Publicité
Publicité

Qui sont les twittos de l'État islamique?

©AFP

Une étude américaine a fait la radiographie des partisans de l’EI sur Twitter. Ils se situent essentiellement dans la zone géographique des djihadistes et sont plus actifs que les autres tweetos.

On le sait, l’État islamique est passé maître dans l’art d’utiliser les réseaux sociaux pour propager ses messages haineux, disséminer des images de ses macabres "exploits" et recruter de nouveaux djihadistes. Mais personne n’avait jusqu’à présent tenté de profiler les propriétaires de comptes Twitter affichant ouvertement leurs sympathies pour l’EI.

Deux chercheurs associés à la Brookings Institution, l’un des principaux think tanks américains, s’y sont collés. Ils ont scruté ces "porte-parole" et fans de l’EI sur Twitter entre septembre 2014 et novembre 2014. Ils en ont dénombré 46.000, pas forcément actifs en même temps, peut-on lire dans une étude publiée ce mois-ci.

©MEDIAFIN

Les auteurs de l’étude expliquent qu’ils ont identifié près de 500 comptes Twitter de départ, ceux d’où émane la propagande de l’EI, donc. Ce sont ces comptes-là qui auraient totalisé 46.000 supporters, autant de comptes par où leurs messages ont pu transiter pendant la période couverte. C’est essentiellement dans la zone d’influence géographique de l’EI que l’on retrouve ces sympathisants.

Certains fans de l’EI se sont montrés particulièrement prolifiques. Les auteurs ont dénombré 545 comptes d’où partaient plus de 150 tweets par jour.

Les auteurs ont localisés 960 comptes en Irak et en Syrie entre septembre et novembre. Dans les pays occidentaux, ce sont les Etats-Unis qui arrivent en tête avec 400 comptes identifiés. Il y en aurait eu un en Belgique.

Il faut néanmoins prendre ces informations avec des pincettes alors que de nombreux propriétaires de comptes associés à l’EI n’ont pas donné d’informations sur leur lieu de résidence. Ou ont pu renseigner de fausses informations. Mais trois quarts des sympathisants de l’EI ont sélectionné l’arabe comme étant leur première langue. Un sur cinq a renseigné l’anglais et 6% le français.

 

Des "followers" actifs

Ces comptes ont généralement plus de "followers" que les autres utilisateurs de Twitters. L’étude en dénombre 1.004 en moyenne. On est loin des plus de 50 millions d’abonnés au compte d’Obama, mais bien au-dessus de la moyenne de 208 "followers". Les fans de l’EI sont également bien plus actifs. Certains d’entre eux se sont montrés particulièrement prolifiques. Les auteurs ont dénombré 545 comptes d’où partaient plus de 150 tweets par jours.

Ces comptes utilisaient parfois des applications permettant de générer automatiquement des dizaines de milliers de tweets par jours sur la toile. Parmi les applications les plus populaires, "Dawn of glad tidings" qui connut son pic d’activité en juin 2014 alors que les djihadistes de l’EI s’approchaient de Bagdad. L’application généra un tel flux de tweets évoquant la prise prochaine de Bagdad que quiconque effectuait une recherche "Bagdad" sur Twitter tombait sur les photos de propagande de l’EI. Le but était clairement d’intimider les habitants de la capitale irakienne. Twitter supprima l’application le même mois.

Comme l’indique le think tank dans son étude, les autorités et les responsables de Twitter n’ont pas encore établi de stratégie commune pour faire disparaître les comptes propageant les messages de l’EI. Mais cela n’a pas empêché le géant de l’internet d’agir de son côté. Début janvier, Twitter avait ainsi suspendu 790 comptes pro-EI par rapport à septembre-octobre 2014.

L’étude est disponible sur le site internet de Brookings (www.brookings.edu): "The ISIS Twitter Census", J.M. Berger et Jonathon Morgan, mars 2015.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés