Jean Jadot, le mécano de la Générale

Gouverneur de la Société Générale de 1913 à 1932, cet ingénieur hors pair a jeté les bases de son empire au Congo et de sa puissance en Belgique.

Jean Jadot, qui s’est éteint à Bruxelles le 1er mars 1932, fut l’un des principaux architectes de la Société Générale de Belgique telle qu’elle a existé jusqu’au début des années soixante, holding omniprésent dans tous les secteurs de l’économie belge, empire colonial et industriel.

Ingénieur (Louvain) de formation, Jean Jadot commence sa carrière à la Société des Chemins de fer vicinaux de la province de Liège. En 1886, il est depuis un an ingénieur en chef des Chemins de fer vicinaux de la province du Luxembourg lorsque son père meurt, laissant six enfants dont plusieurs encore aux études. Jean Jadot se chargera d’assurer l’avenir de ses frères et sœurs. Lorsqu’en 1894, le groupe Empain cherche d’urgence un ingénieur pour remplacer le directeur des Tramways du Caire, il n’hésite pas. "J’ai quitté ma vie calme de fonctionnaire pour me lancer dans une vie aventureuse […] Si je veux arriver non à la fortune mais simplement à une honnête aisance à l’abri de tous soucis, je dois travailler pendant longtemps encore dans les pays où la Providence m’enverra. Je dois me résigner à vivre encore de 5 à 10 ans à l’étranger", écrira-t-il depuis Le Caire à sa future épouse. Il se voit rapidement confier la direction des travaux du chemin de fer de Basse-Egypte et y rencontre un tel succès qu’il se fait "débaucher" par un groupe franco-belge patronné par la Société Générale, pour diriger, en Chine, la construction du chemin de fer Pékin-Hankow. Cette ligne, longue de 1.200 km et comportant notamment un pont de 4 km sur le Fleuve Jaune, est un véritable défi pour les Belges.
L’ingénieur Jadot y donnera sa pleine mesure, révélant aussi des talents de financier et de négociateur (pendant la révolte des Boxers). En novembre 1905, la ligne Pékin-Hankow est terminée.

"Le grand Jadot"

Jadot rentre en Belgique auréolé de ce succès. Il a attiré sur lui l’attention du roi Léopold II: "le grand Jadot est un homme de tout premier ordre", écrit le souverain. Léopold II décide de le réorienter vers le développement du Congo. En novembre 1906, Jadot entre au conseil de direction de la Société Générale. Il sera l’une des chevilles ouvrières de la création des trois "sociétés de 1906" destinées à assurer le démarrage industriel de la colonie: Union Minière du Haut-Katanga, Chemin de fer du Bas-Congo et Forminière.

En 1913, Jean Jadot accède au poste de gouverneur de la Société Générale. Son avènement marque la fin de l’ère "des héritiers" et l’arrivée de générations d’ingénieurs et de juristes. Le triumvirat qui dirige la Générale au début de la guerre est formé, outre Jadot, d’Émile Francqui (un ancien militaire qui a fait ses classes en Chine et au Congo) et d’Edmond Carton de Wiart (le directeur de la banque).

Ce sont eux qui, pendant la guerre, orienteront la Générale vers la "politique du moindre mal", préfiguration de celle que mènera le gouverneur Alexandre Galopin pendant la seconde guerre mondiale. Aux uns comme aux autres, elle sera reprochée en raison de la proximité qu’elle impliquait avec l’occupant. Après la fermeture de la Banque Nationale en 1914, la Générale (re) devient l’institut d’émission de billets de banques en Belgique. Francqui et Jadot seront également aux premières loges du Comité national de Secours et d’Alimentation, du Comité du Ravitaillement industriel et, en 1917, du Comité pour le Relèvement de l’Industrie.

Au lendemain de la guerre, Jean Jadot réorganise la stratégie de la Société Générale. Il recentre ses investissements vers la Belgique et le Congo (les avoirs en Russie viennent d’être confisqués) et diversifie ses champs d’activité. Désormais, il va tout faire pour que chaque secteur industriel (transport maritime, acier, chimie, textile, papier, ciment, électricité, non-ferreux) soit développé au maximum par des alliances avec d’autres groupes et chapeauté par une société faîtière. Son but? Créer en Belgique des entreprises ayant la taille critique pour faire face à la concurrence, notamment de l’industrie allemande. Jean Jadot était un ingénieur hors pair, un organisateur né, un meneur d’hommes intègre, "prudemment audacieux"… Mais c’était avant tout un visionnaire. 

M.M.

Sources: H. Van der Wee et M. Verbreyt, "La Générale de Banque, un défi permanent" (Racine); G. Kurgan-van Hentenryk, "Gouverner la Générale de Belgique. Essai de biographie collective" (De Boeck).

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés