L'auteur présumé de l'attentat de Copenhague : 22 ans, danois et délinquant

©EPA

La police danoise a abattu un homme dimanche matin à Copenhague, quelques heures après deux fusillades qui ont fait deux morts et cinq blessés dans la capitale danoise. Les attaques ont visé un centre culturel accueillant un débat sur la liberté d'expression, et une synagogue. Comme lors de l'attaque de la rédaction de Charlie Hebdo à Paris, Israël appelle les juifs d'Europe à émigrer.

L'auteur présumé des deux fusillades meurtrières de Copenhague, était né et avait grandi au Danemark, et était connu pour des "infractions à la législation sur les armes et des violences", a annoncé dimanche la police.

"L'auteur présumé des faits est identifié. C'est un jeune homme de 22 ans, né au Danemark, qui est connu de la police pour plusieurs délits dont entre autres des infractions à la législation sur les armes et des violences", indique la police de Copenhague dans un communiqué.
"Il est également connu pour ses liens avec des bandes de délinquants", a-t-elle ajouté.
Il a été abattu par les forces de l'ordre dimanche avant l'aube, après leur avoir tiré dessus, et désigné par les enquêteurs comme ayant agi seul.
Les enquêteurs n'ont pas apporté d'élements sur une éventuelle influence de l'idéologie islamiste.

La première attaque, au fusil-mitrailleur, a eu lieu samedi vers 15H00 GMT dans un centre culturel où avait lieu un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression. Y assistait le caricaturiste suédois Lars Vilks qui faisait l'objet de menaces et agressions depuis la publication en 2007 d'un de ses dessins représentant le prophète Mahomet avec un corps de chien.
Le réalisateur Finn Nørgaard, 55 ans, qui se trouvait dans l'assistance, est mort atteint au thorax par une des dizaines de balles que l'assaillant a eu le temps de tirer, avant de fuir en voiture.
Trois policiers ont été blessés en s'interposant.
La seconde attaque a eu lieu à l'extérieur de la grande synagogue après minuit. Dan Uzan, un juif de 37 ans, qui montait la garde pour protéger les dizaines d'invités d'une bar mitzvah, a été tué. Deux policiers ont également été blessés.

Les forces de l'ordre ont diffusé dans la soirée une photo, apparemment prise dans un parking, d'un homme vêtu d'une doudoune foncée et d'un bonnet ou d'une cagoule bordeaux, avec un signalement: 25 à 30 ans, environ 1,85 m, athlétique.

'Israël est votre foyer' 

Après la première fusillade, la chef du gouvernement danois, Helle Thorning-Schmidt, a dénoncé "un acte de violence cynique". Il estime que "tout porte à croire que la fusillade (...) était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste".
Paris a immédiatement condamné "avec la plus grande fermeté" cette "attaque terroriste". Washington a évoqué une attaque "déplorable" et proposé d'apporter son aide à l'enquête. 

S'adressant aux juifs européens, Benjamin Netanyahu a proclamé dans un communiqué: "Israël est votre foyer. Nous sommes préparés pour accueillir une immigration de masse en provenance d'Europe".
"A tous les juifs d'Europe: je dis Israël vous attend les bras ouverts", a ajouté le Premier ministre.
"De nouveau le terrorisme de l'islam extrémiste a frappé en Europe. De nouveau un juif européen a été tué parce qu'il était juif et ce genre d'attentats devrait se reproduire", a mis en garde le Premier ministre.
Benjamin Netanyahu a par ailleurs indiqué que son gouvernement allait adopter un plan pour encourager l'immigration de juifs de France, de Belgique et d'Ukraine d'un montant de 180 millions de shekels (45 millions de dollars).

Dizaines de coups de feu

Joint par l'AFP, l'ambassadeur de France au Danemark, François Zimeray, a décrit un assaut brutal sur le centre culturel, au sein duquel se trouvait notamment l'artiste et caricaturiste suédois Lars Vilks, qui a été l'objet de plusieurs menaces et d'agressions depuis la publication à l'été 2007 d'un dessin représentant le prophète Mahomet avec un corps de chien.
"Ils nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que (l'attaque contre) Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer", a-t-il déclaré.

"Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre", a raconté l'ambassadeur.

Plusieurs dizaines de personnes assistaient au débat sous protection policière.
Les vitres ont été criblées de nombreux impacts. Et la BBC a diffusé un enregistrement où on entend l'Ukrainienne Inna Shevchenko, du mouvement Femen, interrompue par des dizaines de coups de feu qui claquent sans répit.

Les services de renseignement (PET) ont indiqué que l'attaque était "planifiée". Mais la police a estimé que la question de la ou des personnes spécifiquement visées n'était "pas évidente".



 

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés