Cette biotech belge a fait mieux que Galapagos

©DB60191463

L’air de rien une biotech belge spécialisée dans les maladies oculaires a grimpé de 43% depuis le début du mois. Une performance supérieure à celle de Galapagos.

En toute discrétion, une autre biotech belge a grimpé en Bourse ces dernières semaines dépassant même le gain engrangé par Galapagos sur la même période. Depuis la fin juin, Oxurion s’est envolée de 43% à 5,45 euros alors que la société malinoise limitait son bond à 36% sur la même période.

Certes, on ne joue pas dans la même division. La capitalisation de Galapagos pèse 8,5 milliards d’euros alors que celle d’Oxurion ne représente que 208 millions. Et les raisons de ces performances sont bien différentes: "deal royal" pour le première et spéculation pour la seconde.

Ex-ThromboGenics

Mais dans une autre vie, cette dernière a aussi occupé une place dans le Bel 20 et a connu une ascension fulgurante avant de se fracasser. Elle s’appelait alors ThromboGenics. Après le flop de son produit phare, le Jetrea, la recherche et le développement se sont focalisés sur trois autres candidats traitements.

Ils visent également les maladies oculaires et plus précisément la rétinopathie diabétique, qui touche 50% des patients atteints du diabète de type 2, et l’œdème maculaire diabétique, une complication de la rétinopathie.

La flambée récente de l’action correspond à la publication le 1er juillet de résultats positifs de l’essai clinique de phase I du THR-149 dans le traitement de l’œdème maculaire diabétique. Dans une note, les analystes de KBC Securities ("acheter"; 6 euros) soulignent que les résultats de la phase I de son unique concurrent mis au point par Kalvista a entraîné la conclusion d’un accord de partenariat entre ce dernier et Merck comprenant une prise de participation dans le capital à hauteur de 9,9%.

Calendrier chargé

Le THR-317 est le produit le plus avancé développé par Oxurion. Il vise à accroître l’efficacité des traitements standards des deux maladies mentionnées plus haut. Une phase II est en cours. Elle teste le THR-317 en combinaison avec le Lucentis dans l’œdème maculaire diabétique. Les premiers résultats sont attendus dans le courant du troisième trimestre.

La fin de l’année s’annonce décidément riche en résultats. Seront dévoilés ceux de la phase I du THR-687 qui cible aussi l’œdème maculaire et ceux de la phase I du THR-317 pour le traitement d’une maladie oculaire rare, la télangiectasie maculaire idiopathique. Rappelons que lors d’une phase I, on évalue sur un nombre limité de patients la tolérance et la toxicité d’un produit ainsi que la posologie optimale.

Biscuits en réserve

D’un point de vue financier, Oxurion a pas mal de biscuits en réserve. Fin mars, le total de ses liquidités atteignait 76,2 millions d’euros contre 85,1 millions trois mois plus tôt. De quoi tenir environ deux ans à ce rythme-là sans solliciter le marché.

Outre KBC Securities, deux autres brokers suivent la valeur. Kepler Cheuvreux qui recommande un achat a fixé un objectif de cours à 5,5 euros tandis que Degroof Petercam, plus mesuré, conseille de conserver la valeur et vise un cours de 4 euros... qui est déjà largement dépassé. 

Une valeur à tenir à l'oeil...

Lire également

Publicité
Publicité