Euthanasie: le droit de mourir dans la dignité

©Photo News

La coalition arc-en-ciel, qui met fin, suite aux élections de 1999, à quatre décennies de présence ininterrompue des sociaux-chrétiens, entend bien remettre sur la table un certain nombre de problèmes éthiques.

Parmi ceux-ci, la dépénalisation de l’euthanasie fait l’objet, dès décembre de la même année, d’une proposition de loi de la majorité. Mais il faudra deux ans de débats pour que la loi soit votée, le 25 octobre 2001, par le Sénat et adoptée par la Chambre le 16 mai 2002. La loi introduit une "exception légale" permettant aux médecins, sous certaines conditions, d’abréger les souffrances de patients qui en font expressément la demande. Le patient doit se trouver "dans une situation médicale sans issue" et faire état "d’une souffrance physique ou psychique constante ou insupportable", résultant "d’une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable". Le patient doit formuler sa demande "de manière volontaire, réfléchie et répétée", tandis que le médecin doit obligatoirement consulter un confrère sur le caractère grave et incurable de l’affection.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés