Des contrats et Jefferies redonnent confiance en IBA

Olivier Legrain, CEO d'IBA. ©BELGA

Le titre IBA a grimpé jusqu'à 22,36 euros (+14%) ce matin après l'annonce de la signature de trois contrats au Royaume-Uni. Le broker Jefferies suit à nouveau la valeur. Il recommande un achat avec un objectif de cours de 31,4 euros.

L’annonce, ce lundi matin, de la signature portant sur l’installation et la maintenance de trois Proteus ONE au Royaume-Uni pour un montant total compris entre 105 et 120 millions d’euros a permis aux actionnaires d’IBA de desserrer les dents et de s’exclamer in petto "Enfin!".

Car c’est bien l’absence de la conclusion de quelques contrats en cours de négociation qui a forcé le leader mondial de la radiothérapie à lancer, début janvier, un nouvel avertissement sur résultats, le dernier en date d’une série qui jalonné 2017 tel un chemin de croix.

IBA avait bien annoncé à ce moment-là un petit "deal" en Argentine d’une valeur de 10 à 15 millions d’euros mais pas de quoi inverser la vapeur: l’exercice 2017 sera inférieur aux prévisions en matière de revenus et le Rebit sera dans le rouge. On aura plus de détail à ce propos le 22 mars lors de la publication des résultats annuels.

D'autres contrats en négociation

Dans ce "trading update" de janvier, la société néolouvaniste évoquait la finalisation des dernières phases de négociation avec "au moins quatre prospects". Renseignements pris auprès d’IBA, les trois contrats signés au Royaume-Uni correspondent à autant de "prospects". Reste donc encore un contrat évoqué début janvier dans le "pipe". "Plusieurs autres contrats sont également en cours de négociations" précise-t-on au niveau de la direction financière sans vouloir en dire davantage. Le contraire- l'absence de négociations- eut été inquiétant…

"Bonne nouvelle"

Pour les analystes de KBC Securities ces signatures sont "bonne nouvelle" et représentent les premiers contrats officiels de 2018. Avec un acompte de 30% versé à la signature, ils estiment l’entrée directe de cash entre 31,5 et 36 millions d’euros dans la société.

Mais, pour eux, avec huit centres de protonthérapie, le marché britannique est bientôt saturé. "Il y a encore de la place pour 2 ou 3 centres en plus dans le pays avant que toute la population ne soit couverte avec la protonthérapie" écrivent-ils. Leur recommandation reste à "conserver" avec un objectif de cours de 23 euros.

©L'Echo

Bien qu’il considère également cette annonce comme positive pour IBA, Ricky Bhajun de Degroof Petercam reste à "réduire" avec un objectif de 14,9 euros dans l’attente de nouvelles annonces de la société. "Nous garderons également un œil sur le temps d’installation de ces nouveaux contrats. La réduction de celui-ci pourra éventuellement peser sur le coût global des systèmes de protonthérapie et permettre une expansion plus facile de ceux-ci. "

Le retour de Jefferies

Une bonne nouvelle venant rarement seule, IBA a reçu le soutien d’un broker qui avait arrêté, il y a quelques mois, de suivre la valeur, on ne sait pourquoi. Aujourd’hui, Jefferies sort du bois et se pose en défenseur du potentiel et du modèle d’IBA. Il est le seul parmi les quatre analystes recensés par Bloomberg à conseiller un achat du titre avec un objectif de cours de à 31,4 euros alors que la moyenne se situe à 21,08 euros.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content