La BCE veut plus de femmes CEO de banques... ou plus de fonds propres

En mars dernier, Jane Fraser prenait la direction de Citigroup devenant la première femme CEO d'une banque de Wall Street. ©Bloomberg

La BCE a ajouté la diversification à ses critères Fit&Proper. Un groupe de travail planche sur les exigences et les sanctions, comme des exigences accrues de fonds propres.

Le secteur bancaire serait-il un monde machiste? C'est la conclusion de la BCE qui s'est lancée dans une croisade en vue de féminiser la direction des établissements européens.

Selon les chiffres de l'Autorité bancaire européenne (ABE), à peine 8% des institutions de crédits et d'investissements en Europe sont dirigées par une femme, pour quelque 20% des postes de comités de direction. Le tout pour un salaire moindre.

8
%
Selon les chiffres de l'Autorité bancaire européenne (ABE), à peine 8% des institutions de crédits et d'investissements en Europe sont dirigées par une femme, contre 20% dans les comités de direction. La BCE vise 40% en 2025.

"Bien que la loi européenne oblige les banques à avoir une politique de diversité, moins de deux tiers d'entre elles le font réellement", lit-on dans blog de Frank Elderson, vice-président et Elizabeth McCaul, membre du conseil de surveillance de la banque centrale.

On rappellera que Christine Lagarde, président de la BCE ne compte qu'une seule collègue féminine tant au directoire qu'au Conseil des gouverneurs.

Pas des meilleurs, pas des pires

Certes les choses changent. Au printemps, Jane Fraser prenait les rênes de Citigroup, devenant la première CEO d'une banque de Wall Street.

En Belgique, si une loi oblige les conseils d'administration des sociétés cotées et gouvernementales à réunir un tiers de femmes, rien n'est prévu pour les comités de direction. Le droit bancaire parle, lui, tout au plus "d'essayer" d'atteindre le quota pour le conseil. "La Belgique n'est ni dans les meilleurs en matière de diversité ni dans les pires", explique-t-on à la BNB.

La première banque du pays, BNP Paribas Fortis compte quatre femmes sur les douze membres du comité de direction (CFO, DRH, compliance et services aux clients).

Chez KBC, on passe à une (CRO) pour sept , contre deux pour huit chez ING (responsable Wholesale et CRO) et Belfius (DRH et CRO). La parité homme-femme est de mise dans l'exécutif d'Argenta.

Que veut la BCE?

La BCE donne un coup d'accélérateur pour arriver en 2025 à 40% de femmes dans les comités de direction.

Pour ce faire, elle lance jusqu'au 2 août une consultation publique de son guide d'évaluations des membres de direction, le "fit and proper".

"La diversité et le changement climatique sont des conditions nécessaires à une gouvernance plus saine des établissements de crédit, et donc à un système financier plus sûr."
Frank Elderson et Elizabeth McCaul
BCE

Ce guide, jusqu'ici confidentiel, sera désormais publié et étoffé de deux sujets: la diversité et le changement climatique "conditions nécessaires à une gouvernance plus saine des établissements de crédit, et donc à un système financier plus sûr".

En parallèle, un groupe de travail, co-dirigé par un membre de la BNB, planche sur l'élaboration des critères, avec en réflexion une sanction des mauvais élèves. L'arme ultime pourrait être une exigence renforcée de fonds propres, à l'image de la suspension des rémunérations des administrateurs de conseils d'administration qui ne respectent pas le quota belge.

Un appétit du pouvoir différent?

Comment expliquer la masculinisation des directions de nos institutions de crédits? Roland Gillet, professeur de Finance à la Sorbonne ainsi qu'à l'ULB (Solvay), n'y voit pas un problème au niveau de l'intérêt des études. "Dans les dernières années d'études, la représentativité féminine est importante. Nombreuses d'entre elles se retrouvent parmi les majors de promotion."

"L'homme a probablement davantage une tendance à vouloir rapidement gravir les échelons du pouvoir visant la direction générale."
Roland Gillet
Professeur de Finance à la Sorbonne ainsi qu'à l'ULB (Solvay)

Il ajoute que les portes du monde du travail s'ouvrent à elles tout aussi facilement qu'aux diplômes masculins et la plupart du temps pour un salaire équivalent.

La donne semble donc se compliquer au sein des échelons supérieurs. "L'homme a probablement davantage une tendance à vouloir rapidement gravir les échelons du pouvoir visant la direction générale, là où la femme a peut-être tendance à exprimer ses compétences spécifiques dans une optique plus large que l'unique objectif de pouvoir au sein de la firme ou de ses business lines."

Le résumé

  • Seuls 8% des établissements bancaires européens ont une CEO. C'est trop peu pour la BCE.
  • La banque centrale ajoute le critère de diversification à ses conditions d'accès aux postes de direction, le fameux "Fit&Proper".
  • Un groupe de travail planche au sein de la BCE sur le contenu de ces critères et des sanctions qui pourraient en découler, comme une exigence de fonds propres supplémentaire.
  • Ce plafond de verre ne semble toutefois pas être instauré dès les bancs universitaires où la gent féminine est présente en nombre... et en qualité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité