Publicité

L'Oréal, un parfum de scandale

L'histoire du groupe L'Auréale débute en 1907 avec la mise au point de la teinture pour cheveux mise au point par un jeune chimiste alsacien, Eugène Schueller. Le groupe prendra le nom de L'Oréal en 1939.

L’Auréale est un mot-valise, formé sur les mots "aurore" et "boréale". C’est aussi le nom d’une coiffure en vogue au début du XXe siècle, en forme d’auréole agrémentée de larges ondulations. Et c’est, surtout, le nom choisi par un jeune chimiste alsacien de 26 ans, Eugène Schueller pour la teinture de cheveux de synthèse, qu’il vient de mettre au point en 1907. Deux ans plus tard, le 30 juillet 1909, Schueller fonde, avec un comptable du nom d’André Spery, la "Société française de teintures inoffensives pour cheveux". En 1939, la société prend le nom de L’Oréal. L’entre-deux-guerres et la seconde guerre mondiales sont des périodes troubles pour le fondateur de L’Oréal, qui a financé l’organisation d’extrême-droite La Cagoule mais aussi… caché des Juifs.

A la Libération, il fait entrer dans l’entreprise un ancien de La Cagoule, André Bettencourt. Ce dernier, qui aura aussi une carrière politique épouse en 1950 Liliane, fille unique d’Eugène Schueller.

Détail amusant: le magazine promotionnel "Votre Beauté" aura pendant quels mois pour directeur général un certain François Mitterrand, ami de la famille. En 1974 cependant, craignant une victoire du socialiste à l’élection présidentielle et la nationalisation de L’Oréal, la famille Bettencourt réalise un échange d’actions avec le suisse Nestlé. Une participation croisée qui subsiste encore aujourd’hui.

L’Oréal, qui entre en Bourse en 1963, poursuit sa croissance par acquisitions d’entreprises ou de licences entamée en 1928 avec le rachat de Monsavon (revendu depuis). Lancôme, Garnier, Maybelline, Biotherm, Roger & Gallet…

Parallèlement, le groupe développe ses produits grand public et lance le célèbre slogan "parce que je le vaux bien", susurré par les plus grandes stars du moment.

Fin 2008, le groupe revient sous les feux de l’actualité alors qu’éclate "l’affaire Bettencourt". La fille de Liliane, Françoise Bettencourt-Meyers, accuse un photographe, François-Marie Barnier, d’abus de faiblesse. Elle lui reproche d’avoir profité du grand âge de sa mère pour lui soutirer beaucoup d’argent. L’enquête sur la fortune de l’héritière de L’Oréal débouchera sur des soupçons d’évasion fiscale et de financement illégal de campagne (celle de Nicolas Sarkozy), et entraînera la démission du ministre du Budget Eric Woerth. Liliane Bettencourt est la femme la plus riche de France et la 15e fortune mondiale.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés