Être créatif au sein d'une PME

Ce n’est pas la volonté qui manque aux PME. Mais comment favoriser l’inspiration et la créativité, matière première de toute innovation ? Et comment éviter de tuer la créativité au travail ?

Une PME qui fait du surplace recule. La durée de vie économique des produits et services ne cesse de raccourcir. Celles qui n’optent pas pour l’offensive se trouvent rapidement reléguées en queue de peloton. En Flandre, les Centres d’innovation peuvent jouer le rôle de chef d’équipe ou de coach pour les PME. Ils soutiennent les entreprises dans leur quête de nouvelles idées et le financement de projets innovants. Leurs conseillers en innovation accompagnent le processus de réflexion créative dans l’entreprise et intègrent l’innovation dans la réflexion stratégique.

1. Innover avec vos clients, vos fournisseurs et les centres de connaissance.

Investissez dans l’innovation ouverte. Les innovations " eurêka ! " n’existent pas : on innove progressivement, avec d’autres. Impliquez collaborateurs, partenaires et clients pour trouver ensemble des améliorations ou de nouveaux concepts plus rapides et plus efficaces. Peter Goeman, directeur du Centre d’innovation de Flandre orientale : " Les clients peuvent ouvrir votre vision. Des études révèlent que les nouvelles idées ne viennent pas en premier lieu de l’entreprise, mais de ses fournisseurs ou de ses clients. " Selon Goeman, les PME ont encore souvent peur de s’associer avec des instituts de connaissance, comme des universités ou des écoles supérieures. " Vous ne pouvez pas tout inventer tout seul. Il faut unir ses forces et voir les brevets comme une source d’information. Ce ne serait pas la première fois qu’une PME tenterait d’élaborer une idée alors qu’un collègue/concurrent a déjà déposé une demande de brevet en ce sens. "

2. Innovez toujours en fonction de votre stratégie d’entreprise.

Personne n’affirmera que les séances de brainstorming n’ont pas de valeur ajoutée, à condition d’en faire quelque chose ensuite. Quel que soit le caractère novateur de vos collaborateurs, ne perdez jamais de vue la vision de l’entreprise. Innover à l’aveuglette n’a aucun sens. Goeman : " Les séances de brainstorming créent un momentum et améliorent l’ambiance, mais il est indispensable de filtrer ces idées et d’approfondir les meilleurs. En tant que chef d’entreprise, il faut donner le bon exemple. Si le sommet de l’entreprise n’y croit pas, vos collaborateurs perdront rapidement leur motivation. Je me souviens avoir assisté à une excellente séance de créativité dans une PME : quatre ans plus tard, j’ai appris que toutes ces idées étaient oubliées. "

3. Rendez vos travailleurs propriétaires de leurs idées.

Faites en sorte que le plus grand nombre possible de membres de l’organisation puisse lancer ou déposer des idées dans une boîte à idées et, ensuite, rendez vos travailleurs propriétaires de leur idée. Goeman : " L’entreprise Televic apporte ainsi de la structure dans la créativité. En rendant le travailleur propriétaire de son idée, vous augmentez nettement son implication. Il peut approfondir son idée, éventuellement avec l’aide d’un coach, et est obligé d’y porter un regard critique. Donnez également aux collaborateurs la liberté de mener de temps à autre une réflexion créative en dehors de leur domaine de travail. "

4. Composez une équipe équilibrée en charge de l’innovation.

Une bonne équipe de football n’a pas besoin de 11 Messi. Ils ne feraient que se marcher sur les pieds. C’est la même chose pour une équipe en charge de l’innovation.

Goeman : " Créez l’équipe la plus hétérogène possible. Certains travailleurs sont fantastiques lorsqu’il s’agit de lancer des idées, d’autres sont très bons pour les filtrer et les affiner. Veillez à ce qu’ils se stimulent. "

5. Après l’idée créative vient l’élaboration créative

Imaginer une excellente idée est une chose, l’élaborer pour en faire un produit commercial reposant sur un modèle d’affaires performant est une autre paire de manches.

Goeman : " Voyez l’émission télévisée Topstarter. De nombreux entrepreneurs ont une excellente idée, mais ils n’ont encore aucun marché à l’esprit, ni la moindre idée de leurs clients potentiels. Nous avons un outil appelé " ouvre-boîte " qui permet aux PME de voir où elles en sont avec leurs nouvelles idées. Votre idée a-t-elle une USP - unique selling proposition (proposition unique de vente) suffisante ? Qu’en est-il du marché et des concurrents ? Votre idée est-elle rentable sur le plan économique ? Comment identifiez-vous les clients potentiels ? … "

6. Osez développer de nouveaux produits avec des technologies/machines existantes

Pourquoi une PME ne pourrait-elle pas développer des produits radicalement neufs sur base de la technologie et du savoir-faire présents dans l’entreprise ? Goeman : " Il existe suffisamment d’exemples. Leys, une entreprise métallurgique d’Erembodegem, a développé une lampe de plongée modulaire innovante, ce qui lui a permis de devenir un acteur d’envergure mondiale dans cette niche. Ses dirigeants sont des passionnés de plongée. Ou SMO, une entreprise de construction mécanique basée à Eeklo, qui fabrique des machines qui n’existaient pas auparavant : une machine à hamburgers, une machine pour récolter les algues, … Ses clients sont actifs dans l’industrie alimentaire, les technologies propres ou l’agriculture. Elle est sans cesse à la recherche d’opportunités pour offrir une solution aux souhaits spécifiques du client . "

7. Testez votre idée sur un public cible limité.

Impliquez le client potentiel dans toute la phase de développement de votre produit. Goeman : " Fabriquez des prototypes et testez-les sur un public réduit. Vous pouvez organiser les tests vous-même, cela ne doit pas coûter très cher. Le feedback du client sera riche d’enseignements et vous permettra de revoir certains détails. Car, même si vos ingénieurs sont très fiers du niveau de sophistication de leur produit, le client n’est peut-être pas intéressé par tous ces gadgets. Malheureusement, le client n’intervient souvent qu’au dernier moment, juste avant la mise sur le marché du produit. "

8. Observez votre innovation avec l’œil du profane

Regardez d’anciens problèmes ou de vieilles idées avec le regard du néophyte complet. Goeman : " Demandez l’avis de membres d’autres départements dont ce n’est pas le quotidien. Leur réponse peut mener à des innovations révolutionnaires. Invitez également des personnes externes, comme des étudiants. Ils peuvent apporter un regard frais et des idées étonnantes. "

9. Osez innover, même en période de crise.

Tout produit connaît une phase de décollage, de succès et d’atterrissage. N’attendez pas cette dernière pour proposer de nouvelles idées ou des innovations. Goeman : " Vous devez innover en continu. Et, surtout, faire preuve d’audace en période de crise. Depuis fin 2012, nous recevons d’ailleurs de très nombreuses demandes de subsides à l’IWT (Agence flamande pour l’innovation par la science et la technologie, avec laquelle les Centres d’innovation travaillent en étroite collaboration, NDLR). C’était également le cas en 2008. Les budgets réduits des PME les obligent sans doute à chercher des aides financières supplémentaires, mais elles veulent également innover afin d’être prêtes pour la reprise. "

Deux tueurs de créativité

1. Un environnement de travail stressant

Les participants partageront plus rapidement leurs idées avec des collègues s’ils se sentent dans un environnement propice. Introduisez donc un caractère ludique dans le processus d’innovation.

2. Critique fanatique

La critique fanatique est à proscrire lors d’un brainstorming, car elle freine le partage des idées. Différez votre jugement. Des expressions comme " c’est trop cher " ou " c’est impossible " sont à bannir lors d’un brainstorming. Attendre avant de juger permet d’avoir de nouvelles idées.

 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés