IPO en demi-teinte pour la biotech belge Sequana

L'alfapump de Sequana Medical. ©Sequana Medical

Ce ne fut pas la ruée sur les actions offertes par Sequana Medical dans le cadre de son IPO. Loin s'en faut. Pas de sursouscription et prix dans le bas de la fourchette à 8,5 euros.

On ne peut pas dire que l’on se soit bousculé au portillon pour participer à l’offre souscription publique (IPO) de Sequana Medical. Le succès fut même plus que mitigé pour cette première introduction en Bourse de l’année à Bruxelles.

Le prix finalement fixé dans le bas de la fourchette à 8,5 euros, l’absence de clôture anticipée et de sursouscription témoignent d’un faible intérêt pour cette opération alors qu’il s’agit d’une biotech dont sont tant friands les boursicoteurs belges.

Sachant que dès avant l’IPO quelques 20,5 millions d’euros étaient déjà garantis par des actionnaires existants et des investisseurs, Sequana n’a finalement levé que 7 millions sur le total de 27,5 millions que cette opération a rapportés.

Quelque 10% du total des actions proposées ont été placées auprès de particuliers en Belgique. A l’ouverture ce matin, le titre a atteint les 9 euros avant de passer sous son prix de souscription et de terminer sa première séance sur un recul de 0,94% à 8,42 euros. 

Méfiance

Peut-être est-ce le côté technique du domaine d’activé de Sequana qui développe un pompe implantable, l’alfapump, destinée à gérer des maladies du foie et des défaillances cardiaques qui a rebuté les investisseurs. Ou est-ce tout bonnement une certaine méfiance vis-à-vis de la valorisation des biotechs au moment de leur IPO.

Les exemples ne sont, en effet, pas rares de prix de souscription qui se sont avérés trop ambitieux au regard de la suite du parcours boursier de l’action. Ce fut le cas pour Bone Therapeutics qui se traite aujourd’hui à 3,86 euros pour un prix de départ de 16 euros, mais aussi pour Asit Biotech, Curetis ou encore MDxHealth.

Avec une capitalisation boursière de 107 millions d’euros, Sequana se range dans la catégorie des petites biotechs d’Euronext Bruxelles. Elle pèse deux fois plus que MDxHealth qui vient de connaître une descente aux enfers mais deux fois moins que Celyad. Trois sociétés ont, par contre, dépassé le cap du milliard d’euros. Il s’agit de Mithra (1 milliard), d’Argenx (3,7 milliards) et de Galapagos (4,9 milliards).

 

Pas (encore) d'avis de brokers

Avec le produit net de l’offre, soit environ 23,4 millions d’euros, Sequana compte, entre autres, financer une étude pivot aux Etats-Unis pour l’alfapump dans le traitement d’une maladie du foie et développer l’alfapump DSR une thérapie qui vise la surcharge volumique survenant dans le cadre de défaillances cardiaques.

La "medtech" va aussi assurer son déploiement commercial en Europe. Plus de 650 pompes ont déjà été implantées et, depuis avril, elle a été intégrée dans les directives de pratique de l’Association européenne pour l’étude du foie.

Pour l’instant, aucun broker n’a encore entamé le suivi de la valeur. Mais cela devrait être chose faite d’ici quelques semaines dans le chef des organisateurs de l’IPO (KBC Securities, Kempen et Mirabaud Securities)  comme c’est souvent le cas.

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content