Sanofi lance une contre-offre sur Ablynx, Novo Nordisk abandonne

©Ablynx

Sanofi propose 45 euros par action Ablynx, soit un total de 3,9 milliards d'euros. Cette offre représente une prime de 47,5% par rapport à la dernière offre de Novo Nordisk. Ce dernier a décidé de jeter l'éponge.

Coup de théâtre dans le dossier Ablynx . Alors que des rumeurs de marché évoquaient l’annonce d’une troisième offre dans le chef de Novo Nordisk , c’est Sanofi qui sort du bois ce lundi matin.

Selon un avis du gendarme boursier, la FSMA, le géant pharmaceutique français a décidé de lancer une offre conditionnelle au prix de 45 euros par action. Vendredi, l’action a clôturé à 37,12 euros. Cela représente un montant total de 3,9 milliards d’euros.

 

Offre conditionnelle

L’offre ne sera toutefois valable que si Sanofi obtient 75% des actions à la fin de la période de l’offre. L’offrant a également prévu toute une série d’événements qui pourrait déclencher l’annulation de l’offre. A l’issue de celle-ci, Sanofi compte lancer une offre de reprise.

La dernière offre de Novo Nordisk comprenait un paiement cash de 28 euros et des droits d’un montant de 2,5 euros, soit au total 30,5 euros. Le prix proposé par Sanofi est donc de 47,5% supérieur à celui du groupe danois.

Soutien d'Ablynx

Celui-ci semble bien avoir définitivement perdu la main dans la mesure où l’offre de Sanofi a été approuvée à l’unanimité par le conseil d’administration d’Ablynx. Il a, en effet, déclaré en fin de matinée qu'il jetait l'éponge  "Le conseil d’administration est fortement convaincu que cette opération représente une valeur attrayante pour les actionnaires et maximise le potentiel de notre pipeline pour le bénéfice de tous les stakeholders" a souligné le CEO d’Ablynx Edwin Moses.

Pour Sanofi, c’est le deuxième rachat de taille en une semaine. Le 22 janvier dernier, le géant pharmaceutique avait annoncé l’acquisition pour 11,6 milliards de dollars de la biotech Bioverativ spécialisée dans l’hémophilie et d’autres troubles hématologiques rares. Le traitement le plus avancé d'Ablynx vise aussi une maladie rare du sang.

A la clôture de la Bourse de Bruxelles, Ablynx prenait 18,53% à 44 euros.

"Une nouvelle offre doit être supérieure à 5% à l’offre précédente," lance Olivier Brandicourt, DG de Sanofi

"Je ne veux pas me perdre en conjecture", explique Olivier Brandicourt, DG de Sanofi. Alors que Sanofi a déposé une contre-offre de 45 euros par action sur Ablynx, Novo Nordisk affirme ne pas renchérir.

"Dans une situation telle que l’on a établie ce lundi, il peut toujours y avoir quelqu’un prêt à faire une offre supérieure à la nôtre. La réglementation belge est très précise. Dans ce cadre-là, il faut que la nouvelle offre soit supérieure à 5% à l’offre précédente. C’est tout ce que je peux dire. Nous, on va se concentrer sur la clôture de cette offre et ensuite l’intégration progressive d’Ablynx au sein de Sanofi. Vous savez, Sanofi a une grande expérience de ces intégrations car cela fait partie de son histoire. Nous sommes très positifs et on espère clôturer et bénéficier non seulement de Caplacizumab mais également de cette plate-forme technologique (les nanocorps) très performante." 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés