontrons au 38e étage du quartier général de la BCE à Francfort. C’est de cette tour de verre et métal que la BCE essaie de remettre l’économie européenne sur les rails, afin qu’elle retrouve une situation "normale", avec une inflation se situant tout juste en-dessous de 2%. Pour y arriver, elle prête de l’argent à des taux proches de zéro et rachète tous les mois des obligations pour l’équivalent de 60 milliards d’euros. Résultat: le bilan de la BCE se monte à 2.000 milliards d’euros, soit l’équivalent du PIB de la Belgique, des Pays-Bas, de l’Irlande et de l’Autriche réunis. Et c’est aussi ce qui explique qu’elle fasse l’objet de critiques de plus en plus nombreuses, car on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs. Les épargnants, par exemple, ont dû depuis longtemps faire une croix sur le rendement de leur épargne. Praet se souvient encore de l’endroit où il se trouvait lorsqu’il a commencé à comprendre qu’une tempête se préparait. "En septembre 2007, j’étais à la Banque nationale à Bruxelles. Un confrère de la Bank of England est sorti en quatrième vitesse parce qu’il y avait des problèmes avec Northern Rock, où les clients faisaient la file pour retirer leur argent. Ça m’a vraiment effrayé."

"À l’époque, je me souviens avoir dit à ma femme: j’espère que nous n’aurons pas de crise bancaire en Belgique, car ce type de crise peut durer dix ans. Les dangers que nous courions à l’époque étaient énormes. Le bilan de Fortis – assurances comprises – se montait à lui seul à 1.000 milliards d’euros. Si vous comparez le bilan des banques au PIB de la Belgique, vous comprenez à quel point le danger était grand. L’un dans l’autre, nous avons plus ou moins réussi à nous en sortir, même si ce ne fut pas une partie de plaisir pour les actionnaires, et que nous sommes toujours en train de gérer l’héritage de Dexia. C’est navrant que la crise bancaire ait duré aussi longtemps en Europe."

CV express

Né d’une mère allemande et d’un père belge. A étudié l’économie à l’ULB.

A travaillé deux ans au FMI et est devenu économiste en chef de la Générale de Banque en 1987.

En 1999, Peter Praet devient chef de cabinet du vice-Premier ministre et ministre des Finances de l’époque, Didier Reynders (MR).

Il occupe le poste de directeur à la Banque nationale de Belgique entre 2000 et 2011.

Il est depuis 2011 membre de la direction et du conseil d’administration de la BCE, où il occupe le poste d’économiste en chef depuis 2012. Il est n°2 de la banque centrale, après son président Mario Draghi.

Pourquoi est-ce tellement navrant?
Parce que ce n’était pas nécessaire. Les réformes auraient dû être entreprises plus vite. Nous aurions pu limiter ce coût. Il pèse encore sur notre croissance. Cela a pris beaucoup de temps parce que nous ne disposions pas, entre autres, des institutions européennes adéquates pour gérer une telle situation. La crise de la dette a explosé, avec comme résultat que de nombreux ménages et entreprises n’ont plus été en mesure de rembourser leurs emprunts. Dans ce scénario, créanciers et débiteurs doivent normalement trouver un terrain d’entente. Le problème, c’est que les uns et les autres vivaient dans des pays européens différents. Nous ne disposions pas encore d’un contrôle européen unifié pour les banques. Ni du fonds de résolution européen. Cela a rendu la situation très chaotique.

Sur quels points précisément tout le monde s’est-il trompé?

Nous disposions de très peu d’informations sur l’interdépendance des banques et donc sur le danger d’un effet domino. À cette époque, je travaillais dans une institution qui supervisait l’infrastructure financière. À ce titre, j’ai participé un dimanche de 2008 à une téléconférence avec la banque centrale américaine, la Réserve fédérale. A un moment donné, ils ont dit que les discussions avec Lehman Brothers avaient échoué. Ce fut le deuxième choc. À ce moment-là, la BCE a réagi. Elle a permis aux banques d’emprunter de l’argent à grande échelle, afin qu’elles ne vendent pas leurs actifs sous l’effet de la panique, par besoin de liquidités. Lehman Brothers s’était retrouvé en difficulté à cause de crédits hypothécaires bon marché – les subprimes – qui faisaient face à des défauts de paiement. Mais vu que ce marché des subprimes américains n’était pas tellement important à l’échelle internationale, tout le monde pensait que cette crise pourrait être résolue en six mois.

Ce ne fut pas le cas…

Ce n’est que plus tard que nous avons compris que le problème était bien plus profond. Et je pense que ceux qui critiquent aujourd’hui la BCE l’ont sous-estimé. Le problème fondamental, c’est que pendant des années, nous avons fait preuve d’un optimisme démesuré à propos de la croissance future. Nous pensions que nos revenus continueraient à augmenter régulièrement ainsi que la productivité, mais nous avons systématiquement surestimé cette tendance. De nombreux pays européens se sont endettés à cause de cet optimisme excessif. Le hic, c’est que si les attentes ne se réalisent pas, vous vous retrouvez face à un immense problème.

Et c’est à ce moment-là que la crise bancaire s’est transformée en crise de la dette.

Oui, et ce fut à nouveau un grand choc. Cette fois, ce fut la balade sur la plage de Deauville de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français Nicolas Sarkozy, où ils ont décidé d’un commun accord que les détenteurs d’obligations d’État – dont de nombreuses banques – devaient assumer une partie des pertes. Jusque là, le système financier vivait avec la certitude que tous les emprunts d’État de la zone euro seraient remboursés. À Deauville, ce verrou de sécurité a sauté.

Quel fut l’impact de cette décision?

Le marché interbancaire s’est retrouvé complètement gelé. Les banques implantées dans des pays fortement endettés se sont tout d’un coup retrouvées face à des problèmes parce que les obligations souveraines qu’elles détenaient sur leur bilan – et qu’elles considéraient comme sûres depuis des décennies – étaient tout d’un coup considérées comme risquées par les marchés. L’économie de la zone euro s’est retrouvée en récession et les prix ont commencé à subir une pression à la baisse. Résultat, on a commencé à craindre pour la survie de l’euro. C’est suite à ce choc que le président de la BCE Mario Draghi a déclaré que la banque centrale ferait ‘whatever it takes’ pour sauver l’euro. Pendant les années qui ont suivi, la BCE a beaucoup assoupli sa politique, avec entre autres les taux négatifs et son programme de rachats.

Il semble que cette stratégie ne fonctionne pas vraiment, du moins c’est la conclusion, cinq ans plus tard.

Nous n’avons pas encore fini. La croissance économique est là. Et même si elle nous permet aujourd’hui de penser que l’inflation augmentera progressivement au niveau qui correspond à notre objectif, cette expansion doit encore se traduire dans une dynamique inflationniste plus vigoureuse. Mais puis-je aussi vous rappeler qu’à l’époque, le risque de déflation était réel. Un tel scénario aurait signifié une baisse des prix pendant une longue période et le report des dépenses des ménages, ce qui aurait pu entraîner toute l’économie dans une spirale négative. Ce risque de déflation a aujourd’hui complètement disparu.

Pourquoi cela prend-il autant de temps?

Une crise bancaire est une des pires choses qui puissent arriver à une économie. En particulier dans une région comme l’Europe, où les entreprises se financent essentiellement auprès des banques, et moins sur les marchés financiers. Je pense que les gens n’ont pas encore totalement compris à quel point la crise fut grave, et que le monde aurait pu être totalement différent – et bien pire – si les banques centrales n’étaient pas intervenues aussi vigoureusement.

L’argent bon marché ne constitue-t-il pas un danger pour le système financier?

Je ne nie pas que plus la politique d’assouplissement monétaire des banques centrales se prolongera, plus le risque de bulle augmentera. Mais nous constatons que nulle part dans la zone euro on ne parle de bulle, même si dans certaines villes, l’immobilier par exemple est devenu très cher. Cet inconvénient éventuel ne pèse pas suffisamment lourd dans la balance pour que nous changions de politique.

Pourquoi?

Si l’immobilier devenait trop cher, nous pourrions également réagir en prenant d’autres mesures plus ciblées. En Belgique, c’est la Banque nationale qui est responsable de cette politique. De plus, dans certaines villes européennes, l’immobilier est cher, mais les ménages empruntent relativement peu. Donc le lien avec les crédits bon marché n’est pas toujours aussi évident.

Assiste-t-on au développement d’une bulle sur les marchés d’actions?

Aux Etats-Unis, les actions sont relativement chères. Ce n’est pas le cas en Europe.

L’argent bon marché ne permet-il pas à des entreprises improductives de survivre?

Est-ce que nous ralentissons le processus de destruction créatrice avec l’argent bon marché? C’est une bonne question. Nous nous la posons. Lorque vous préparez vos prévisions macroéconomiques, vous constatez que les entreprises sont en moyenne devenues plus combatives et plus solides. Mais les moyennes peuvent masquer de grandes différences. Nous étudions donc aujourd’hui les bilans des sociétés sur base ‘bottom-up’, comme le fait aussi le FMI.

Mais les incitants à réduire les dettes, pour les entreprises ou les pouvoirs publics, sont plutôt maigres. Ces dettes ne leur coûtent rien pour l’instant.

En général, on peut dire que des efforts importants ont été consentis ces dernières années. Mais cela n’empêche pas que certaines entreprises et certains gouvernements reportent leurs réformes à plus tard. Nous avons parfois l’impression d’être ‘the only game in town’ et que les autres n’en font pas assez. Mais sommes-nous responsables du manque de courage des autres?

Mais cela reste un fait que la BCE s’achète du temps et de l’oxygène mais que les gouvernements de la zone euro n’utilisent pas suffisamment cet oxygène pour se restructurer. Qu’en pensez-vous?

Ce type de raisonnement est dangereux. La BCE est une institution qui a reçu un mandat clair – maintenir la stabilité des prix – et notre indépendance signifie aussi que nous définissons notre stratégie sur base de ce mandat.

Que pouvez-vous faire alors?

Nous pouvons lancer des avertissements. Dire clairement que nous prenons notre tâche au sérieux. Cela signifie que si l’inflation menace un jour de dépasser notre objectif, nous ferons aussi le maximum pour l’éviter.

Qu’est-ce qui vous préoccupe le plus?

Je me fais surtout du souci pour les gouvernements qui sont trop lents dans leurs réformes.

Après cinq ans, le moment est-il venu pour la BCE de réduire ses mesures incitatives?

Pas encore. Cet automne, nous déciderons de notre politique pour l’an prochain. Je n’en dirai pas plus aujourd’hui. En raison de la très forte croissance économique, nous sommes de plus en plus convaincus que l’inflation se rapprochera de notre objectif. Mais l’inflation sous-jacente reste trop faible. Nous devons être patients et poursuivre notre politique. Ces stimuli sont encore nécessaires.

Est-ce que ça va réussir?

Nous devrons être prudents, et faire très attention à ce que nous disons. En réalité, la politique monétaire peut se résumer ainsi: tenter d’influencer les attentes quant à l’avenir d’autres personnes. C’est un exercice de patience particulièrement difficile en psychologie de masse. Le meilleur exemple, c’est l’impact de ces trois mots prononcés par Mario Draghi: ‘whatever it takes’. C’est pourquoi j’insiste sur le fait que nous nous en tenons à notre mandat. Je suis un faucon et non une colombe dans ce domaine, comme le prétendent certains. C’est pourquoi je dis clairement: nous nous en tiendrons à notre mandat, de manière symétrique. Si l’inflation s’envole, nous réagirons aussi impitoyablement qu’aujourd’hui pour la ramener dans les clous.

Quand les épargnants pourront-ils à nouveau rêver d’un rendement pour leur argent?
Il faut comprendre qu’il existe une justification aux taux bas actuels. Il faut par ailleurs mesurer le rendement en termes réels, donc corrigé pour tenir compte de l’inflation. Ces taux d’intérêt réels étaient déjà très bas avant la crise, et dans certains cas négatifs. Hélas, ce sont surtout les économistes qui peuvent le comprendre, et non pas la majorité des citoyens. Par ailleurs, je reçois peu de plaintes de gens qui ont renégocié leur prêt hypothécaire à un taux plus bas, et qui aujourd’hui remboursent moins pour leur maison. Ce sont souvent les mêmes qui viennent ensuite se plaindre que leur compte d’épargne ne rapporte rien.

Mais quand pouvons-nous espérer le retour d’un rendement sur l’épargne?

Quand nous serons revenus à une politique normale. En d’autres termes, quand nous aurons à nouveau un niveau d’inflation légèrement inférieur à 2%. Notre stratégie fonctionne et nous voyons de la lumière au bout du tunnel. Et ce ne sont pas les phares d’un train qui roule vers nous, comme de nombreuses personnes le disent parfois en plaisantant.

Mais quand? Il faudra du temps. Nous avons toujours affirmé que nous devions d’abord mettre fin aux rachats d’obligations, et seulement ensuite envisager une hausse des taux. Patience!

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content