La biotech belge Argenx cible aussi le Covid-19

Argenx a suspendu deux essais cliniques. ©Dieter Telemans

Argenx va lancer, fin de l'année, un essai clinique de phase I testant sa molécule ARGX-117 dans le traitement de la détresse respiratoire aiguë provoquée par le nouveau coronavirus.

La biotech belgo-néerlandaise Argenx va tester sa molécule ARGX-117 dans le traitement d’un des effets du Covid-19. En collaboration avec l’hôpital universitaire de Gand, elle va évaluer la capacité de cet anti-corps à agir sur le syndrome de détresse respiratoire aiguë, une complication fréquente et grave qui peut se manifester chez les patients atteints par cette maladie.

Un essai clinique de phase I sur des volontaires sains débutera à la fin de l’année.

Argenx précise, par ailleurs, qu’elle attend toujours, pour le milieu de ce cette année, les résultats de l’essai clinique de phase III "ADAPT" testant l’efgartigimod dans les cas de myasthénie grave généralisée. "Il s'agit d'une étape importante, car elle précipitera notre transition d'une société de biotechnologie en phase avancée vers une organisation commerciale intégrée", a souligné Tim Van Hauwermeiren, CEO d’Argenx, dans un communiqué.

Essais suspendus

En ce qui concerne la pandémie et le déroulement des essais cliniques en cours, la biotech précise qu’elle s’attend à des retards dans le recrutement des patients qu’elle ne peut pas quantifier pour l’instant. Elle signale que les recrutements de deux essais cliniques avec Janssen et LEO Pharma ont été suspendus.

Du côté financier, Argenx a dégagé des revenus opérationnels de 23,4 millions d’euros à l’issue du premier trimestre, contre 40 millions un an plus tôt. La perte opérationnelle se creuse fortement passant de 6 millions à 96,5 millions d’euros. À la fin du trimestre, le total de liquidités atteignait 1,306 milliard d’euros, contre 1,336 milliard trois mois plus tôt.

Lire également

Publicité
Publicité