Les Soviétiques se retirent du bourbier afghan

En février 1988, les Soviétiques annoncent leur départ d'Afghanistan. Au total, ils perdront 13.310 tués dans ce bourbier.

Depuis 1979, l'URSS est embourbée dans la guerre d'Afghanistan. A l'image des Américains au Viêtnam, les Soviétiques n'arrivent pas à s'imposer face aux moudjahidines (guerriers saints). L'armement et l'entraînement de l'armée rouge apparaissent comme inadaptés sur un théâtre escarpé. En février 1988, Gorbatchev annonce son intention de retirer ses troupes du sol afghan après une trêve négociée avec le commandant Massoud.

Les accords de Genève sont signés en avril 1988 par les parties au conflit: le gouvernement communiste afghan, l'URSS, le Pakistan et les Etats-Unis, principaux soutiens des moudjahidines. Le texte prévoit le départ des 115.000 soldats soviétiques pour le 15 février 1989.

Au total, 13.310 soldats soviétiques y ont laissé la vie et 35.478 ont été blessés.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés