Bone Therapeutics parée jusqu'à l'été 2019

Thomas Lienard (CEO) et Jean Stéphenne (à gauche) président de Bone Therapeutics. ©Photo News

Grâce à son placement d'obligations convertibles, la biotech Bone Therapeutics estime qu'elle dispose d'une trésorerie suffisante pour réaliser ses objectifs jusqu'au troisième trimestre 2019.

Les derniers mois ont été intenses pour la biotech Bone Therapetics. Placement privé d’actions annulé en raison de la défection d’un partenaire russe, nomination de Jean Stéphenne au poste de président du conseil d’administration et d’un nouveau directeur financier et placement d’obligations convertibles pour un total de 19,45 millions d’euros d’engagements. Sans compter les progrès obtenus dans le développement clinique de son produit-phare, l’Allob.

Sur l’ensemble de l’année, cette biotech spécialisée dans la thérapie cellulaire a généré des produits d’exploitation de 4,21 millions d’euros contre 4,01 millions un an plus tôt. Avec des charges d’exploitation qui sont, elles aussi, restées stables à 16,5 millions d’euros, la perte est en très léger recul passant de 13,02 millions à 12,77 millions d’euros.

Entre 15 et 16 millions pour 2018

Fin de l’année (et avant le placement d’obligations convertibles intervenu en mars) la trésorerie atteignait 8,41 millions d’euros contre 20,30 millions fin 2016. La gestion prudente de la trésorerie s’est traduite par une utilisation de 11,9 millions pour l’ensemble de l’année 2017 (en dessous des prévisions de la société) contre 13,3 millions d’euros pour l’année 2016, précise Bone dans un communiqué.

Pour 2018, la consommation nette de trésorerie devrait s’établir entre 15 et 16 millions d’euros. Sur base de ses priorités stratégiques, la biotech indique qu’elle disposera d’une trésorerie suffisante pour réaliser ses objectifs jusqu’au troisième trimestre 2019.

Deux éléments à retenir pour les prochains mois.

  • Bone a l’intention de communiquer des résultats finaux de l’étude de Phase I/IIA avec Allob dans les fractures avec retard de consolidation pour mi-2018.
  • Un "point d’inflexion" est attendu au second semestre 2018, la biotech prévoyant de communiquer la conclusion de l’analyse intermédiaire du suivi à un an des 44 premiers patients de son essai de Phase III avec Preob dans l’ostéonécrose de la hanche.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content