Biocartis séduit aux Etats-Unis

Le mini-labo Idylla. ©biocartis

La biotech Biocartis a vendu 149 mini-labos de diagnostic au cours du premier semestre. Le nombre de cartouches utilisées a été plus que doublé. Fin juin, ses liquidités s'élevaient à 91,3 millions d'euros.

La société de biotechnologie Biocartis spécialisée dans le diagnostic moléculaire a placé 149 Idylla, son mini-labo de diagnostic, au cours du premier semestre ce qui porte le total à 800 unités. Pour l’ensemble de l’année, Biocartis vise désormais le haut de la fourchette comprise entre 250 et 275 Idylla installés portant le total à 925 à la fin de 2018.

La consommation des cartouches utilisées en fonction des maladies à dépister a plus que doublé d’une année à l’autre pour atteindre 58.000 pièces environ. Ici, les prévisions visent toujours un doublement de la consommation sur l’année.

La biotech signale que lors des six premiers mois de l’année, elle a significativement étendu sa base de clients aux Etats-Unis. Cela lui a permis de réaliser des placements "solides" de mini-labos avec un volume potentiel de cartouches prometteur. En Europe, la performance semestrielle a dépassé les attentes.

Perte réduite

Au niveau du compte de résultat, le revenu opérationnel bondit de 83% à 12,7 millions d’euros. Les ventes de produits ont grimpé de 68% passant, d’une année à l’autre, de 5,1 millions d’euros à 8,6 millions essentiellement sous l’effet du succès des cartouches.

Les dépenses opérationnelles se sont élevées à 33,9 millions d’euros en hausse de 10%. Elles ont été impactées par les coûts plus élevés des ventes, précise la biotech dans un communiqué. Hors ceux-ci, elles s’établissent à 27 millions d’euros, en baisse de 2%. La perte nette, pour sa part, s’est réduite de 9% à 21,8 millions d’euros.

Au niveau des liquidités, Biocartis disposait, fin juin 2018, de réserves atteignant 91,3 millions d’euros contre 112,8 millions fin 2017. Elle dispose également de plusieurs lignes de crédit totalisant 27,5 millions d’euros. Sans tenir compte de ces dernières, la biotech table sur une position de liquidités aux alentours de 50 à 55 millions d’euros à la fin de l’année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content