Janssen va donner des ailes à argenx dans la lutte contre la leucémie aiguë

©Thomas De Boever

La société de biotechnologie gantoise argenx va s’associer avec le groupe pharmaceutique Janssen pour le développement et la commercialisation d’un médicament contre la leucémie aiguë. La société gantoise, entrée cet été au BEL 20, va recevoir 300 millions de dollars de Janssen, cette dernière faisant par la même occasion son entrée dans le capital d’argenx à hauteur de 200 millions de dollars. Si argenx franchit des paliers supplémentaires, elle peut prétendre à un total d’1,3 milliard de dollars.

Un paiement de 300 millions de dollars, une prise de participation de près de 5% dans le capital et des paiements d’étape jusqu’à 1,3 milliard de dollars: la société de biotechnologie gantoise argenx a signé un contrat d’association majeur avec le groupe pharmaceutique Janssen pour le développement et la commercialisation d’un médicament contre la leucémie aiguë. 

Le cusatuzumab (ARGX-110) est actuellement en phase I/II dans un essai clinique en combinaison avec le Vidaza chez des patients atteints de la leucémie myéloïde aiguë et du syndrome myélodysplasique à haut risque. Il a déjà livré des résultats prometteurs.

Argenx et Cilag, une filiale de Janssen, vont collaborer au développement clinique global du cusatuzumab pour l’évaluer dans ces deux maladies et dans des indications futures potentielles, comme d’autres formes de leucémie.

La société gantoise, cotée aujourd’hui à Bruxelles et sur le Nasdaq (elle est entrée cet été au BEL 20), va recevoir 300 millions de dollars de Janssen, filiale du groupe américain Johnson & Johnson. Janssen fera par la même occasion son entrée dans le capital d’argenx à hauteur de 200 millions de dollars, en prenant des actions nouvelles représentant 4,68% du capital de la biotech belgo-néerlandaise, au prix de 100,02 euros par action.

Si argenx franchit des paliers supplémentaires, elle peut prétendre à un total d’1,3 milliard de dollars.

Janssen prendra en charge la commercialisation internationale, argenx pouvant toutefois également participer. Ainsi, pour les Etats-Unis, le marché le plus important, il est convenu qu’argenx ait droit à la moitié des bénéfices. Hors Etats-Unis, l’entreprise pourra recevoir des royalties à deux chiffres.

"Janssen est le partenaire stratégique idéal pour développer cette thérapie différenciée, étant donné sa large expertise tant clinique et régulatoire que commerciale en oncologie", a indiqué Tim Van Hauwermeiren, le CEO d’argenx, dans un communiqué.

Des pathologies ciblées

Fondée en 2008 par des anciens membres d’Ablynx, argenx est focalisée sur des thérapies à base d’anticorps pour le traitement des maladies auto-immunes graves et des cancers. La biotech se concentre sur des pathologies ciblées, en défaut de traitements existants efficaces. 

Tout comme Ablynx, l’activité clinique d’argenx repose sur le système immunitaire des lamas, qui constitue la base de sa plateforme "Simple Antibody".

Comme les autres biotechs flamandes, elle collabore intensivement avec les géants de la pharma et les universités pour le développement de ses produits. Fin août, le groupe américain AbbVie a décidé de lever son option exclusive de licence pour développer et commercialiser l’ARGX-115, un nouveau traitement contre le cancer mis au point par argenx. Cette dernière pourra recevoir jusqu’à 625 millions de dollars sous la forme de paiements d’étape ainsi que des royalties tirées des ventes de ces produits.

Huit anticorps sont actuellement en cours de développement chez argenx, le plus avancé étant l’ARGX-113 (l’efgartigimod) visant la myasthénie grave (maladie neuromusculaire chronique due à des défauts de transmission entre les nerfs et les muscles) et d’autres maladies auto-immunes.  L’efgartigimod est en essai de phase II dans le traitement de la thrombocytopénie immunitaire. Argenx signale aussi avoir établi une forte preuve du concept avec l’efgartigimod dans une seconde indication auto-immune.

Concernant la leucémie myéloïde aiguë, qui a fait l’objet de l’accord avec Janssen, dix patients sur douze ont atteint une réponse complète et 8 sur 10 avec une récupération hématologique. Six patients restent encore dans l’essai.

Les analystes financiers ont applaudi ce lundi l’accord conclu entre argenx et Janssen Pharmaceutical. L’action a fait sensation le matin sur les marchés en grimpant de 15% en début de séance. En 2018, la progression a été spectaculaire: fin 2017, l’action se traitait à 24 euros, elle titille aujourd’hui les 95 euros…

Une des grandes questions que se posent les analystes depuis des mois est le futur de la société. Pourrait-elle être la cible d’une OPA, comme cela a été le cas avec Ablynx?  Rien ne l’empêche au niveau de l’actionnariat, qui n’est pas verrouillé. Quelque 42% des parts sont réparties parmi huit actionnaires détenant des participations comprises entre 3% et 9,93%. Mais on sait que les acheteurs potentiels attendent souvent qu’un des traitements phares ait passé avec succès le stade III de l’essai clinique. Ce qui n’est pas encore le cas pour argenx.

Lire également

Publicité
Publicité