Celyad pourrait lever des fonds cette année encore

Le titre Celyad Oncology grimpait de 15% ce mardi matin. La biotech va pouvoir lancer un essai clinique de phase 1 pour le CYAD-211.

Selon les analystes de KBC Securities, Celyad Oncology pourrait, au vu de sa trésorerie actuelle, organiser une injection de cash en 2020.

Une bonne nouvelle pour la biotech wallonne Celyad Oncology focalisée sur le développement de thérapies cellulaires CAR-T ciblant les cancers. L'autorité sanitaire américaine, la FDA, a accepté sa demande d'Investigational New Drug (IND) pour le CYAD-211.

Concrètement, cela signifie que la société va pouvoir lancer un essai clinique de phase 1 testant cette thérapie CAR-T allogénique basée sur la technologie shRNA. Elle espère entamer cette étude d’ici la fin de l’année. La cible: le myélome multiple récidivant/réfractaire, un cancer du sang.  

Le marché a salué cette nouvelle avancée de Celyad, le titre bondissant de plus de 11% pour terminer à 9,75 euros. Début juin, l’action avait déjà grimpé après l’annonce de résultats encourageants pour le CYAD-101, son traitement expérimental contre le cancer du côlon qui en est au stade de la phase 1. Aucun signe de maladie du greffon contre l’hôte (GVHD) n’avait été constaté.

Direction positive

Le chemin est encore long en termes d’efficacité clinique, rappellent les analystes de KBC Securities aujourd’hui. Toutefois un obstacle important de sécurité avec le GVHD et les effets indésirables semble évoluer dans une direction positive. "Ainsi, nous voyons Celyad avancer avec ses produits CAR-T allogéniques tant pour les cancers sanguins que pour les cancers solides", constatent Sandra Cauwenberghs et Lenny Van Steenhuyse qui restent à "accumuler" sur la valeur, avec un objectif de cours de 18 euros.

11,68%
Le bond de Celyad ce mardi à la Bourse de Bruxelles.

Remplir les caisses

D’un point de vue financier, Celyad, dont le pipeline compte actuellement sept candidats traitement, disposait, à la fin du premier trimestre, d'une position de trésorerie de 33,8 millions d’euros.

Sachant qu’au cours des trois premiers mois de l’année elle a consommé 5,5 millions d’euros de liquidités, la biotech estime qu’elle dispose des moyens suffisants pour financer ses activités jusqu’au premier semestre 2021.

Une injection de cash sera sans doute requise en 2020 pour sauvegarder les opérations au-delà du premier semestre 2021, estiment toutefois les analystes de KBC qui valorisent le programme autologue à 4 euros par action et le programme allogénique de tumeur solide à 10 euros, le solde représentant le cash en caisse. En septembre 2019, Celyad a levé 17 millions d’euros via une offre globale réalisée au prix de 9,08 euros par action.

Notons, pour terminer, que sur les six analystes qui suivent la valeur, cinq en recommandent l’achat et un conseille de la conserver. L’objectif de cours moyen s’élève à 15,9 euros soit un potentiel de hausse de 59%.

Lire également

Publicité
Publicité