La biotech Argenx reçoit 25 millions de dollars

Argenx a reçu un premier paiement d'étape de 25 millions d'euros dans le cadre de sa collaboration avec Cilag. ©Thomas De Boever

Argenx a reçu un paiement d'étape de 25 millions de dollars dans le cadre de sa collaboration avec Johnson & Johnson. La biotech a également fait le point sur un essai clinique testant le cusatuzumab dans le traitement d'une forme de leucémie.

La biotech Argenx recevra le premier paiement d'étape de développement de 25 millions de dollars de son accord mondial de collaboration et de licence avec Cilag (Janssen Pharmaceutical), une filiale de Johnson & Johnson .

Le paiement d'étape a été déclenché par l'atteinte d'un seuil d'inscription des malades dans le premier essai à démarrer dans le cadre de cette collaboration. Cet essai pivot de phase 2 "Culminate" confirmant la dose du cusatuzumab est mené en association avec de l'azacytidine pour le traitement des patients âgés atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) qui sont nouvellement diagnostiqués et pas aptes à subir une chimiothérapie intensive.

"Ce paiement d'étape marque les progrès réalisés dans le cadre de notre collaboration mondiale avec Janssen. Deux essais sont actuellement en cours dans des populations nouvellement diagnostiquées et d'autres essais devraient commencer l'année prochaine dans différents contextes et sous-populations de LMA" a indiqué Tim Van Hauwermeiren, le CEO d'Argenx, dans un communiqué.

Mise à jour des résultats

Argenx a publié, par ailleurs, une mise à jour des résultats de l’essai clinique de phase I testant le cusatuzumab en combinaison avec azacytidine pour le traitement de la leucémie myéloïde aiguë.

100% des patients ont affiché une réponse dont huit avec une réponse complète (CR), deux avec une réponse complète avec récupération hématologique incomplète (CRi) et deux avec une réponse partielle (PR).  83% des patients ont obtenu soit un CR soit un CRi. Le cusatuzumab continue d'être bien toléré à différentes doses parmi les patients souffrant de cette maladie, ajoute la biotech.

Lire également

Publicité
Publicité