Publicité
Publicité

Les F-16 belges ont-ils tué des civils en Syrie?

©Photo News

La question agite les états-majors des pays impliqués dans le conflit syrien. La Russie accuse les F-16 belges d'avoir tué six civils en Syrie. Le ministre belge de la Défense, Steven Vandeput; dément. L'Ambassadeur russe en Belgique a été convoqué au ministère des Affaires étrangères.

Que s'est-il réellement passé dans le ciel syrien dans la nuit de lundi à mardi? Selon les autorités russes, l'aviation belge, qui fait partie de la coalition internationale menée par les États-Unis en Syrie, aurait tué six civils suite à des bombardements dans la région d'Alep. "Six personnes ont été tuées et quatre autres blessées à des degrés variables à la suite d'un bombardement qui a détruit deux maisons" dans la nuit de lundi à mardi dans la localité de Khassadjek dans la région d'Alep, selon un communiqué du ministère russe de la Défense.

©BELGA

"Faux", selon Steven Vandeput (N-VA). Le ministre belge de la Défense (photo) nie formellement toute implication des forces militaires belges dans ces frappes aériennes. "D'habitude nous ne communiquons pas sur nos positions, mais ces derniers jours nous n'avons pas survolé la région en question (Alep, NDLR)" a précisé le ministre Vandeput ce mercredi matin sur les ondes de la radio publique flamande. Des analyses plus complètes des données de vol des avions impliqués sont à l'étude.

"Nous n'avons pas été dans la région. Nous n'avons pas été impliqués dans l'attaque qui a été mentionnée", avait ajouté sa porte-parole, Laurence Mortier.

Steven Vandeput renvoie aussi aux autres "checks and balances" que les soldats belges respectent. "Les dommages collatéraux doivent toujours être évités. Il ne peut y avoir aucun doute sur la cible, qui doit être à 100% liée au groupe terroriste Etat islamique. Chaque mission est évaluée au quartier général et le pilote peut encore prendre une décision", a-t-il encore expliqué sur Radio 1.

Moscou brouille les pistes

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a rajouté une couche en indiquant, avec ironie, sur Facebook attendre "la condamnation sévère du Département d'Etat américain de frappes sur des cibles civiles". "Je pense que les photographies des morts ne seront pas difficiles à trouver pour lancer une campagne appropriée sur CNN", a-t-elle ajouté, dans une référence au retentissement mondial qu'avait suscité la photographie d'Omran, petit garçon de 5 ans, rescapé des bombardements à Alep, qui avait fait le tour du monde.

24h
La métropole syrienne d'Alep connaît depuis 24 heures un répit dans les raids aériens après la suspension par la Russie de ses frappes, rapportent mercredi une ONG et des secouristes, mais les combats se poursuivaient sur le terrain. Moscou, principal allié du président Bachar al-Assad, avait annoncé mardi l'arrêt des raids de son aviation ainsi que celle du régime sur la partie rebelle de la deuxième ville de Syrie.



La Russie a annoncé mardi la suspension surprise des raids des aviations russe et syrienne sur Alep en signe de "bonne volonté" et pour permettre l'évacuation des civils des quartiers rebelles de cette ville bombardée à un rythme intense depuis presque un mois. Moscou est sous le feu des critiques depuis des semaines des Occidentaux, qui lui reprochent le soutien des avions russes aux attaques meurtrières de l'armée du président syrien Bachar al-Assad.

Selon Steven Vandeput, les accusations russes s'inscrivent dans leur tactique de semer la discorde au sein de la coalition. Le ministre estime qu'il n'y aura pas de conséquences diplomatiques.  L'Ambassadeur russe en Belgique a toutefois été convoqué afin de lui exprimer son mécontentement,, indique-t-on au ministère des Affaires étrangères. "On est en train d'établir le contact (...) L'objectif est de le convoquer dans la journée", a déclaré Didier Vanderhasselt, porte-parole du ministère.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés