BNP Paribas Fortis supprime 4 agences sur 10

©Photo News

En trois ans, BNP Paribas Fortis va réduire son réseau d’agences de 40%. 267 agences vont disparaître. La banque annonce aussi la suppression de 2.600 à 2.800 emplois d'ici 2021. Mais elle va engager 600 personnes.

D’ici fin 2021, le nombre de points de vente BNP Paribas Fortis passera de 678 à 411. Soit 267 agences en moins. Cette nouvelle réduction de la voilure s’explique par une logique à l’œuvre depuis un moment déjà: plus le client utilise son smartphone (ou son laptop), moins il se rend en agence.

"L’accélération de la transformation digitale des habitudes bancaires de nos clients implique d’importants investissements dans la transformation de notre modèle de distribution. Pour ce faire, nous devons prendre en compte l’évolution exponentielle de la banque digitale et à distance, tout en conservant une présence physique forte sur le marché belge", justifie la banque. Elle chiffre à 40% les ventes directes aux particuliers (par voie digitale ou téléphone, bref sans intervention d'une agence) et à 22% pour ce qui concerne les entreprises.

1,8 milliard €
Le dividende 2018
Au titre de 2018, BNP Paribas Fortis va verser un dividende de 1,8 milliard d'euros à sa maison mère française.

Début 2012, BNP Paribas Fortis comptait 983 agences. En dix ans, la banque aura donc fait disparaître 6 agences sur dix. Ceci étant, "le réseau d’agences de BNP Paribas Fortis reste l’un des plus grands réseaux physiques en Belgique", insiste la banque, arguant que "97% des citoyens belges – clients particuliers ou professionnels – peuvent se rendre à l’une de nos agences en 10 à 15 minutes".

• Quid des emplois? BNP Paribas Fortis, qui emploie 13.000 personnes, avait annoncé récemment aux syndicats son intention de supprimer quelque 2.500 emplois à l'horizon 2021. Près d'un job sur cinq. Concrètement, la direction a annoncé aux syndicats la suppression de 2.600 à 2.800 emplois d'ici 2021. La banque prévoit quelque 1.600 départs volontaires, plus de 1.000 plans d'accompagnements sociaux mais également l'engagement de 600 personnes en trois ans, a précisé Frédéric Van Engeland, représentant de la CNE, à l'agence Belga. Aucun licenciement sec n'est donc prévu. 

→ Au total, quelque 2.200 emplois nets disparaîtraient. 

Nouveau dividende

L'ensemble BNP Paribas Fortis (qui englobe les activités belges, mais aussi une série d'entités logées sous la BNPP Fortis: TEB en Turquie, BGZ en Pologne, BGL au Luxembourg, Arval, etc.) a dégagé en 2018 un bénéfice net de 1,9 milliard d'euros (+2% sur un an). Sur base de ce résultat, la banque proposera à l'assemblée générale d'avril prochain de verser un dividende de 1,8 milliard d'euros à sa maison mère française. La Banque centrale européenne doit encore approuver ce dividende.

Pour rappel, la banque belge a déjà fait remonter 1,9 milliard d'euros de dividendes en décembre dernier, après deux années (2016 et 2017) sans dividende.

Au total depuis la prise de contrôle par la banque française il y a dix ans, BNP Paribas Fortis aura fait remonter un total de 8 milliards d'euros en dividendes de Bruxelles vers Paris. 



Lire également

Publicité
Publicité