Quelles actions du Bel 20 sont dignes d'achat?

©BELGA

Que pensent les analystes des actions du Bel 20? Voici quelques commentaires et perspectives.

AB InBev: Le brasseur reçoit plus de recommandations "vendre" et "conserver" que de conseils d’achat. Les synergies créées par la reprise de SAB Miller constituent le moteur de la croissance, mais en matière de ventes, le CEO Carlos Brito va devoir faire des efforts.

Ackermans & van Haaren: A conserver, selon le consensus. La branche financière se porte très bien et la filiale CFE profite des activités de dragage florissantes de DEME. Le pôle construction souffre de problèmes structurels.

Ageas: Les marchés faibles pourraient entraîner des moins-values. Les tempêtes aux USA et les procès en cours (ex-Fortis) pourraient causer des déconvenues. Bilan solide. Sous-évalué par rapport au secteur.

Befimmo: La faiblesse du marché des bureaux pèse, mais le rendement de dividende brut de 6% compense.

Bekaert: La société devrait cueillir les fruits de ses récentes reprises, de la fusion de ses activités de fil d’acier avec celles de Birdon et de mesures d’optimisation. La concurrence chinoise reste forte en raison de la surcapacité. Majorité de recommandations d’achat.

Bpost: L’augmentation du transport de colis doit compenser le recul du courrier traditionnel. Le dividende semble garanti pour l’instant.

Cofinimmo: Ce qui reste des bureaux (38% du portefeuille) est sujet à un vide locatif, mais les investissements dans les maisons de repos sont de plus en plus rentables.

Colruyt: La chaîne gagne des parts de marché et améliore ses marges. Mais à 18 fois le bénéfice, le titre est très cher et est celui qui s’échange le plus au-dessus de son objectif de cours moyen.

Delhaize: La fusion avec Ahold devrait créer des synergies qui ne sont pas encore intégrés dans le cours. Pour l’instant, le cours d’Ahold détermine celui de l’action Delhaize.

Delta Lloyd: L’assureur a prévu une augmentation de capital d’1 milliard d’euros pour fin février-début mars. Cela pourrait continuer à peser sur le cours. Des fonds activistes ont toutefois découvert l’action...

D’Ieteren: Le concessionnaire est victime du scandale Volkswagen. La réparation de vitres souffre du meilleur état des routes et du réchauffement climatique (les vitres cassent moins vite).

Elia: L’entreprise distribue fidèlement un dividende. Il pourrait toutefois y avoir des reprises dans l’air.

Engie: Les prix bas de l’électricité et l’amortissement des vieilles centrales pèsent sur le géant énergétique, certes bon marché, qui joue à fond la carte du renouvelable et des émergents.

GBL: La rotation du portefeuille est payante. Les investissements dans Ontex et Adidas notamment, se sont avérés des coups de maître. Le dividende restera au moins identique.

KBC: Pas de recommandation de vente. Le remboursement de l’aide publique redonne de l’air pour une expansion et le paiement d’un dividende.

Proximus: Les recommandations d’achat sont largement minoritaires, bien que le groupe de télécoms ait largement dépassé les prévisions. Le marché s’inquiète d’une concurrence accrue suite à l’ouverture du câble. Le dividende supérieur à 5% brut offre une certaine compensation.

Solvay: Le rachat onéreux de l’américain Cytec devrait amener des avantages liés aux synergies. Le marché considère les fondamentaux. La division polyamides est à vendre.

Telenet: Le groupe atteint ses objectifs en termes de clientèle et de bénéfices. La reprise de Base pourrait booster les marges mais aussi pousser à faire l’impasse sur le dividende.

UCB: Les trois produits phares (Vimpat, Cimzia et Neupro) se portent bien. On attend les résultats des études de Phase III du romosozumab développé avec Amgen (1er semestre).

Umicore: A court terme, la chute des prix des matières premières pèse sur le groupe. À long terme, la montée en puissance du recyclage, de la technologie de batteries et catalyseurs paiera.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés