Accord social chez Belfius sur la reconversion du personnel

©Hollandse Hoogte

La banque a négocié les conditions organisant la réorientation des carrières.

Chez Belfius, deux conventions collectives de travail (CCT) viennent d’être signées par les fractions syndicales chrétiennes (CNE et LBC), a appris L’Echo.

Les syndicats socialiste (Setca-BBTK) et libéral (CGSLB) ont participé aux négociations mais n’ont pas signé les textes, ce que la banque dit "regretter profondément" dans un message interne diffusé mardi. Les deux syndicats ne veulent pas compromettre l’action judiciaire qu’ils ont intentée en 2014 contre Belfius devant le tribunal du travail de Bruxelles à propos des précédentes CCT, procédure toujours pendante.

♦ La première CCT qui vient d’être signée entrera en vigueur le 1er juin prochain et porte sur l’organisation du travail des centres de services à distance, baptisés Belfius Connect. Il en existe déjà un à Bruxelles depuis juin dernier, un autre ouvrira à Gand début 2018 et d’autres devraient suivre. Ils tourneront de 8 à 22h en semaine et de 8 à 18h le samedi. Ces centres, où sera déplacé du personnel des agences statutaires, assistent les clients dans leurs démarches en ligne et vendent certains produits simples.

 L’autre CCT, d’application au 1er septembre, balise la reconversion du personnel rendue nécessaire selon Belfius par la transformation des métiers bancaires et en particulier la digitalisation. "Contrairement à certains concurrents, Belfius ne choisit pas la voie des licenciements collectifs mais décide d’investir résolument dans ses propres talents moyennant des accords clairs en matière de réorientation", affirme la banque qui, sans la nommer, vise ING.

"Contrairement à certains concurrents, Belfius ne choisit pas la voie des licenciements collectifs."
Belfius

Le but est notamment d’"encourager les collaborateurs à changer de fonction spontanément et à se reconvertir dans des fonctions d’avenir". Les collaborateurs dont la fonction disparaît (et ceux absents depuis plus de 12 mois) seront versés dans le "mobility center" censé leur trouver un nouveau job en interne. Ils y seront accompagnés pendant 9 mois, après quoi la banque licenciera les personnes qui n’ont pas trouvé à se réorienter.

À ceux qui sont à 5 ans ou moins de l’âge de la pension légale anticipée, la banque proposera la prépension: dispense de prestations, 50% du salaire et une indemnité de l’Onem pour crédit-temps de fin de carrière (à défaut, la banque compensera pour 480 euros). Selon la banque, cela "concernera majoritairement des personnes de 58 ans ou plus, exceptionnellement 56 ou 57 ans en fonction de la carrière prestée".

"Je ne demanderai ni participation au capital ni stock options"

Marc Raisière ne demandera pas à retirer un quelconque avantage de la privatisation de Belfius actuellement à l'étude par le gouvernement. Le CEO de la banque publique répondait aux questions de Martin Buxant sur les ondes de Bel RTL. "La problématique de la participation du comité de direction au capital sera posée plus tard. À titre personnel, je ne demanderai pas de recevoir des stock options ou de participer à ce capital. C'est très clair!"

Marc Raisière a gagné au titre de 2016 quelque 900.000 euros.

Rachetée en 2011 par l'État pour 4 milliards, Belfius propose désormais au gouvernement de mettre sur les marchés 49% du groupe, l'État gardant les 51% restant; de quoi préserver l'ancrage belge de la banque. "On estime aujourd'hui la valeur de Belfius entre 7,5 et 8,5 milliards d'euros. Si l'État devait décider de mettre 49% de Belfius sur les marchés, on s'approcherait à 3,5 milliards de capital pour l'État".

Marc Raisière insiste: l'ancrage belge est essentiel. "La valeur créée par Belfius doit profiter à l'économie belge, ce qui ne sera pas le cas si Belfius part dans des mains étrangères". Quant à l'arrivée sur les marchés, elle donnera, affirme le CEO, une possibilité d'accès à des capitaux supplémentaires pour renforcer notamment l'activité de bancassurance. Un renforcement qui pourrait passer par une croissance externe.

 

 


Marc Raisière - L'invité de Bel RTL

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés