Publicité

Le CEO de Deutsche Bank Belgique rassure ses clients

En moins d'une semaine, les clients de Deutsche Bank Belgique ont reçu deux courriers du CEO, Alain Moreau. Objectif: rassurer!

Alain Moreau, CEO van Deutsche Bank Belgique martelait encore la semaine dernière dans un mail envoyé à ses clients que Deutsche Bank était une banque saine. L'enseigne était alors en pleine tempête après l'annonce du risque d'une gigantesque amende aux États-Unis pour la commercialisation de produits toxiques en toute connaissance de cause.

Les investisseurs craignent que face à cette amende de 14 milliards d'euros, la banque soit confrontée à l'obligation d'être recapitalisée.

10,3 milliards €
A la mi-2016, plus de 10 milliards d'euros étaient stockés sur les carnets d'épargne chez Deutsche Bank Belgique.

"Cette hypothèse n’est pas à l’ordre du jour", indiquait Alain Moreau dans un mail la semaine dernière. "Je vous l’assure, les clients de la banque n’ont aucun souci à se faire: les épargnants sont plus que jamais protégés par le double mécanisme de protection des dépôts en vigueur en Allemagne. Celui-ci prévoit une garantie légale européenne pour tous les dépôts de chaque client jusqu’à 100.000 euros. La partie de votre épargne qui excéderait les 100.000 euros est couverte par la garantie légale du volet 'volontaire' du mécanisme de protection des dépôts allemand."

Mi-2016, l'épargne stockée sur les carnets représentait pour Deutsche Bank Belgique à 10,3 milliards d'euros.

Cette démarche du CEO est particulière. Cette particularité est davantage renforcée par la seconde lettre envoyée aux clients cette semaine, sous format papier cette fois.

"Par mail ou par lettre papier, nous souhaitons toucher le plus grand nombre possible de clients", explique Jean-Michel Segers, porte-parole. "Nous avons aussi développé une rubrique "questions-réponses" sur notre site internet". Jean-Michel Segers souligne toutefois que l’inquiétude des clients s'est réduite ces derniers jours.

Berlin en stress

Pour la maison-mère, le temps presse. Le groupe Deutsche Bank négocie avec les autorités américaines le montant de l'amende. Selon certaines sources, il semble que la banque soit encore loin d'un accord. Et l’inquiétude suscitée sur les marchés n'est pas salutaire.

©Photo News

Deutsche Bank doit à ce jour payer des taux supérieurs à ceux de ses homologues italiens sur le marché interbancaire. Une situation surprenante compte tenu de la santé financière des banques italiennes.

Bloomberg annonce pour sa part que le stress est également grandissant auprès des autorités allemandes. La chancelière Angela Merkel avait fait savoir la semaine dernière qu'elle n'injecterait pas un euro dans la banque si celle-ci devait plonger. Aujourd'hui dans le cercle gouvernemental, on apprend que des discussions sont organisées afin de trouver au plus vite une solution avec les autorités américaines.

Pimco a souscrit à deux émissions obligataires de Deutsche Bank

Pacific Investment Management Co (Pimco), qui gère pour plus de 1.500 milliards de dollars (1.360 milliards d'euros) d'actifs, a souscrit à deux émissions obligataires de Deutsche Bank vendredi dernier puis mardi, a dit à Reuters une source au fait de la situation. La banque allemande en difficulté a émis mardi pour 1,5 milliard de dollars d'obligations, après une opération à trois milliards vendredi dernier.

Pimco, l'un des plus importants gestionnaires d'actifs du monde, a été l'un des "principaux" souscripteurs aux deux opérations, a précisé la source. Le fait que la banque, menacée d'une importante amende aux Etats-Unis, ait pu lever 4,5 milliards de dollars en quelques jours sur le marché américain, où elle ne s'était plus présentée depuis cinq mois, a pu redonner confiance sur sa capacité à régler ses problèmes.



Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés