Double ballon d'oxygène pour une biotech

©Curetis

Les caisses de Curetis se vidaient dangereusement ces derniers temps. La biotech cotée à Bruxelles vient de recevoir 6,5 millions d'euros qui s'ajoutent à ses liquidités de 6 millions d'euros.

Nous l’écrivions fin de la semaine dernière, le temps presse pour Curetis dont les caisses se vident. Fin du premier trimestre, sa trésorerie n’atteignait plus que 6,2 millions d'euros. De quoi tenir quelques mois seulement au rythme actuel de ses dépenses en cash.

La biotech spécialisée dans le diagnostic de maladies avec son mini-labo Unyvero vient de recevoir deux ballons d’oxygène.

Le plus important prend la forme d’un prêt non-dilutif accordé par la Banque européenne d’investissement (BEI) à hauteur de 5 millions d’euros. Comme dans le cadre d’autres facilités de paiement accordées par la banque à la biotech, ce prêt aura une maturité de 5 ans et les intérêts dus seront payés à l’échéance du prêt. La banque pourra recevoir, d’ici cinq ans, un paiement additionnel lié aux actions de Curetis et représentant 2,1% de la valeur de la société.

L’autre ballon d’oxygène provient de la facilité de financement sous la forme d’obligations convertibles de 20 millions d’euros conclue avec Yorkville en octobre 2018. Curetis recevra 1,5 million d’euros. Yorkville convertira au fil du temps ces obligations en nouvelles actions Curetis.

Lire également

Publicité
Publicité