L'IPO de Belfius rapportera des clopinettes aux banques d'affaires

©Belga

L'introduction en Bourse de la banque Belfius ne devrait pas représenter la poule aux oeufs d'or pour les banques en charge de l'opération. Leur rémunération devrait se calquer sur celle observée lors de la privatisation de la Néerlandaise ABN Amro.

L'introduction en Bourse de Belfius sera-t-elle une opération fructueuse? Pour les banques en charge de la vente des actions auprès des investisseurs, la réponse semble se diriger vers un non.

Comment cela se passe-t-il?

Les banques touchent un pourcentage du montant récolté lors de la vente des actions. Lors d'une IPO traditionnelle, cette commission oscille entre 1,5 et 3,5 %. Elle varie selon le type d'entreprise et l'importance de l'opération.

En cas de privatisation, le pourcentage est toutefois moindre. Belfius ne devrait pas faire exception à la règle. D'après plusieurs sources, les banques d'affaires devraient oeuvrer pour une commission comprise entre 0,5 et 1%. La fourchette 0,1 - 0,2% est aussi avancée. Si, comme on le dit, Belfius est valorisée à 8 milliards d'euros et qu'un quart du capital est cédé, l'opération rapporterait 2 milliards d'euros. La dizaine de banques impliquées devraient ainsi se partager entre 10 et 20 millions, dont la plus grande part serait réservée aux banques principales.  

La structure de rémunération observée lors de la privatisation de la banque néerlandaise ABN Amro - également opérée via une IPO partielle - semble est dans ce cas l'exemple suivi. La commission des banques-conseils portait alors sur 0,1%. Le placement de deux blocs d'actions supplémentaires par le gouvernement de La Haye fin de l'année dernière a même été effectué gratuitement.   

Les banques d'affaires sont toutefois disposées à travailler pour peu ou pas grand chose. Cette opération peut en effet servir de référence pour les opérations futures du même client, à savoir l'Etat fédéral ou d'autres. L'Etat détient en effet encore d'autres participations dans des sociétés (BNP Paribas, Ethias, Proximus, bpost) pour lesquelles tout est possible. 

Quelles banques seront en charge de l'IPO de Belfius?

La sélection des banques, qui seront chargées de l'IPO de Belfius, se poursuit. Quatre banques étrangères se partagent les "rôles principaux". Elles sont dans le jargon les "coordinateurs globaux": Citigroup, JP Morgan, Merrill Lynch et UBS.

Le gouvernement opère encore la sélection de six institutions supplémentaires: trois établissements qualifiés de "joint bookrunners" et trois qualifiés de "co-lead managers". Selon nos informations, Belfius devrait faire partie des "joint bookrunners".

Dans les mains de l'Etat depuis 2011, Belfius devrait faire son entrée sur la Bourse de Bruxelles au printemps prochain. La part ouverte au public pourrait aller jusqu'à 49%, mais chez Belfius on mise plutôt sur 30%, pour une opération qui devrait tout de même peser près de 3 milliards d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content