En plus d'un trimestre désastreux, MDxHealth va devoir lever des fonds

©AP

Alors que MDxHealth a vu les ventes de son principal produit chuter au cours du 4e trimestre, une analyste de Degroof Petercam estime que la biotech va devoir chercher des options de financement dans un avenir proche.

Début d’année catastrophique pour MDxHealth . Et le reste de 2019 risque bien d’être à l’avenant. Ce lundi matin, le titre a dévissé de 30% après la publication d’un communiqué de la biotech annonçant de mauvais chiffres pour 2018 et la mise en œuvre d’un plan d’économies. Ce dernier comprend une réduction des coûts opérationnels de 10 millions de dollars sur une base annuelle et le report de dépenses relatives à certains produits ce qui permettra de postposer les coûts de 2019 à hauteur de 5 millions de dollars.

Spécialisée dans la mise au point de tests de diagnostic du cancer, MDxHealth a fait état d’un chiffre d’affaires étale en 2018 à 28,3 millions de dollars. Mais cette stabilité cache surtout un quatrième trimestre exécrable pour son principal produit, le ConfirmMDx. Ce test qui se réalise à partir de tissus permet de déterminer si une nouvelle biopsie est nécessaire chez des patients atteints d’un cancer de la prostate.

Pas de reprise rapide

En 2018, il a généré des ventes de 24 millions de dollars mais le volume a diminué de 5% à 20.060 tests. D’après les calculs de Lenny Van Steenhuyse et Sandra Cauwenberghs de KBC Securties, les volumes au 4e trimestre ont chuté de 28% par rapport à ceux du même trimestre de 2017 alors que le niveau de cash récolté avec ce produit se limite à 3,6 millions de dollars, soit une dégringolade de 61%. "Avec des volumes qui stagnent et une forte chute des revenus, nous pensons que l’intérêt pour le produit pourrait être sur le déclin." Le ConfirmMDx représente 90% des revenus de la biotech belgo-américaine.

Ils notent toutefois que le SelectMDx, pour sa part, a dépassé leurs attentes mais que son impact sur les ventes est encore limité en raison du prix plus bas et des négociations en cours pour son remboursement. A partir d’un échantillon d’urine, ce test distingue les patients affichant un risque faible de développer un cancer de la prostate.

"Le ConfirmMDx a reçu un coup spectaculaire au 4e trimestre et nous ne nous attendons pas à une reprise rapide après ce revers", concluent les analyses. Suite à leur révision à long terme du potentiel de ce test, ils ont abaissé leur recommandation à "conserver" contre "acheter" avant. L’objectif de cours passe de 3,50 euros à 1,30 euro.

Options de financement

Chez Degroof Petercam, la sanction est plus radicale encore. Stéphanie Put conseille de "réduire" la position sur la valeur contre "conserver" avant. Son "target" n’est plus de de 1,20 euro contre 4,10 euros auparavant.

Elle aussi a réduit ses projections pour le ConfirmMDx. Avec tous les autres projets mis sur pause, elle n’attribue pas de valeur au reste du pipeline et, en plus, abaisse ses prévisions pour le SelectMDx. "A ce stade, MDxHealth qui n’est qu’un petit acteur dans le marché très compétitif du diagnostic ne semble pas capable de commercialiser efficacement ses tests" souligne l’analyste.

Et la biotech n’est pas au bout de ses peines. Au regard de la dépense de cash enregistrée en 2018, soit 33 millions de dollars, les liquidités de MDxHealth qui s’élèvent à 26,2 millions de dollars risquent vite de s’avérer insuffisantes. "Malgré la réduction des coûts opérationnels, MDxHealth devra chercher des options de financement dans un avenir proche" affirme Stéphanie Put. Un exercice rendu plus difficile encore avec la chute de l’action.

Berenberg aussi

Même Berenberg qui avait entamé le suivi de la biotech en mars dernier en recommandant un achat de la valeur et en fixant un objectif de cours de 6,10 euros offrant, à ce moment-là, un potentiel de hausse de 85% par rapport au cours de Bourse a dû changer son fusil d’épaule. Le broker ne vise plus que 1,85 euro et recommande de conserver le titre.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content