Le PS, 1e famille à Bruxelles

©BELGA

Les frères ennemis PS-MR vont être appelés à gouverner ensemble à Bruxelles.

Avec 26,58% des voix (+0,33 par rapport à 2009), le PS a remporté le scrutin régional à Bruxelles dimanche soir, devançant le MR qui réalise 23,03%, sur base des résultats complets diffusés lundi en fin de matinée par le ministère de l'Intérieur. Il y a donc fort à parier que les frères ennemis seront amenés à gouverner ensemble.

Mais la majorité à deux suffira-t-elle? Il faudra peut-être ajouter une pointe d'amarante à cette coalition violette.

Le PS aura en effet 21 (=) députés bruxellois, contre 18 (-6) au MR dans l'hémicycle bruxellois renouvelé. Le FDF enlève la troisième place du podium bruxellois. Les Fédéralistes démocrates francophones engrangent 14,81% des voix. Le cdH recule de plus de 3 points pour atteindre 11,73%, ce qui offre 9 sièges aux centristes (-2). Ecolo est, lui, pointé à 10,11%, soit une chute de près de 10 points par rapport au scrutin de 2009. Il perd huit de ses 16 députés.

Le FDF réalise ainsi un très bon score dans la capitale. À croire que le divorce avec le MR lui a permis de renaître sur la scène politique bruxelloise. Il est aujourd'hui la troisième force politique de la capitale, devant Ecolo et le cdH. Ses anciennes amitiés avec le MR lui permettront peut-être d'entrer dans le nouveau gouvernement.

Cela ne devrait pas gêner le Parti socialiste avec qui le FDF partage certaines vues. Leurs programmes sont loin d'être incompatibles. Et à plus long terme, le PS a intérêt à assurer la survie du FDF qui sert de rempart contre les libéraux.

LES ÉLECTIONS EN TEMPS RÉEL

=> Tous les résultats:  Fédéral, Régions, Europe.

D'ailleurs, sans le FDF, il n'y aurait sans doute pas de match entre le PS et le MR à Bruxelles aujourd'hui. Rappelons aussi que durant la campagne, Rudi Vervoort a, à plusieurs reprises, indiqué qu'il n'excluait pas une coalition avec le FDF. Pour ce dernier aussi, il s'agirait d'un retour au pouvoir après 10 ans d'opposition.

Autre enseignement: la chute de l'Olivier à Bruxelles: "Nous nous attendions à un recul", a affirmé Evelyne Huytebroeck. Après 10 ans au gouvernement bruxellois, la ministre sortante Ecolo est forcée de l'admettre: "L'Olivier va être difficile à faire passer". En passant de 20,22% à 10,64% (résultats partiels), les chances pour Ecolo d'être dans le prochain gouvernement sont proches de zéro. L'onde de choc du photovoltaïque wallon semble s'être propagée jusqu'à Bruxelles.

Le PTB est-il aussi responsable de cette chute des Verts à Bruxelles? Pas tellement. Le Parti travailliste belge récolte seulement 4%. Néanmoins, grâce au groupement de liste, il devrait parvenir à obtenir 4 sièges au Parlement bruxellois.

Et le cdH! Malgré une figure forte en tête de liste en la personne de Joëlle Milquet, il chute et se retrouve quatrième parti. Le dossier du survol de Bruxelles a laissé des cicatrices. Les Bruxellois touchés par les nuisances sonores se sont vengés sur les démocrates chrétiens.

Parmi les nouveaux résultats, on relèvera ceux du canton de Bruxelles où le Parti Socialiste obtient (33,1%), devant le MR (18%) et de Schaerbeek où il est également premier avec 31,5%, devant le MR (16,4%).

Côté flamand, c'est incontestablement l'Open Vld qui remporte l'élection. Le parti occupera cinq sièges (+1) Le sp.a arrive en deuxième position, juste devant Groen qui réalise une réelle percée. Les deux partis disposeront de trois élus chacun.
La N-VA n'arrive qu'en quatrième position dans la capitale. Les nationalistes arrachent 3 sièges (+2). Le CD&V perd lui un siège. Il n'en aura plus que deux.
Enfin, le Vlaams Belang, grand perdant, n'aura plus qu'un élu à Bruxelles, contre 3 jusqu'ici.

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés