Belfius plaide la prescription dans le dossier Arco

©BELGA

La banque Belfius veut se sortir du dossier Arco. Les avocats de la banque belge balayent les plaintes des coopérateurs de l'ancien bras financier de l'ACW, qu'ils considèrent comme prescrites.

Belfius cherche par tous les moyens de se sortir du dossier des coopérateurs d’Arco qui s’estiment lésés suite à la faillite de Dexia. Selon nos informations, dans une des deux affaires de ces coopérateurs contre l’ancienne Dexia Banque Belgique – en tant que distributeur des parts d’Arco – les avocats balayent les plaintes, qu’ils considèrent comme largement prescrites. Cela fait plus de six ans – soit depuis l’implosion de Dexia et la liquidation d’Arco – que près de 800.000 coopérateurs attendent le remboursement de leur investissement.

Pour rappel, Arco est l’ancien bras financier de l’ACW (rebaptisé Beweging.net), qui avait investi la majeure partie de ses fonds dans Dexia. Le gouvernement fédéral promet régulièrement de trouver une solution, mais semble aujourd’hui – à l’approche de l’introduction en Bourse de Belfius – réellement prêt à s’en occuper.

On ne sait pas avec certitude si le Plan B de garantie d’Etat, rejeté par l’Europe, sera finalement mis en œuvre. La solution alternative – obtenir de l’argent via les tribunaux – n’est pas davantage une garantie de succès: dans leurs conclusions, les avocats de Belfius balayent tous les arguments des plaignants. Et pour la première fois, l’argument de la prescription des faits – qui avait déjà été évoqué – est mis formellement sur la table.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content