Un "ouf" de soulagement et 19,45 millions pour Bone Therapeutics

Jean Stéphenne, président du conseil d'administration de Bone Therapeutics. ©Thierry du Bois

Après le placement privé d'actions avorté en décembre dernier, Bone Therapeutics qui bénéficie de la caution et de l'expérience de Jean Stéphenne a levé 19,45 millions d'euros en proposant des obligations convertibles. Zoom sur l'opération réalisée par cette biotech carolo.

La vie d’une biotech n’est pas de tout repos. En plus de s’assurer du bon développement de ses recherches et de nouer des alliances commerciales ou stratégiques, elle doit sans cesse jeter un œil à la jauge mesurant son niveau de liquidités. Et, quand il est nécessaire de renflouer les caisses, l’exercice peut s’avérer très périlleux comme a pu s’en rendre compte Bone Therapeutics fin de l’année dernière.

La biotech carolo spécialisée dans la thérapie cellulaire osseuse avait lancé, en décembre dernier, un placement privé d’actions destiné à lever 8 millions d’euros. Une opération qui a dû être interrompue en raison de la défection d’un partenaire russe. Un vrai coup dur.

L'arrivée de Jean Stéphenne

Depuis lors, Bone a pu compter sur un appui de taille. Jean Stéphenne, ancien patron de GSK Vaccines et une personnalité incontournable dans les sciences de la vie en Belgique a rejoint le conseil d’administration qu’il préside. Il quitte une présidence pour une autre car c’est sous sa gouverne que TiGenix a fait l’objet d’une OPA de Takeda couronnant les efforts menés avec leur produit phare, le Cx601.

Tout en travaillant à une solution de rechange pour convaincre des investisseurs de financer sa croissance, la biotech a également annoncé, en février dernier, l’achèvement du recrutement de son étude de phase IIa dans la fusion vertébrale lombaire avec son produit allogénique Allob. Les données d’efficacité et de sécurité des 32 patients sont attendues mi-2019 après une période de suivi de 12 mois.

Par contre, si demain il y a un intérêt de la part d’une pharma, les paramètres de la négociation, c’est le conseil. Celui-ci dira si on accepte ou pas, parce que l’on veut défendre la valeur de la société vis-à-vis des actionnaires.
Jean Stéphenne
Président du conseil d'administration de Bone Therapeutics

Cette bonne nouvelle et la caution de Jean Stéphenne ont permis à Bone de lever sans trop de peine les capitaux qui lui ont glissé entre les mains il y a quelques mois. Le placement privé d’obligations convertibles lancé mardi soir a permis à la biotech de dégager un montant total de 19,45 millions d'euros d'engagements.

Certains investisseurs ayant immédiatement décidé d’exercer des bons de souscription, le produit brut initial du placement s’élèvera approximativement à 6,58 millions d'euros. 565.773 nouvelles actions seront créées, portant le nombre total d’actions en circulation à 7.415.427 actions ordinaires. Les warrants restants seront exercés au cours d’une période maximale de 19 mois, pour un produit supplémentaire de 12,87 millions d'euros.

Le titre a été suspendu ce mercredi, le temps de placer les obligations auprès d’investisseurs institutionnels. Sa cotation a repris à 17 heures, abandonnant à la cloche 1,71% à 11,50 euros .

Le programme des essais

Un partie des fonds glanés servira à la finalisation de l’essai de phase I/II a dans les fractures avec retard de consolidation (ALLOB) et à l’initiation du recrutement de la phase suivante. Une autre partie sera allouée au suivi de l’essai de phase IIa dans la fusion vertébrale et l’initiation d’un travail préparatoire pour la prochaine phase.

Le solde sera consacré à l’essai de phase III dans l’ostéonécrose de la hanche avec le produit PREOB et au passage à une production à plus grande échelle du produit allogénique. Les résultats intermédiaires de la phase III du PREOB sont attendus au cours du second semestre 2018. "Si les données sont positives, l’essai pourrait aussi être arrêté plus tôt que prévu" notent les analystes de KBC Securities. Ils font référence aux résultats positifs constatés en septembre 2017 avec l’ALLOB dans les fractures avec retard de consolidation. L’essai a été ajourné pour passer directement à la phase suivante.

©Bone Therapeutics

Objectif de cours moyen de 10 euros

La biotech a levé bien plus que le montant qu’elle visait en décembre dernier, à savoir huit millions d’euros. Cela lui permettra de couvrir ses besoins en fonds de roulement jusqu’à fin du troisième trimestre 2019. Et de pousser un "ouf" de soulagement.

Mardi soir, l’action Bone Therapeutics a clôturé à 11,7 euros (+2,5%). Sur les trois analystes qui suivent la valeur, deux conseillent un achat tandis que l’autre recommande de la conserver. L’objectif de cours moyen atteint 10 euros avec un plus haut de 17 euros chez Bryan Garnier & Co qui organise le placement privé.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect