John-Alexander Bogaerts: "Terrorisé par le lendemain, je ne dépense jamais plus de 70% de mes revenus"

©Dieter Telemans

46 ans/Bruxellois/Licencié en Histoire/Fondateur du réseau de networking B19 (Anvers, Gand, Bruxelles, Brabant wallon, Liège, Mons et Luxembourg)/ Éditeur responsable du journal satirique PAN/Il dirige aussi le Zoute People Group, la société qui édite Zoute People, Golf People, Hockey People, Art People, RSCA People, etc./Cofondateur de l’École 19 (dédiée au codage informatique)/ Il pratique le tennis, le golf et le vélo/Passionné du Moyen-Âge et de l’Histoire de Belgique.

Trouvez-vous que l’argent de vos impôts est bien dépensé?

Non, il est même catastrophiquement mal dépensé. Si je pouvais, je supprimerais des milliers de postes en politique et je réinvestirais directement cet argent dans l’enseignement. C’est ce qui nous sauvera.

Votre mobilité a-t-elle évolué?

Il y a un an j’ai eu un retrait de permis de 15 jours avec obligation de repasser mon permis théorique. J’ai décrété que je ne le repasserais pas et que je ferais tous mes déplacements en transports en commun et en taxi. Au bout de 5 mois, j’ai craqué. Les transports en commun — quand on n’habite pas le centre-ville — sont tellement mal foutus que c’était impossible d’aller à cinq rendez-vous sur une même journée. Du coup, je me déplace essentiellement en voiture et à pied car j’adore marcher.

Consacrez-vous un budget élevé aux nouvelles technologies?

En 5 chiffres
  • 8: "Le jour de ma date de naissance. Je suis né un 8 avril, c’est donc un chiffre important pour moi. Voire même un peu fétiche."
  • 31: "Georgette, ma grand-mère, est née un 31 mai. C’est une personne très importante dans ma vie. Depuis toujours, nous avons une relation très spéciale. Je l’ai au téléphone tous les jours et je la vois au moins deux fois par semaine."
  • 34: "En 1995, quand j’ai décidé de prendre un GSM, j’ai obtenu un numéro facile à retenir grâce à John Goossens. Mais quel cauchemar car tout le monde le connaît. Je suis foutu (rires). J’en suis donc arrivé au stade où j’ai dû prendre un second numéro."
  • 1971: "L’année de ma naissance, un cru exceptionnel (rires)! L’air de rien, je trouve qu’il y a une grande différence entre les gens nés en 72 et ceux nés en 70 ou en 71. Il y a une appartenance à son année de naissance qui est très importante."
  • 19: "Le bâtiment de ce qui allait devenir le B-19 se trouve avenue Van Bever au numéro 17. Lorsqu’on a créé la deuxième entrée, on a mis le numéro 19. D’où B-19 comme le B de Van Bever ou Bogaerts, on ne sait pas trop… Mais avec le temps je suis devenu Monsieur 19."

J’ai acheté mon premier smartphone en 2017. J’ai gardé en parallèle mon vieux Nokia. Mais au bout de 8 années de bons et loyaux services, il m’a lâché. J’ai essayé de m’en passer définitivement. Mais ça, c’était avant qu’un camion ne me klaxonne dessus et ne me sauve la vie alors que je regardais mes mails au volant comme un con. J’en ai donc racheté un Nokia. Je vis avec ce téléphone basique et je travaille avec mon smartphone (qui reste soit au boulot, soit dans ma voiture, soit au rez-de-chaussée chez moi). Je refuse de me pourrir la vie avec cette machine chronophage.

Que payons-nous encore trop cher?

Le carburant. La différence de prix entre le prix à la pompe et celui du baril est tout simplement scandaleuse.

Et pas assez cher?

Le tabac. Il faudrait quadrupler son prix pour définitivement régler ce problème.

Achetez-vous bio?

Personnellement non mais je sais que je mange une alimentation bio grâce à ma femme. En 2013, j’ai eu un pépin de santé et je lui dois une fière chandelle. Vivre avec une femme équilibrée me fait beaucoup de bien. Au lieu de deux Mc Do par semaine, je suis passé à deux par an…

Êtes-vous abonné à un service de streaming musical?

Oui, mais ça ne m’empêche pas de continuer à acheter une vingtaine de CD par mois chez Media Markt. Je dois bien en avoir 6.000. J’ai des morceaux qu’on ne trouve même pas sur iTunes ou Spotify!

Avez-vous une autre collection?

On peut m’inviter chaque mercredi car je sais faire un dîner de cons sur une bonne dizaine de sujets à chaque fois. Je collectionne entre autres les raquettes de tennis vintage en bois, les guitares et les Santiags (que je porte le week-end). Celles en serpent blanc s’accommodent très bien avec un smoking. Je suis aussi numismate et à ce titre, j’ai une collection de billets belges exceptionnels.

Parlez-vous d’argent avec vos amis?

Je déteste parler argent et travail quand je suis à des dîners alors qu’il y a tellement de sujets bien plus intéressants à aborder. Pour me détendre, je préfère aller à un concert de rock avec une bonne bière.

Quel était votre premier job?

Il y a 30 ans, j’ai été serveur au "Al Piccolo Mondo". J’ai travaillé 5 jours ce qui m’a permis de gagner 4.000 francs belges. Avec cette somme, je m’en souviens comme si c’était hier tellement j’étais content, j’ai foncé chez un disquaire pour m’acheter le CD du concert de Jean-Michel Jarre à Houston. Mais surtout, ce job m’a appris ce que c’était de travailler dur.

Il m’a aussi apporté beaucoup d’humilité et de respect pour le métier de l’horeca. D’ailleurs je trouve qu’actuellement, on ne mise pas assez sur le travail. Quand on parle des 35 heures ou des 4 jours semaine, on le dévalorise. Alors qu’il y a des gens comme moi qui sont très épanouis dans le travail. Enfin, je pense que certaines personnes feraient mieux de se mettre à travailler et à compter sur elles-mêmes plutôt que sur un éventuel héritage.

Dans son portefeuille

"Je n’en ai plus. Mon dernier, je l’ai malheureusement déposé sur le toit de ma voiture à la station-service de Wetteren en revenant de la mer. Depuis, j’ai un porte-cartes qui contient une carte de crédit, ma carte d’identité, ma carte B19 et quelques cartes des clubs de sport auxquels je suis affilié. Mon permis de conduire se trouve a priori dans ma voiture. C’est ce que je pense! Mais tout compte fait, je n’en suis pas si sûr!"

©Dieter Telemans

Contenu sponsorisé

Partner content