Galapagos à deux doigts du Graal

©BELGAIMAGE

Galapagos n’attend plus que le feu vert de l’Agence européenne des médicaments pour commercialiser le filgotinib auprès des patients atteints d'arthrite rhumatoïde.

L’action Galapagos prenait plus de 3% ce matin, à 157,25 euros, ce qui reste toutefois inférieur au plus haut de 171,2 euros atteint le 23 juillet. Quelques jours plus tôt, à la mi-juillet, la biotech belgo-néerlandaise dévoilait un accord à 5 milliards de dollars avec l’un de ses actionnaires, Gilead , provoquant l’envol du titre.

En échange d’un apport en cash de 3,95 milliards et d’un investissement en capital de 1,1 milliard, Gilead dispose désormais d’une licence exclusive et de droits d’option pour commercialiser tous les programmes actuels et futurs de Galapagos dans tous les pays hors Europe.

Depuis le début de l’année, l’action a quasiment doublé de valeur (+95%) grâce à l’annonce de ce partenariat stratégique qui limite cependant les risques (ou les chances, c'est selon) d’OPA pendant 10 ans.

Dossier validé, mais...

C’est l’annonce de la validation du dossier de mise sur le marché du filgotinib pour le traitement de l’arthrite rhumatoïde (rhumatismes) qui provoque ce matin ce nouvel accès de fièvre de la valeur. Mais avant de pouvoir soigner des patients, le filgotinib doit encore passer sous le scanner de l’Agence européenne des médicaments. Une demande similaire pour les Etats-Unis sera déposée d’ici la fin de l’année.

Selon les nouveaux termes du partenariat entre Galapagos et Gilead, le filgotinib sera co-commercialisé en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni tandis que Galapagos détient les droits exclusifs en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg, rappellent les analystes de KBC Securities ("acheter"; 195 euros). "En cas de feu vert, le lancement potentiel pour l’arthrite rhumatoïde en Europe est prévu dans le courant de 2020."

Journée R&D le 14 novembre

Le développement du pipeline du filgonitib actuellement testé dans une dizaine d’affections se poursuit. Au premier semestre, le recrutement a été achevé pour la phase III de la colite ulcéreuse et pour la phase II de la maladie de Sjögren et du lupus cutané. Les principaux résultats pour ces deux dernières études sont attendus au second semestre, signalent les analystes, et un nouvel essai clinique de phase III pour l’arthrite psoriasique devrait être lancé pendant cette période.

On en saura certainement davantage sur l’évolution du filgotinib et des autres candidats médicaments de Galapagos lors de la journée R&D qui se tient le 14 novembre prochain.

Position "short"

Si Citadel vient de dévoiler une position vendeuse ("short") sur Galapagos, représentant 0,50% du capital, JP Morgan, de son côté, a relevé son objectif de cours de 5 euros à 170 euros. Un niveau supérieur au "target" moyen des analystes de 159,4 euros très proche du cours actuel.

Tous les analystes qui suivent la valeur - à l’exception de deux d’entre eux sur un total de 16 - recommandent un achat de l’action.

Lire également

Publicité
Publicité