live

16 interpellations, Salah Abdeslam toujours en fuite

Les villes de Bruxelles, Charleroi et Liège ont été le théâtre de 19 perquisitions, qui ont mené à 16 interpellations. On compte un blessé léger et Salah Abdeslam ne figure pas parmi les personnées arrêtées.
  • Bonne nuit à tous.

    C'est la fin de notre suivi live de l'actualité. On se retrouve demain matin à l'aube.

    Bonne nuit à tous !

  • Le point à 1h05

    • Une importante opération anti-terroriste a donné lieu à 19 perquisitions à Bruxelles, Liège et Charleroi.
    • 16 personnes ont été interpellées et l'on compte un blessé léger parmi les suspects.
    • Salah Abdeslam ne fait pas partie des personnes arrêtées et aucune arme ni explosifs n'ont été retrouvés lors des perquisitions.
    • Le niveau d'alerte terroriste a été maintenu à son maximum, soit le niveau 4, dimanche soir pour l'ensemble de l'agglomération bruxelloise.
    • Les stations de métros et écoles, universités resteront fermées, en raison des menaces "sérieuses et imminentes" d'attentats dans la capitale belge.
    • Certaines entreprises demandent à leurs travailleurs de favoriser le télé-travail.
    • Deux terroristes (certaines sources parlent aussi de 10) seraient présents sur le sol bruxellois et pourraient commettre des actes très dangereux. L'un d'entre eux serait muni d'une bombe.

     

  • Le Parquet confirme 16 arrestations, un blessé léger

    "Les unités belges ont effectué 19 perquisitions" dans plusieurs communes bruxelloises (Molenbeek, Anderlecht, Jette, Woluwe-Saint-Lambert, Forest) et à Charleroi et Liège. La police a procédé à 16 interpellations.

    Un véhicule s'est dirigé vers les membres de la police llors d'une perquisition dans un snack-bar à Molenbeek, forçant les autorités à ouvrir le feu. Le conducteur a été blessé et interpellé.

    Abdeslam Salah n'a pas été interpellé et les investigations se poursuivent, a expliqué le parquet fédéral.

    Ni armes, ni explosifs n'ont été découverts.

    "Les éléments receuillis dans le cadre de l'instruction nécessitaient une intervention ce soir", a affirmé le Parquet fédéral lors d'une conférence de presse.

  • Une quinzaine d'arrestations lors de l'opération anti-terroriste

    L'opération anti-terroriste de grande ampleur qui a eu lieu à Bruxelles, Charleroi et Liège aurait mené à une quinzaine d'interpellations et l'on compterait un blessé léger parmi les personnes interpellées.

    Les opérations se seraient notamment concentrées aux alentours de la Gare du Midi et de la Grand Place à Bruxelles, ainsi qu'à proximité de la station de métro Étangs Noirs. Des perquisitions auraient également eu lieu dans la commune de Schaerbeek.

    Le parquet fédéral prévoit une conférence de presse vers 00.30 pour faire le point.

  • Le cente de crise annonce la fin des opérations policières

  • Liège est également le théâtre d'opérations policières

    Ces interventions s'inscrivent dans la lignée de celles qui ont été ou sont toujours menées dans la région bruxelloise et à Dampremy (Charleroi).

    Aucune information supplémentaire ne peut être communiquée pour l'instant pour une question de sécurité. Il est demandé à chacun de se soumettre à toutes les requêtes policières.

  • Quand Twitter détend l'atmosphère..

    Tant les médias que les internautes belges respectent dans leur immense majorité la demande des autorités de ne pas diffuser d'informations précises sur les opérations policières en cours. De quoi générer un "silence" pesant sur les réseaux sociaux. Mais Internet a horreur du vide, et les twittos, beaucoup d'humour. Résultat, sous le hashtag #BrusselsLockdown, les internautes détendent l'atmosphère en commentant la situation bruxelloise avec ... des photos de chats.

    Une pratique relativement classique sur le web, le "LolCat", déjà largement saluée à l'étranger.

     

     

     

     

     

     

     

  • Les magasins Delhaize et Carrefour ouverts ce lundi

    Les magasins de la chaîne Carrefour ouvriront leurs portes aux clients lundi dans tout Bruxelles, sauf si les autorités locales demandent spécifiquement le contraire, a annoncé dimanche soir le porte-parole Baptiste van Outryve.

    Seuls les magasins Carrefour installés dans la station de métro Rogier et à City 2 seront, par la force des choses, fermés, vu la fermeture imposée par les autorités au réseau de transport souterrain et aux centres commerciaux. 

    Le son de cloche est similaire du côté du concurrent Delhaize, dont les succursales ouvriront à l'exception de celles situées dans les centres commerciaux Westland et Basilix, a annoncé le porte-parole Roel Dekelver.  Des deux côtés, on indique que des mesures de sécurité supplémentaires ont été prises pour assurer la sécurité des clients et du personnel dans les enseignes ouvertes.

  • Une opération de police également à Charleroi

    D'importantes opérations de police ont actuellement lieu dans la région de Charleroi selon l'agence Belga. Un périmètre de sécurité aurait été établi.

  • Télétravail de mise chez ING

    Suite à la décision de maintenir le niveau d'alerte à 4, ING a informé ses collaborateurs que seuls les personnes occupant une fonction critique pourront rejoindre les sièges bruxellois de la rue Marnix et Cours Saint Michel. "les autres sont invités à recourir au télétravail ou pourront prendre congé en accord avec leur manager", explique Vanessa Zwaelens.

    Les agences resteront, comme c'est le cas aussi chez Belfius et BNP Paribas Fortis, ouvertes mais "avec portes fermées". " Seuls les clients connus de l'agences pourront entrer. Nous conseillons toutefois aux clients d'appeler leur agence avant de s'y rendre".

    Certaines agences resteront portes closes comme celle de la galerie commerçante City 2, fermé par mesure de sécurité.

  • Ne divulguez aucune information sur les opérations en cours

    Pour le bon déroulement des opérations, nous ne divulguerons aucun détail ni sur les opérations en cours ni sur l'endroit où elles ont lieu. La police demande également au public de ne pas partager la position de ses hommes sur les réseaux sociaux.

  • Pas d'incohérence sur les crèches

    La ministre francophone en charge de la Petite enfance, Joëlle Milquet, s'est défendue dimanche soir de toute incohérence avec le gouvernement bruxellois sur la fermeture des crèches lundi, relevant la chronologie de la prise de décision post 6e réforme de l'État.

    Dimanche soir, tant le Premier ministre Charles Michel que la ministre Milquet ont annoncé que les crèches en Région bruxelloise ne seraient pas fermées.

    Quelques dizaines de minutes plus tard, le ministre-président bruxellois annonçait le contraire, une décision qui prévaut dès lors, reconnaît Mme Milquet.

    "Il ne faut pas y voir d'incohérence, mais bien une question de chronologie", a expliqué la ministre à l'agence Belga. Le conseil national de sécurité avait bien conclu à l'ouverture des crèches, avec vigilance accrue. Mais depuis la 6e réforme de l'État, les compétences régionales ont été renforcées en matière de coordination de sécurité. Le ministre-président bruxellois et les bourgmestres ont donc pu prendre une décision différente, au regard des capacités policières dont ils peuvent bénéficier.

  • BNP Paribas conseille aussi à ses collaborateurs de télétravailler

    Après Belfius plus tôt dans la journée, BNP Paribas recommande également à ses collaborateurs de travailler de chez eux demain.

    Les agences de BNP Paribas Fortis seront ouvertes à la clientèle. Dans la région de Bruxelles, l’accès ne sera cependant autorisé qu’après identification du client.
  • Ne signalez aucun contrôle de police

    La police fédérale demande à la population de ne signaler aucun contrôle de police. L'application "Info Radars" a, par ailleurs, suspendu la possibilité de signalement.

  • De nombreux tweets expliquent ceci :

    - la rue du Midi est ciblée par les opérations de police

    - les clients des restos dans les environs de la Grand-Place sont escortés vers la sortie

    - les clients des hôtels sont priés de rester à l'intérieur (radisson + marriot)

    - ça bougerait aussi du côté d'Etterbeek (casernes)

  • Une partie des rues du Lombard et du marché au Charbon bouclées

  • Forte concentration policière dans le quartier des Casernes à Etterbeek.

  • Opération en cours à la Grand-Place

    Une opération dans le cadre des menaces terroristes est actuellement en cours à proximité de la Grand-Place de Bruxelles. Il y a une quinzaine de minutes les policiers ont été prévenus sur leurs ondes qu'ils devaient se tenir prêt car une opération allait se dérouler à Bruxelles. Des personnes témoignent sur les réseaux sociaux que l'opération aurait lieu aux alentours de la Grand-Place et de la Rue du Midi à Bruxelles. Il a été demandé aux habitants de ne pas s'approcher des fenêtres tandis que la police bloque les rues adjacentes.

    Les rues du Lombard et du midi sont inaccessibles.

     


  • Les crèches, centres commerciaux et de loisirs seront fermés aussi à Bruxelles jusqu'à nouvel ordre

  • La police demande aux clients du Radisson de rester enfermés

  • Pas d'accueil dans les écoles demain/rectification!!

    Contrairement à ce qu'avait annoncé le cabinet du ministre francophone de l'Enseignement supérieur préalablement, il n'est pas demandé aux établissements scolaires en Région bruxelloise de prévoir un accueil pour les enfants, a rectifié dimanche soir le cabinet du ministre-président Rudy Vervoort. Les établissements scolaires se situant à Bruxelles seront bien fermés, par principe de précaution, a souligné le cabinet.

  • Appel à témoin

    La police française a diffusé dimanche un appel à témoin, assorti d'une photo, pour identifier "le troisième auteur décédé d'un des attentats commis le 13 novembre au Stade de France", au nord de Paris. Les enquêteurs avaient annoncé vendredi que ce kamikaze, qui s'est fait exploser à proximité de la porte H du Stade de France, avait été enregistré le 3 octobre sur l'île grecque de Leros, en même temps qu'un autre kamikaze, dont la photo a déjà été diffusée par la police mais qui reste non identifié.

    Un seul des trois auteurs des attaques-suicide du Stade de France a pour l'instant été identifié: il s'agit de Bilal Hadfi, un Français de 20 ans qui résidait en Belgique.

    Lors de son enregistrement en Grèce parmi d'autres migrants, l'homme visé par ce nouvel appel à témoins avait présenté un passeport syrien au nom de Mohammad al-Mahmod, avait précisé vendredi une source proche de l'enquête.

    Lui et l'autre kamikaze, qui s'est fait exploser à la porte D pendant que se jouait le match amical de football France-Allemagne, avaient ensuite pris un ferry pour le port du Pirée en Grèce le 8 octobre. Empruntant la route des migrants, ils auraient alors pris le chemin de la Serbie.

    Les enquêteurs sont par ailleurs toujours à la recherche de Salah Abdeslam, qu'ils soupçonnent d'avoir été exfiltré vers la Belgique.

    Appel à témoin ©appel à témoin

  • Du mouvement du côté de la Grand-Place, au Radisson

    Personne n'entre ni sort du Radisson. L'armée devant la portz et dans le lobby.

  • Les professeurs doivent être présents dans les écoles demain

    La suspension des cours dans les écoles de la Région bruxelloise s'accompagne toutefois d'une demande à ces dernières de prévoir des services d'accueil pour les élèves que les parents sans alternative de garde déposeraient malgré tout. Les enseignants sont donc invités à être présents, a indiqué le ministre francophone de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt.

  • Les crèches ne sont pas fermées obligatoirement, appel à la prudence

  • Ecoles, hautes écoles et universités sont fermées

  • Les écoles fermées lundi

    Le premier ministre Charles Michel a confirmé l'alerte au niveau 4 à Bruxelles. Le reste du pays reste au niveau 3. Un niveau "sérieux", rappelle-t-il.

    On redoute toujours le même type d'attentats qu'à Paris (plusieurs individus). Les cibles potentielles sont des centres commerciaux, des rues commerçantes, les transports en commun.

    Les mesures :

    - force de police et militaires maintenues

    - diminution des grands événements

    - attention particulière pour les transports publics=> métros fermés.

    - les écoles seront fermées demain

    "Tout est mis en oeuvre pour que l'on puisse reprendre une vie normale".

    Nouvelle évaluation demain.

  • Selon le site du Daily Mail, Salah Abdeslam est à Bruxelles et aurait skypé des amis pour organiser sa fuite en Syrie.

  • "Nous allons voir ce qu'il est possible de faire pour que les entreprises, les écoles, les administrations fonctionnent correctement"

    Le Conseil de sécurité national est en réunion actuellement. Il va évaluer l'adaption des mesures en fonction du niveau de la menace. Les ministres-présidents des entités fédérées y sont également convoqués.

    "Si le niveau de la menace reste au niveau quatre, c'est évident particulièrement lourd", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) en arrivant à la réunion du Conseil national de sécurité. "Nous allons essayer de voir en fonction de l'évaluation de la menace ce qu'il est possible de faire pour aménager les mesures afin que les entreprises, les administrations, les écoles puissent quand même fonctionner correctement", a-t-il expliqué à la presse.

    Le Conseil National de Sécurité rassemble le Premier ministre, les ministres de la Justice, de la Défense, de l'Intérieur et des Affaires étrangères, et les autres Vice-premiers ministres, ainsi que l'OCAM, la Sûreté de l'Etat, les renseignements, la Police fédérale, le Procureur fédéral entre autres.

    ©BELGA



  • Fausse alerte chez Medialaan

    Les inspecteurs et les chiens n'ont trouvé aucune trace d'explosif dans l'immeuble de Medialaan (VTM, Q-Music).

  • Point presse à 19h

    Le point presse qui suit le Conseil national de sécurité (commencé à 17h) se tiendra à 19h. La population sera informée du maintien ou non du niveau d'alerte à 4.

  • Aller au bureau ou télétravailler lundi?

    Certaines entreprises ont donné pour consigne à leur personnel de télé-travailler, ce lundi. Le BECI ne donne pas de mot d'ordre et espère un retour à la normale en terme de mobilité le plus rapidement possible.

  • Selon iTele, les enquêteurs recherchent entre 8 et 10 terroristes.

  • Le bâtiment de Medialaan est évacué, possible menace

    Medialaan est la maison mère de VTM, qmusic, etc. Le bâtiment se situe à Vilvorde. La police est sur place. Des chiens vont flairer tout le bâtiment à la recherche d'explosifs.

    A Vilvorde, une voiture avec plaque française située depuis deux jours devant l'église est aussi fouillée.

  • Deux options pour le port du bracelet électronique

    Le ministre de la Justice, Koen Geens, envisage deux options pour le port de bracelets électroniques par les personnes radicalisées, la mesure sera soit judiciaire, soit administrative, a-t-il indiqué sur le plateau du Zevende dag. Dans tous les cas de figure, les personnes concernées pourront se défendre et les mesures seront accompagnées de dispositions pour qu'elles puissent se réintégrer dans la société.

    • Soit la législation pénale sera étendue. "Nous pouvons renforcer la criminalisation", a affirmé le ministre. Aller combattre en Syrie, recruter ou prêcher la haine est déjà punissable, les signes de radicalisation ne le sont pas.
    • Soit des mesures administratives seront prévues, comme des assignations à domicile. Elles seraient prises non pas par un tribunal mais par une autorité compétente.
  • Un complice de Jihadi John à Bruxelles ?

    Selon le site internet du quotidien britannique 'the Telegraph', on apprend qu'un terroriste suspecté d'avoir des liens avec Jihadi John a échappé à la surveillance britannique et s'est évadé vers Bruxelles, où l'on pense qu'il pourrait avoir des liens avec des membres de l'EI, spécifiquement avec Abdelhamid Abaaoud (mort lors de l'assaut de Saint-Denis). Ce suspect est identifié comme CF. Il serait déterminé à toucher la population à grande échelle et de manière terrifiante.

  • Où en est l'enquête ?

    Le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, a prévenu de la présence de "deux terroristes" en Région bruxelloise, ajoutant qu'ils pourraient être amenés à poser des actes très dangereux. Le ministre de la Justice, Koen Geens, a affirmé sur la RTBF connaitre "certaines identités" de personnes recherchées, plus particulièrement à Bruxelles et Paris.

    "Il reste une menace grave, on l'a appris de la bouche du Premier ministre (Charles Michel, ndlr). Il y a deux terroristes sur le terrain de la Région bruxelloise qui pourraient être amenés à poser des actes très dangereux. Il faut veiller à anticiper, prévenir, surveiller et cela a des conséquences un peu dramatiques pour des gens qui comptaient s'amuser. Mais tant que cette menace est là, il faut être très attentif", a affirmé M. Clerfayt à la RTBF-radio.

    Le ministre de la Justice, Koen Geens a pour sa part affirmé que des "personnes déterminées" étaient recherchées dans tous les pays européens, entre autre en France et Belgique, et plus spécifiquement à Paris et Bruxelles. "Mais pour l'instant je ne peux pas pas confirmer l'identité des personnes en question", a-t-il indiqué. Le ministre de la Justice a toutefois affirmé "être au courant de certaines identités", des personnes recherchées.

    Samedi soir, le ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, Jan Jambon, avait évoqué la présence de "plusieurs suspects". Il avait aussi précisé que "le week-end a permis de faire des progrès dans l'enquête."

    ©BELGA

  • La direction de Belfius a informé ses collaborateurs qu'ils pouvaient travailler de la maison lundi. Ils ont été prévenus par SMS.

  • Une décision avant la fin de l'après-midi sur l'ouverture des écoles lundi

    La ministre francophone de l'Education, Joëlle Milquet, a annoncé une décision dimanche après-midi sur l'éventuelle fermeture des écoles bruxelloises, en concertation avec les autorités fédérales et son homologue flamande, Hilde Crevits.

    Mme Milquet (cdH) a indiqué être "en lien constant" avec le centre de crise et son homologue néerlandophone pour analyser l'évolution de la situation de la menace à Bruxelles et les répercussions éventuelles sur les décisions relatives aux écoles. Une réunion d'experts aura lieu avec les représentants des ministres de l'Education néerlandophones et francophones et ceux du centre de crise en début d'après-midi.

    "Sur base de cette réunion et aussi du maintien ou non du niveau de menace 4 à confirmer ou pas par l'Ocam (l'Organe de coordination et d'analyse de la menace, ndlr) cet après-midi pour lundi, la décision de fermer ou pas les écoles bruxelloises sera prise en lien avec le niveau fédéral", a précisé la ministre. Elle a promis "une communication claire sur ce point avant la fin de l'après-midi".
        

  • Le frère de Salah et Ibrahim Abdeslam, Mohamed, était invité par la RTBF ce midi. Il appelle son frère Salah, toujours introuvable, à se rendre. Ibrahim Abdeslam s'est fait exploser vendredi dernier. Le rôle de Salah n'est pas encore clair. Il serait actuellement à Bruxelles. Mohamed Abdeslam pense qu'il a rebroussé chemin sans accomplir sa mission.

  • "Le métro devrait à nouveau circuler lundi"

    Koen Geens ©BELGA

    Le ministre de la Justice Koen Geens estime que le métro bruxellois sera à nouveau en circulation lundi "si tout se déroule normalement". "Nous voulons surveiller le métro", a-t-il déclaré dans l'émission "De Zevende Dag" sur la chaine télévisée VRT.

    Le métro sera-t-il remis en circulation lundi pour permettre la reprise du travail? Le ministre de la Justice Koen Geens estime que le métro sera de nouveau opérationnel pour permettre la reprise du travail. "Nous n'allons pas paralyser Bruxelles économiquement", a-t-il indiqué.

    Le ministre-président de la Région Bruxelles-Capitale, Rudi Vervoort, a pour sa part déclaré sur la RTBF le même jour dans l'émission "Les décodeurs", que "le métro pourrait réouvrir malgré le niveau 4 de menace". Il a encore précisé qu'il n'y avait pas de lien entre fermeture du métro et risque spécifique pour le métro.

  • "On pourrait redescendre au niveau 3 même si les individus ne sont pas appréhendés"

    Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, a précisé sur la RTBF que le niveau d'alerte 4 était lié à l'imminence de la menace. Elle était préexistante, ce qui expliquait le niveau 3. C'est son caractère iminent qui a fait basculer le niveau au maximum. Selon l'évaluation de l'imminence de la menace, on pourrait donc imaginer de redescendre au niveau 3. Et ceci même si les terroristes ne sont pas appréhendés par les autorités. "Il n'y a pas de lien direct", explique-t-il.

    ©REUTERS

  • Relativiser le risque d'armes chimiques

    En France, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, estime qu'une attaque chimique ou bactériologique fait "partie des risques" que court la France mais que "toutes les précautions sont prises" pour l'éviter. Ce type d'attaque "fait partie des risques que nous devons prendre en considération" mais "c'est très compliqué d'utiliser l'arme chimique à partir d'un territoire sur un autre", a-t-il souligné sur Europe 1.

  • Les écoles ouvriront-elles demain ?

    Selon Joëlle Milquet, la ministre de l'Education, il y a une chance sur deux pour que les écoles restent fermées demain. Une info relayée par le site du Soir. Comme les bourgmestres de Bruxelles, la ministre ne dispose pour l’instant d’aucune information. On ne verra plus clair qu’en fin d’après-midi, quand se réunira le Conseil national de sécurité. Si le niveau 4 est maintenu, c’est à la ministre de l’Education et aux bourgmestres qu’il appartiendra de décider de fermer ou ouvrir les écoles ce lundi. .

  • Réunion du Conseil de sécurité à 17h

    Le Conseil de sécurité se réunit autour de Charles Michel à 17h. Le gouvernement communiquera ensuite, soit en fin d'après-midi/début de soirée sur le maintien ou non de l'alerte au niveau 4.

  • Barack Obama a affirmé dimanche que les Etats-Unis et leurs alliés poursuivraient sans relâche leur lutte contre les extrémistes de l'Etat islamique, couperaient les sources de financement de l'organisation djihadiste et traqueraient ses dirigeants.

    "Détruire (l'Etat islamique) n'est pas seulement un objectif réaliste, c'est une tâche que nous allons mener au bout", a déclaré le président américain à Kuala Lumpur, où a lieu le sommet de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est.

    Nous les éliminerons. Nous reprendrons les terres où ils sont, nous supprimerons leurs financements, nous traquerons leurs dirigeants, nous démantèlerons leurs réseaux, leur lignes de ravitaillement, et nous les éliminerons.
    Barack Obama
    Président des Etats-Unis

  • L'Ocam doit réévaluer la menace cet après-midi. Le sort des écoles, des lieux de cultes et des magasins devra notamment être tranché.

  • L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) mènera une nouvelle évaluation de la situation dimanche midi. Le Conseil national de sécurité se réunira dans la foulée.

  • Qui la police cherche-t-elle?

    La menace terroriste en Belgique ne sera pas éteinte une fois que Salah Abdeslam, le principal suspect toujours en fuite à la suite des attentats de Paris, sera mis hors d'état de nuire. La menace est plus large que le seul présumé terroriste, a concédé le ministre de l'Intérieur Jan Jambon. "Il s'agit de plusieurs suspects, c'est pourquoi nous avons mis en place une telle concentration de moyens."

    Selon certaines sources, les enquêteurs rechercheraient deux hommes dont l'un armé d'une bombe. Selon d'autres sources, ils rechercheraient une dizaines de personnes.

    ©EPA

  • Bonjour à tous

    Nous reprenons ce live. Bruxelles se lève ce dimanche toujours sous haute tension. L'alerte sur la Capitale reste à son niveau maximal.

  • A savoir

    • Une importante opération anti-terroriste a donné lieu à 19 perquisitions à Bruxelles, Liège et Charleroi.
    • 16 personnes ont été interpellées et l'on compte un blessé léger parmi les suspects.
    • Salah Abdeslam ne fait pas partie des personnes arrêtées et aucune arme ni explosifs n'ont été retrouvés lors des perquisitions.
    • Le niveau d'alerte terroriste a été maintenu à son maximum, soit le niveau 4, dimanche soir pour l'ensemble de l'agglomération bruxelloise.
    • Les stations de métros et écoles, universités resteront fermées, en raison des menaces "sérieuses et imminentes" d'attentats dans la capitale belge.
    • Certaines entreprises demandent à leurs travailleurs de favoriser le télé-travail.
    • Deux terroristes (certaines sources parlent aussi de 10) seraient présents sur le sol bruxellois et pourraient commettre des actes très dangereux. L'un d'entre eux serait muni d'une bombe.

     

    ©Photo News

  • Salah Abdeslam tenterait de rejoindre la Syrie

    D’après les informations d’ABC News, Salah Abdeslam aurait eu un entretien Skype avec un de ses amis cette semaine. Le terroriste souhaiterait rejoindre la Syrie et se trouverait toujours dans la région de Bruxelles.

    Salah Abdeslam aurait demandé à cet ami qu'il l'aide à rejoindre la Syrie. Cette information a été communiquée par deux amis de Salah Abdeslam, qui auraient été mis au courant par un autre membre de la bande.  Le fugitif aurait contacté un ami pour que ce dernier l’aide à rejoindre la Syrie. Cette information a été reportée par deux amis de Salah. C’est un troisième membre de la bande qui en aurait informé les deux sources d’ABC..

  • "Des attentats ce dimanche", selon Anonymous

    Anonymous dit avoir les preuves que l'Etat Islamique planifie des attentats pour ce dimanche. Les pays visés? La France, le Liban, l'Italie, l'Indonésie et les Etats-Unis.

    En France, seraient concernés une manifestation pour les droits de la femme et deux concerts.

    A Rome, une célébration chrétienne consacrée au Christ.

    A Milan, un concert du groupe de heavy metal US Five Finger Death Punch.

    A Atlanta, une manifestation sportive.

    Le groupe de hackers dit avoir prévenu les autorités.

  • Haute surveillance en Tunisie

    Les 26e Journées cinématographiques de Carthage, qui se veulent une vitrine du film engagé d'Afrique et du monde arabe, ont débuté ce samedi soir sous haute surveillance, la Tunisie étant ciblée par la mouvance jihadiste extrémiste.

  • N'appelez plus le 1771!

    Le numéro de téléphone spécial (1771) ouvert pour contacter le Centre de crise du SPF Intérieur à propos de toute question relative à la menace terroriste a reçu de très nombreux appels durant la journée. En moyenne, 400 personnes par heure ont formé ce numéro.
    Une vingtaine de collaborateurs étaient disponibles pour répondre aux questions des citoyens.
    Ce soir et cette nuit, le numéro 1771 ne sera plus accessible. Il restera fermé de 21h00 samedi jusqu'à 8h00 dimanche, précise le Centre de crise sur son compte Twitter. Mais ce dernier maintient "une veille active" sur les réseaux sociaux. Son compte Twitter: @CrisiscenterBE

  • Salah Abdeslam aurait dit qu'il était prêt à "se faire sauter"

    Confirmation d'une info donnée cet après-midi: Salah Abdeslam portait peut-être une ceinture d'explosifs à son retour en Belgique. Hamza Attouh, l'un des deux hommes qui ont conduit Salah Abdeslam en voiture de Paris jusqu'à Bruxelles après les attentats, a fait une nouvelle déclaration aux enquêteurs, selon son avocate Carine Couquelet. Il a admis que Salah Abdeslam était menaçant, et "peut-être porteur d'explosifs sur lui".
    Hamza Attouh prétend tout comme le deuxième conducteur qu'il n'était pas au courant des attentats. Mais "il a semble-t-il expliqué que cette personne était assez menaçante, très énervée", a ainsi relaté Me Couquelet à la RTBF. "Armé non, mais peut-être porteur d'explosifs sur lui qu'il (Attouh) n'a pas vus". Salah Abdeslam aurait dit qu'il était prêt à "se faire sauter".

  • Jawad reste en garde à vue

    Sept des huit personnes placées en garde à vue après l'assaut à Saint-Denis ont été relâchées. Seul l'homme qui a dit avoir fourni le logement est encore détenu. Il s'agit du fameux Jawad qui était apparu devant des caméras de télévision avant d'être interpellé durant l'assaut.

    Ses explications ont suscité une vague humoristique sur les réseaux sociaux.

  • Grand nettoyage chez Aït Boulahcen?

    Le rôle d'Hasna Aït Boulahcen semble être de plus en plus circonscrit. La justice a d'abord établi qu'elle n'était pas morte en kamikaze, comme évoqué initialement, mais avait bien été tuée dans l'assaut de Saint-Denis. Selon plusieurs médias, elle n'aurait été appelée qu'en dernier ressort par Abdelhamid Abaaoud, mardi, pour lui trouver la cachette qui lui faisait défaut faute de soutien logistique.

    Enfin,  plusieurs médias français,dont M6 et France 3, disent que des témoins ont aperçu une dizaine de personnes arriver à l'appartement de la mère d'Hasna Aït Boulahcen, à Aulnay-sous-Bois (93), mercredi soir. Donc, le soir de la mort de la jeuen femme. Ces personnes auraient circulé dans des voitures immatriculées en Belgique.

    Ces gens auraient pu se livrer à un nettoyage minutieux de l'appartement, afin d'effacer des indices du passage de la jeune femme, disent les médias français. Le lendemain, la police débarquait à 14h pour perquisitionner l'habitation. Certains indices auraient pu être détruits ou dérobés.

  • Le kamikaze de l'appartement de Saint-Denis n'est pas Salah Abdeslam

    Le kamikaze qui s'est fait exploser dans l'appartement de Saint-Denis n'est pas un homme connu de la police française, selon une source policière. Les enquêteurs ont réussi à isoler son ADN grâce à des fragments du corps retrouvés dans les décombres de cet appartement.

    Mais cela n'a pas encore permis d'identifier le kamikaze: son ADN ne correspond à celui d'aucune personne déjà condamnée ou mise en cause par la police en France, après comparaison avec le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg). Il ne s'agit donc pas de Salah Abdeslam.

    Par ailleurs, les enquêteurs n'ont pas encore pu établir si cet homme était passé par la Grèce parmi les réfugiés fuyant la guerre en Syrie, comme c'est le cas pour deux kamikazes du Stade de France, contrôlés début octobre sur l'île grecque de Leros.

  • Le 3e suspect

     Le troisième suspect placé vendredi sous mandat d'arrêt (dans le cadre de l'enquête sur les attentats perpétrés à Paris), comparaitra mercredi prochain devant la chambre du conseil de Bruxelles. Il nie toute implication dans les attentats, selon son avocat.
    Ce ressortissant marocain âgé de 39 ans et vivant à Jette, a été interpellé jeudi lors de la série de perquisitions menées à Bruxelles. Il est soupçonné de participation à des attentats terroristes et de participation aux activités d'un groupe terroriste. Il est soupçonné d'avoir aidé Salah Abdeslam. Sa voiture a été saisie, ainsi qu'une arme, et du sang. La police scientifique analyse la voiture.

    Son frère est actuellement en Syrie.

  • La Ville de Bruxelles conseille aux cafés de fermer à partir de 18h, autour de la Bourse. Ce n'est pas une obligation.

    La recommandation vaut pour les discothèques, cafés, bistrots et bars de nuit du quartier Saint-Géry, ainsi que ceux situés entre la Bourse et le Plattesteen, a indiqué le porte-parole du bourgemstre de Bruxelles.
    La police de Bruxelles a fait le tour des quartiers concernés dans l'après-midi pour informer les exploitants concernés de la recommandation émise par la ville. Celle-ci a été prise non pas suite à une menace précise sur ce quartier, mais de manière générale suite au relèvement de la menace terroriste.

  • La police rechercherait deux terroristes, dont un avec une bombe

    Selon Le Soir, les enquêteurs seraient à la recherche d’au moins deux hommes dont l’un transporterait une bombe, du type de celles actionnées par les kamikazes lors des attaques menées à Paris le 13 décembre.

  • Le magazine Médor, dont la publication du premier numéro a été suspendue à la suite d'une décision de justice, annule sa soirée de lancement prévue samedi soir, ont indiqué les fondateurs. Vendredi, ils avaient annoncé qu'ils maintenaient leurs événements de présentation malgré l'ordonnance défavorable et malgré "le climat de crainte ambiant". Mais "voilà qu'à présent les militaires envahissent Bruxelles et que l'alerte est au plus haut niveau". Des "conditions peu propices pour une belle fête", regrettent-ils. Le trimestriel Médor avait prévu une soirée de lancement à Bruxelles samedi soir pour présenter la publication et son fonctionnement.

  • Le ministre français de l'Economie Emmanuel Macron a évoqué samedi une "initiative franco-allemande" en réponse aux attentats de Paris, après s'être recueilli avec son homologue allemand Sigmar Gabriel près des lieux des attaques du 13 novembre.

    "Nous allons faire des propositions concrètes, continuer à travailler pour avoir une initiative franco-allemande en réponse à ce qui vient de se passer, parce que ce n'est pas seulement un défi français, c'est un défi européen", a déclaré M. Macron aux journalistes.

  • Un véhicule suspect sur la place du Grand Sablon

    Les forces spéciales de la police fédérale sont intervenues samedi vers 15h00 sur la place du Grand Sablon à Bruxelles, a expliqué à l'agence Belga un militaire présent sur place. En cause, un véhicule suspect avec quatre personnes à bord. Ces quatre individus ont été interpellés. Ni le militaire ni la police locale n'ont donné davantage d'informations.

    ©Photo News

  • Théatres, restaurants...

    La plupart des théatres bruxellois ont annulé leurs représentations ce soir. C'est notamment le cas du Théatre national, du théatre le Public. La Monnaie aussi a annulé sa représentation.

    Certains restaurants ont également décidé de rester portes closes.

  • "Trois vieilles ambulances transportant des hommes barbus"

    Un gros déploiement de forces de l'ordre a été observé samedi après-midi sur l'aire autoroutière de Bierges, dans l'entité de Wavre (Brabant wallon), a-t-on appris auprès de la police locale, confirmant ainsi une information diffusée sur le site internet de La Libre Belgique. Il s'agirait d'une fausse alerte intervenue dans le contexte de la menace terroriste qui pèse sur le pays.

    Les policiers de la zone de Wavre ont été avisé, samedi vers 14h00, de la présence suspecte de "trois vieilles ambulances transportant des hommes barbus" sur l'aire autoroutière de Bierges, le long de l'E411 dans le sens de Bruxelles vers Namur.

    Deux patrouilles de la police wavrienne, une équipe de la police de la route (WPR) ainsi que des inspecteurs du service judiciaire de la police de Wavre sont aussitôt descendus, lourdement armés, sur les lieux. Les trois véhicules immatriculés en Grande-Bretagne ont été complètement fouillés. "Nous y avons juste trouvé des vêtements, de la nourriture et de l'argent", précise un commissaire de la zone de police de Wavre.

    Plusieurs personnes ont été arrêtées administrativement et emmenées au commissariat pour diverses vérifications administratives. "Les personnes interpellées sembleraient faire partie d'un convoi humanitaire à destination de la Turquie, ce qui n'aurait donc à priori rien à voir avec la menace terroriste", conclut le commissaire wavrien.

  • Selon TeleBruxelles, les magasins Carrefour commencent aussi à fermer. Sept ont déjà fermé :

    • des deux Hyper d’Evere et de Berchem-Sainte-Agathe
    • de trois Carrfour Market à City2, Europe et Watermael-Boitsfort
    • d’un Carrefour Express à Rogier

    Sauf modification dans le temps, les Delhaize et les Colruyt restent ouverts.

  • Plusieurs chauffeurs de bus de la Stib refusent de travailler ce samedi en raison de la menace terroriste. Cette réaction a relativement peu d'impact sur le réseau mais une réunion à ce sujet est en cours. La Stib donnera davantage d'informations dès la fin de cette réunion.

  • Du matériel volé à l'hôpital Necker à Paris. Inquiétant, alors que le premier ministre Manuel Valls a reconnu que les terroristes pourraient utiliser des armes chimiques. L'article du Point, à lire ici.

  • Les agents de police bruxellois non-armés (auxiliaires) ne peuvent pas sortir des commissariats.

  • Comeos, la fédération du commerce et des services, a réclamé au gouvernement fédéral d'établir une "consultation structurée" autour de la menace terroriste après la décision de fermer plusieurs zones de commerces dans la capitale.

    Désireux d'être consultés dans pareilles situations, le secteur du commerce déplore samedi dans un communiqué "une improvisation de mauvais aloi" qui crée "trop d'incertitudes". "Faut-il fermer des magasins, dans quelle zone, faut-il déployer du personnel de sécurité supplémentaire, avec quelles responsabilité? Il nous semble nécessaire d'élaborer une approche structurelle garantissant que tous les acteurs de terrain sachent quoi faire en fonction d'un niveau menace déterminé", plaide Dominique Michel, CEO de Comeos.


  • Nouvelle menace contre la France

    La France est menacée de nouveaux attentats dans une vidéo postée sur des sites de soutien à l'organisation Etat islamique, où deux francophones présentés comme des membres de l'EI promettent pire encore après les attaques qui ont 130 morts il y a huit jours. Cette vidéo de six minutes intitulée "Paris s'est effondrée", signalée par l'organisation SITE, qui surveille l'activité des médias islamistes, a été diffusée vendredi sur Twitter et sur des comptes pro-Etat islamique sur le réseau Telegram.

  • Selon des informations de la chaîne télé LCI, Salah Abdeslam se serait montré particulièrement énervé dans le véhicule qui l'a ramené de Paris à Bruxelles.

    Des informations relayées par Carine Couquelet, l'avocate d'Hamza Attou, l'une des deux personnes interpellées pour être allées chercher Salah Abdeslam peu de temps  après les attentats de Paris.

    L'avocate laisse en outre entendre que Salah aurait pu être équipé d'une ceinture d'explosifs.

    "Mon client a eu très peur, ils n'ont pas beaucoup parlé et il n'évoque pas la présence d'armes, mais il portait une sorte de grosse veste, peut-être une ceinture d'explosifs", explique encore Carine Couquelet, qui insiste sur le fait que son client a été contrôlé à trois reprises durant le trajet, mais que Salah Abdeslam se montrait alors particulièrement calme.

  • "Nous avons les moyens d'assurer la sécurité des citoyens"

  • "En théorie, il est imaginable que les mêmes mesures soient appliquées lundi à Bruxelles" (Jan Jambon sur la VRT)

  • Le ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale Rudi Vervoort a annoncé l'annulation des grands rassemblements et la fermeture de sites en région Bruxelloise ce week-end. Il précise bien que les fermetures ou annulations ne sont pas liées à la nature des évènements, "mais bien à la capacité policière qu'ils appellent et dont la mobilisation par ailleurs est nécessaire pour assurer la sécurité des Bruxellois."

    Tout est expliqué ici.
       

  • Un personnage clé arrêté hier à Molenbeek?

  • "Il faut être vigilant mais vivre normalement" (Didier Reynders)

  • Les Pays-Bas recommandent à leurs citoyens d'éviter les endroits fort fréquentés en Belgique

    Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a adapté samedi ses conseils de voyage officiels concernant la Belgique, à la suite du relèvement du niveau de la menace terroriste à 4, soit le maximum, dans la région de Bruxelles-Capitale. Les autorités néerlandaises recommandent à leurs citoyens d'éviter les endroits fort fréquentés. 

    En-dehors de cette modification, un voyage vers la Belgique n'est pas officiellement déconseillé. 

  • L'interdiction de manifester à Paris prolongée jusqu'au 30 novembre

    La préfecture de police de Paris a annoncé samedi la prolongation jusqu'à la fin du mois de l'interdiction de manifester dans la capitale française et sa région, en vigueur depuis les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts et quelque 350 blessés.

    Cette décision, qui concerne "les manifestations sur la voie publique", court jusqu'au 30 novembre à minuit, a précisé la préfecture en la justifiant par "l'extrême gravité" des attaques qui "a conduit le gouvernement à déclarer l'état d'urgence".

    L'interdiction couvre ainsi la journée d'ouverture de la Conférence mondiale sur le climat (COP21) pour laquelle plus d'une centaine de dirigeants étrangers sont attendus à Paris.

    La présidence française a annoncé vendredi avoir reçu confirmation de la présence de 138 chefs d'Etat et de gouvernement du monde entier pour le lancement de la COP21 le 30 novembre au Bourget, au nord de la capitale. Pour des raisons de sécurité, les autorités avaient déjà décidé ces derniers jours l'annulation de deux grandes manifestations prévues les 29 novembre et le 12 décembre en marge de la conférence.

  • Le shopping de Woluwe est en train de fermer. Tout les clients sont priés d'évacuer.

  • Des armes trouvées à Molenbeek

    Une perquisition a été menée au domicile du suspect placé vendredi sous mandat d'arrêt, indique samedi le parquet fédéral. Quelques armes ont été découvertes, mais pas d'explosifs ni de ceinture explosive.

    Aucun autre renseignement ou précision supplémentaire ne sera donné, précise le parquet.

    Le suspect avait été interpellé jeudi lors de la série de perquisitions menées à Bruxelles. L'intéressé est soupçonné de participation à des attentats terroristes et de participation aux activités d'un groupe terroriste.

  • Malgré les recommandations de l'Ocam, la Pro League a décidé à l'unanimité de ne pas annuler les sept derniers matches encore à jouer de la 16ème journée de la Jupiler Pro League.  "La Pro League réitère que les mesures maximales de précaution diffusées auprès des clubs seront respectées et le cas échéant complétées après concertation entre les clubs et les polices locales. Si des menaces précises devaient être connues des autorités, il incomberait à celles-ci de prendre les arrêtés d'interdiction qui relèvent de leurs compétences."

    Un match vient pourtant d'être annulé :

  • Rappel des fermetures et annulations à Bruxelles

    • Toutes les stations de métro sont fermées ce samedi. Les bus circulent, mais certains trams sont également impactés, précise la Stib sur son site internet. La situation sera réévaluée au jour le jour.
    • Les trains ne desservent pas la gare de Bruxelles-Schuman. Aucune autre perturbation ferroviaire n’est attendue selon Infrabel.
    • Le Centre de crise a demandé l’annulation de tous les matchs de football prévus ce week-end en première et deuxième division du championnat de Belgique. Pour l’instant, la Ligue Pro n’a pas encore décidé d’une remise des matchs D1 et D2, maintenus jusqu’à nouvel ordre. En revanche, aucune rencontre de division inférieure ne sera organisée dans la région de Bruxelles.

    • Les matchs de basket et de hockey au niveau régional et provincial sont annulés à Bruxelles ce samedi.
    • La province de Brabant a décrété une remise générale de tous les matchs de foot officiels et amicaux de la Région bruxelloise du 21 au 22 novembre 2015.
    • Le concert du rockeur français Johnny Hallyday prévu samedi soir au Palais 12 sur le plateau du Heysel est annulé. Celui d'André Rieu est reporté au 27 février. L'Ancienne Belgique a également annulé l'évènement Sound/Check prévu ce soir.
    • La librairie Filigranes sera également fermée ce samedi, tout comme les commerces de la Rue Neuve, de l'Avenue Louise et des grandes artères commerciales de la capitale.
    • Une importante opération anti-terroriste a donné lieu à 19 perquisitions à Bruxelles, Liège et Charleroi.
    • 16 personnes ont été interpellées et l'on compte un blessé léger parmi les suspects.
    • Salah Abdeslam ne fait pas partie des personnes arrêtées et aucune arme ni explosifs n'ont été retrouvés lors des perquisitions.
    • Le niveau d'alerte terroriste a été maintenu à son maximum, soit le niveau 4, dimanche soir pour l'ensemble de l'agglomération bruxelloise.
    • Les stations de métros et écoles, universités resteront fermées, en raison des menaces "sérieuses et imminentes" d'attentats dans la capitale belge.
    • Certaines entreprises demandent à leurs travailleurs de favoriser le télé-travail.
    • Deux terroristes (certaines sources parlent aussi de 10) seraient présents sur le sol bruxellois et pourraient commettre des actes très dangereux. L'un d'entre eux serait muni d'une bombe.

     

  • Les bourgmestres de la Ville de Bruxelles et d'Ixelles, MM. Yvan Mayeur et Willy Decourty, ont recommandé samedi matin la fermeture de tous les lieux à forte concentration commerciale et l'annulation des grands événements dans le Pentagone et dans le périmètre incluant l'avenue Louise, la Porte de Namur et la chaussée d'Ixelles, a annoncé samedi matin le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Yvan Mayeur, à l'agence Belga.

    La mesure a été recommandée "compte tenu de l'élévation de la menace et des précisions reçues à plusieurs reprises au cours des derniers jours", a indiqué sans autre commentaire M. Mayeur.

  • Du neuf du côté de l'enquête sur les attentats à Paris. Un Belge d'origine marocaine, soupçonné d'être lié aux attentats de la semaine dernière, a été arrêté dans le sud de la Turquie, selon l'agence de presse Dogan. Ahmed Dahmani, 26 ans, est accusé d'avoir participé à des opérations de reconnaissance pour choisir les sites des attentats. Il séjournait dans un hôtel de luxe de la station balnéaire d'Antalya depuis lundi. Il a été arrêté près d'Antalya en compagnie de deux ressortissants syriens, selon Dogan, qui devaient lui faire franchir la frontière syrienne.

  • Vilvoorde au niveau 4

    Comme Bruxelles, Vilvorde est aussi au niveau 4, mais le reste du pays est maintenu au niveau 3.

  • La déclaration de Charles Michel

  • "Une menace d'attentat à plusieurs endroits, par plusieurs individus"

    Le Premier ministre, Charles Michel, s'est exprimé au sujet du relèvement du niveau de la menace à Bruxelles. L'OCAM se réunira à nouveau dimanche après-midi au plus tard.

    ©REUTERS

    "Le premier axe de décision : nous diminuons le nombre de grands évènements. Cela nous permet de récupérer des forces de sécurité. Deuxième axe : une forte mobilisation autour des transports en commun, surtout le métro dont la circulation reste suspendue jusqu'à demain après-midi" a expliqué Charles Michel.

    L'OCAM a conseillé l'annulation de tous les évènements sportifs prévus pour le week-end mais, sauf injonction des bourgmestres, les organisateurs restent libres de leurs choix.

    "Il s'agissait d'une menace d'attentat commis à plusieurs endroits, par plusieurs individus", a expliqué Charles Michel. 

  • Un deuxième belge tué à Bamako

    Un deuxième Belge figure parmi les victimes de la prise d'otages survenue vendredi à Bamako (Mali), a confirmé samedi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders.

    Au moins 27 personnes sont décédées dans l'attaque de l'hôtel Radisson. Celle-ci a été revendiquée par un mouvement lié à al-Qaïda.

    La première victime belge est un homme de 39 ans qui travaillait pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. L'identité de la seconde victime n'a pour l'instant pas été dévoilée par les Affaires étrangères.

  • Le gouvernement met en place un numéro pour les citoyens : 1771

  • Selon un message interne de la Commission européenne, seuls les statutaires ont accès aux bâtiments.

  • La police demande de ne pas contacter le 101 pour les infos générales

    Le relèvement du niveau d'alerte est lié à "un certain nombres d'éléments, mais vous comprendrez qu'on ne peut pas communiquer sur ceux-ci", a indiqué Didier Reynders. "Nous allons voir quelles mesures sont à prendre et quelles communications sont à donner sans perturber les enquêtes", a-t-il ajouté.

    "Il y a une menace précise et imminente et on demande de prendre un certain nombres de mesures de précautions, particulièrement en Région bruxelloise", a précisé le ministre. Ces mesures sont à prendre "pour essayer de vivre normalement, mais en se protégeant".

  • L'aéroport de Zaventem appelle à une vigilance accrue. Pas de mesure spécifique. L'aéroport rappelle qu'il est interdit de se garer dans la zone Kiss and Fly.


  • La ville de Vilvorde suivra également les consignes de sécurité en vigueur à Bruxelles.  Plusieurs festivités locales prévues ce week-end sont dès lors annulées. Vilvorde est une commune limitrophe de la Région bruxelloise comptant 41.000 habitants. Plusieurs jeunes radicalisés résidant à Vilvorde sont partis pour la Syrie ces dernières années.

  • ©AFP

    Le Conseil national de sécurité se réunit ce matin après que le niveau d'alerte a été relevé à quatre, soit le maximum, pour Bruxelles durant la nuit. "Nous avons suffisament d'éléments pour estimer que la menace est précise et imminente", a affirmé à son arrivée le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders.

    Le Premier ministre Charles Michel, avec les vice-premiers ministres chargés de de l'Intérieur, Jan Jambon, des Affaires étrangères, Didier Reynders, de la Justice, Koen Geens, et de l'Economie, Kris Peeters, sont arrivés au 16 rue de la loi à Bruxelles vers 9h00, pour se concerter avec les autorité chargées de la sécurité.

  • Le point sur la situation à Bruxelles

    Le Centre de crise du SPF Intérieur a demandé l'annulation des grands évènements en Région bruxelloise et de tous les matchs prévus ce week-end en première et deuxième division du championnat de Belgique. Tous les matchs de D1 et D2 dans tous le pays sont donc annulés.

    Au niveau des autres événements, on sait déjà que l'Ancienne Belgique a annulé un event qui devait se tenir cet après-midi. Le concert de Johnny Hallyday prévu ce soir au Palais 12 sur le plateau du Heysel devrait également être concerné par ces recommandations.

    Au niveau des transports, les métros et prémétros ne rouleront pas de la journée. Les bus et trams sont eux opérationnels. Une décision doit encore être prise pour la journée de dimanche. Le trafic ferroviaire n'est pas perturbé (à l'exception de la fermeture de la gare de Schuman consécutive à la fermeture du métro). L'aéroport de Zaventem n'a pas annoncé de mesures de sécurité supplémentaires.

    Au niveau de la sécurité générale, des patrouilles mixtes composées de deux militaires armés et d'un policier ont été déployées à plusieurs points de la capitale (avenue Louise, place du Grand Sablon, Porte de Namur, rue Neuve) dès 2h du matin.

  • Les trains ne desservent pas la gare de Bruxelles-Schuman, en raison de la fermeture de la station de métro Schuman. Les voyageurs sont invités à se diriger vers les gares avoisinantes, comme celle du Luxembourg. Le réseau ferroviaire ne subit aucune autre perturbation, précise Infrabel

  • L'événement Sound/Check, qui devait avoir lieu à l'Ancienne Belgique samedi de 12h00 à 19h00, est annulé.

  • Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort réunit à 11h00 le conseil de sécurité de la Région pour assurer la coordination entre les différents services et autorités compétentes, à la suite du relèvement à son maximum pour la région bruxelloise du niveau de la menace.

    Les autorités bruxelloises ont été invitées à coordonner les mesures administratives et de sécurité qui relèvent de leurs prérogatives, et notamment de veiller à dissuader ou interdire les grands rassemblements et évènements, ainsi que de décider de la fermeture du réseau de métro, précise M. Vervoort.

    Il appelle les Bruxellois à se montrer "prudents, mais également confiants", et à suivre les recommandations du Centre de crise. Le ministre-président tiendra régulièrement la population informée de la situation, assure-t-il.

  • Frapper à chaque porte de Molenbeek

    Le ministre de l'Intérieur veut faire contrôler chaque adresse de Molenbeek-Saint-Jean. Pour Jan Jambon, il s'agit selon lui d'une étape nécessaire afin de résoudre le problème que constitue la radicalisation dans la commune bruxelloise, a-t-il expliqué lors d'une interview publiée samedi dans le Nieuwsblad.

    Jan Jambon ©BELGA

    "Il est inacceptable que nous ne sachions pas qui se trouve sur le territoire de la commune", a-t-il estimé. "Actuellement, il y a des appartements où deux personnes sont officiellement inscrites, mais dans lesquels dix vivent."

    C'est pourquoi le vice-Premier plaide pour un contrôle maison par maison. "Pour moi, l'administration communale doit aller frapper à chaque porte et demander qui habite effectivement là. Il s'agit d'un contrôle de domiciliation, comme celui que les agents de quartier exécutent lorsque vous allez habiter dans un nouveau logement."
     

  • Pas de mesure supplémentaire, pouur le moment, à Zaventem, qui n'est pas au niveau 4 étant donné que l'aéroport se situe en dehors de Bruxelles. Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon l'a confirmé sur la VRT.

  • Le point sur la situation à 8h

    • Le niveau d'alerte terroriste a été relevé au maximum (quatre) à Bruxelles. La menace est "sérieuse et imminente". Le reste du pays reste au niveau trois.
    • Une semaine après les attentats de Paris, le bilan a été relevé à 130 morts
    • Du côté de l'enquête, les derniers éléments ont montré qu' Abdelhamid Abaaoud, soupçonné d'être l'organisateur des attentats, avait manipulé une kalachnikov retrouvée dans une Seat noire, utilisée par le "commando des terrasses" et retrouvée à Montreuil.

    • Sa cousine, Hasna Aitboulahcen, a aussi été tuée dans l'assaut du Raid. Reste à identifier le troisième homme, qui s'est fait exploser dans l'appartement.
    • Reste au moins un suspect en fuite: Salah Abdeslam, le frère de Brahim Abdeslam, qui s'est fait exploser dans un restaurant, boulevard Voltaire.
    • Les enquêteurs pensent qu'il a sans doute été exfiltré, au moins dans un premier temps, par deux complices présumés, écroués depuis en Belgique. Un troisième suspect a été inculpé vendredi soir par la justice belge pour sa "participation à des attentats terroristes".
  • Fermeture du métro bruxellois

    La Stib a confirmé la fermeture de toutes les stations de métros et de prémétros ce samedi. Les bus circulent, mais certains trams sont également impactés, précise la Stib.

    • Le tram 3 n'est pas exploité entre Esplanade - Van Praet et entre Berkendael et Thomas
    • Le 7 n'est pas exploité entre Pétillon et Meiser et entre Van Praet et Heysel
    • Le 19 n'est pas exploité entre Sacré Coeur et Cimetière de Jette
    • Le 25 n'est pas exploité entre Pétillon et Meiser
    • Le 39 et le 44 sont limités à GJ Martin
    • Le 51 n'est pas exploité entre Porte Ninove et Van Haelen
    • Le 55 n'est pas exploité entre Rogier et De Trooz
    • Le 81 ne dessert pas Midi
    • Le 82 n'est pas exploité entre Midi et Porte de Ninove.

  • Le niveau de menace relevé au maximum à Bruxelles

    ©BELGA

    Le niveau d'alerte terroriste a été relevé samedi à 4, soit le niveau le plus élevé qui qualifie la menace de "sérieuse et imminente", pour toute la Région bruxelloise, indique le Centre de crise du SPF Intérieur à la suite d'une nouvelle évaluation de l'OCAM. Le niveau 3, soit une menace "possible et vraisemblable", reste en vigueur pour le reste du pays.

    Cela implique des recommandations spécifiques pour la population.  Il est ainsi conseillé à la population d'éviter les lieux à forte concentration de personnes dans la capitale, comme les concerts, les grands événements sportifs, les gares et aéroports ou même les transports en commun et les centres commerciaux. Il lui est également recommandé de faciliter et de respecter les contrôles de sécurité. Enfin, les autorités demandent de ne pas diffuser de rumeurs et de s'en tenir à leurs informations officielles et à celles des services de police.

       

Plus sur Les Marchés

Echo Connect