Restructurer coûtera 615 millions à ING Belgique

©Photo News

Tel est le montant provisionné par la banque pour sa restructuration/réorganisation, qui court jusqu’en 2021.

C’est le chiffre qui manquait encore à propos d’ING Belgique: combien cette vaste restructuration va-t-elle coûter à la banque? Selon nos informations, celle-ci a pris dans ses comptes 2016 une provision pour restructuration de 615 millions d’euros. Contactée à ce sujet, la banque n’a pas souhaité commenter.

Pour rappel, la banque a décidé de supprimer 3.150 équivalents temps plein, soit un job sur trois, d’ici à 2021. Après 6 mois de négociations, le nombre de licenciements secs a été ramené de 1.700 à une fourchette allant de 409 minimum à 932 maximum. Compte tenu des procédures de reclassement qui ont été prévues, les premiers licenciements n’interviendront pas avant la fin de cette année.

Cette provision massive, censée couvrir les frais sur l’ensemble de la période 2017-2021, explique pour l’essentiel la baisse de 45% du résultat d’exploitation annuel 2016, à 695 millions d’euros, et le recul de 66% du résultat net à 337 millions.

Cette provision explique pour l’essentiel la baisse de 66% du résultat net.

Dans ces circonstances, il n’y aura pas de dividende versé au titre de 2016 vers la maison mère néerlandaise. La remontée de cash avait été régulière et importante ces dernières années, le groupe ayant perçu 7,2 milliards d’euros au cours des dix dernières années en provenance de sa filiale belge.

Encore un chiffre, l’impôt sur le résultat payé en 2016 par ING Belgique: 318 millions d’euros (+12% sur un an). Ce qui fait de la banque un des plus gros contributeurs à l’impôt des sociétés en Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect