Publicité
analyse

La biotech Kiadis gonfle aussi son matelas de cash

L'action Kiadis a bondi de 16% mardi matin en bourse à l'annonce d'un placement privé de 12 millions d'euros. ©REUTERS

Kiadis lève 12 millions d’euros via un placement privé d’actions nouvelles souscrites par un fonds d’investissement américain spécialisé dans les soins de santé.

Profitant de la relative accalmie observée ces derniers jours sur les marchés, les biotechs sortent du bois afin de consolider leur trésorerie en ces temps chahutés et incertains.

Vendredi, Mithra annonçait un accord de financement avec LDA Capital lui garantissant un accès direct à 50 millions d’euros. Hier, la biotech belgo-américaine MDxHealth signalait son intention de lever 12,7 millions d’euros via l’émission de 20,1 millions d’actions souscrites par MVM Partners, qui, dans la foulée, en deviendra l’actionnaire de référence.

31,5 millions
euros
Après le placement privé de 12 millions d'euros, la trésorerie de Kiadis s'élèvera à 31,5 millions d'euros.

Aujourd’hui, c’est au tour de la biotech néerlandaise Kiadis de prendre le chemin de l’abreuvoir. Elle a conclu un placement privé de 12 millions d’euros portant sur 7,5 millions d'actions nouvelles au prix unitaire de 1,60 euro avec un fonds d’investissement américain spécialisé dans les soins de santé. L'investisseur recevra également 3,75 millions de warrants avec un prix d’exercice de 2,22 euros. Ils pourront être exercés dans les 5 ans.

L’action, qui a clôturé lundi à 1,78 euro, a bondi de 16% ce matin, à 2,07 euro, avant d’effacer une partie de ses gains.

Virage stratégique

En novembre, Kiadis a opéré un important virage stratégique en abandonnant le développement de son produit-phare l’ATIR 101 dont les avantages par rapport au traitement standard ne semblaient plus aussi évidents.

Elle se concentre désormais sur sa plateforme de thérapies cellulaires dites "natural killer" (NK). Le cash frais servira, entre autres, au développement clinique du K-NK002 (thérapie d'appoint pour les patients atteints de cancer du sang subissant une greffe de cellules souches hématopoïétiques) et du K-NK003 (traitement de la leucémie myéloïde aiguë).

"Avec des patients cancéreux fragiles, la pandémie actuelle de Covid-19 pourrait engendrer des retards dans le lancement des essais cliniques."
Lenny Van Steenhuyse, Sandra Cauwenberghs
Analystes chez KBC Securities

Prudence

Kaidis, qui totalisera des liquidités de 31,5 millions d’euros à l’issue de cette transaction, couvre en partie ses besoins pour ces deux développements cliniques, notent les analystes de KBC Securities.

Mais ils se montrent prudents. "Avec des patients cancéreux fragiles, la pandémie actuelle de Covid-19 pourrait engendrer des retards dans le lancement des essais cliniques." Sans compter d’éventuels délais du côté régulatoire dans la mesure où l’approbation de nouveaux essais pourrait ne plus être considérée comme prioritaire par la FDA dans le contexte sanitaire actuel.

Leur recommandation reste à "vendre", avec un objectif de cours de 2 euros.

Avant l’annonce de ce placement, les conseils des six analystes suivant la valeur étaient repartis de façon égale entre "acheter", "conserver" et "vendre".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité