Un volcan paralyse le ciel

©AFP

Le 20 mars 2010, le volcan islandais Eyjafjöll reprend du service. Le 15 avril, la plupart des aéroports européens décident de suspendre leurs activités.

Après 187 ans d'inactivité, le 20 mars 2010, le volcan islandais Eyjafjöll reprend du service. Sa première phase éruptive est caractérisée par des coulées de lave. Près d'un mois plus tard, le 13 avril précisément, le volcan entre dans sa deuxième phase éruptive. Celle-ci s'accompagne d'un important panache de fumée volcanique. Porté par des vents dominants, il se dirige tout droit vers l'Europe continentale. L'aviation européenne tout entière commence à craindre pour la sécurité de ses vols: les cendres volcaniques riches en silice ont un effet abrasif sur le fuselage, les ailes et les réacteurs. Elles peuvent même provoquer leur arrêt.

Le 15 avril, la plupart des aéroports européens décident de suspendre leurs activités.

Des milliers d'avions restent stationnés sur les tarmacs. Du jamais vu depuis les attentats du 11 septembre. En pleines vacances scolaires, les touristes comme les hommes d'affaires sont bloqués et pris au dépourvu. Tous tentent en vain de trouver un moyen lambda pour rentrer chez eux. Les TGV et les lignes de bus européens sont d'ailleurs vite saturés et la paralysie finit par affecter le trafic aérien mondial.

L'Europe rouvre finalement son espace aérien le matin du 20 avril. Cet épisode aura fait perdre environ 1,27 milliard d'euros aux compagnies aériennes.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés