Publicité

L'assemblée générale des frères Abdeslam qui pose question

©Benoît Mathieu

La famille Abdeslam tenait un établissement horeca à Molenbeek. Mais cet établissement, fermé depuis, a été vendu à la fin du mois de septembre. Faut-il y voir une signe de préméditation?

Comme nous l'écrivions hier, une partie de la famille Abdeslam a tenu le café "Les Béguines" à Molenbeek. Si l'établissement est fermé depuis une quinzaine de jours pour des faits de stupéfiants, la famille l'avait remis à la fin du mois de septembre. A cette occasion, une assemblée générale avait été organisée dans l'établissement. Quatre membres de la famille Abdeslam étaient concernées par le café:

  • Brahim, qui s'est fait exploser Boulevard  Voltaire;
  • Salah, le fugitif que toute l'Europe recherche et
  • enfin une soeur et le père de la famille qui possédaient chacun 2% de l'affaire.

Nous suivons minute par minute la situation en France et en Belgique: Cliquez ici pour lire notre direct.

C'est le 13 mars que le café, une société coopérative à responsabilité illimitée enregistrée sous le nom "Coin Stijn" a été fondée par Brahim, sa soeur et vraisemblablement par leur père. L'objet de la société est vaste. S'il est question d'exploiter un établissement horeca, la société se réservait le droit d'exploiter un commerce, un car-wash, des activités de transport ou de courrier. Nous l'écrivions hier, le capital de "Coin Stijn" "était de 10.000 euros (cent parts sociales réparties entre Brahim 96% et sa soeur et son frère, chacun 2%). Au moment de la constitution, c'est Brahim qui est nommé gérant. 

©Benoît Mathieu

C'est par le biais d'une assemblée générale tenue le 30 décembre 2013 que Salah Abdeslam a fait son entrée dans la société en tant que nouvel associé. C'est à cette époque que Brahim démissionne de sa fonction de gérant avant de valider la nomination de son frère Salah à ce poste. Toujours à cette même date, la soeur démissionne de son poste d'associé et cède ses 2% à son frère Salah. 

Enfin, le dernier acte de la société a été passé lors d'une assemblée générale organisée le 30 septembre 2015 au siège du café, 49 rue des Béguines. L'acte, dont nous avons eu connaissance, porte un cachet du greffe du tribunal de commerce de Bruxelles daté du 4 novembre 2015. L'objet de cet acte est limpide: Démission de gérant et associés, nomination de gérant et cession de parts sociales et transfert de siège social.  Lors de cette assemblée, Salah Abdeslam démissionne de son poste de gérant tandis que son père démissionne du poste d'associé. Enfin, les trois membres de la famille cèdent leurs parts sociales à un tiers domicilié à Quiévrain. La piste s'arrête là. 

S'il est toujours facile de réécrire l'histoire, on peut raisonnablement se demander pourquoi les frères ont tenu à "nettoyer" leurs affaires un peu plus d'un mois avant la commission des attentats qui ont frappé Paris vendredi dernier. Ne faut-il pas y voir un signe de préméditation? L'enquête va probablement éclaircir ces points. 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés